Quartararo s'appuie sur son bon rythme et rejette la pression

Fabio Quartararo est encouragé par son rythme de course avant le GP des Amériques. Le Français essaie de rester éloigné de la pression du titre, même si cette épreuve pourrait s'avérer déterminante.

Quartararo s'appuie sur son bon rythme et rejette la pression

En difficulté quand il s'agissait de faire d'aussi bons chronos que Marc Márquez ou Jack Miller depuis le début du week-end, Fabio Quartararo a finalement été plus performant que ces deux hommes en qualifications, seul Pecco Bagnaia parvenant à le battre. L'intéressé ne pensait pas être en mesure de réaliser ce deuxième chrono de la Q2, obtenu à la faveur d'une grosse attaque dans les dernières minutes.

"Je ne m'attendais pas à être en première ligne et je ne m'attendais pas non plus à ce que Pecco fasse ces chronos", a reconnu le pilote Yamaha en conférence de presse. "J'ai eu des soucis dans le premier relais, puis j'ai décidé de vraiment attaquer. Le premier secteur était bon mais j'ai voulu garder un peu de marge au virage 10 parce qu'on a pas mal de soucis sur les bosses. La deuxième place est vraiment positive et c'était très fun."

Plus que son rythme en qualifications, c'est le niveau de Fabio Quartararo en EL4, séance destinée à la préparation de la course, qui a impressionné : "C'est vrai que notre premier relais était très constant, mais je ne sais pas pourquoi, ici quand je m'arrête puis que je repars, on a beaucoup de mal avec la moto. Dans le deuxième relais notre rythme n'était pas très bon. Mais la course se fait en une fois, donc ça devrait aller !"

Le dernier doute est lié à la sélection des gommes en vue de la course, qui ne sera arrêtée qu'après le warm-up : "Le choix de pneus sera crucial demain mais sincèrement, on hésite entre les trois pneus. Pour le moment, je songe plus au medium parce que j'ai eu un bon rythme en EL4. Il faudra tester quelque chose dans le warm-up et prendre une décision. Mais quoi qu'il en soit, je me sens bien sur la moto."

Quartararo se préserve toujours de la pression du championnat

Depuis plusieurs semaines, Fabio Quartararo essaie de ne pas se laisser envahir par la pression inhérente à la lutte pour la couronne mondiale mais le GP des Amériques pourrait marquer un pas important dans sa saison. Si Bagnaia s'impose ce dimanche, Quartararo n'aura besoin que d'une 14e place pour avoir une première chance de titre au GP d'Émilie-Romagne, prochaine manche au calendrier.

Le Niçois assure que la bonne forme actuelle de son rival n'a "pas vraiment" augmenté la pression sur ses épaules, même s'il sent que les moments les plus fatidiques se rapprochent : "Il fait un travail parfait dans sa situation depuis Aragón : trois pole positions, deux victoires, donc il n'aurait pas pu faire mieux. Sincèrement, je me sens également bien sur cette piste. Le dimanche, avant le départ on est toujours un peu plus nerveux. À Misano, j'étais plus nerveux que d'habitude, mais c'est normal. On se rapproche de la fin et on est nerveux. Mais dès que la course débute, je me sens bien. Pour le moment ça ne fait pas une grosse différence."

Et comme à chaque course, Quartararo n'a pas l'intention de calquer sa course sur celle de Bagnaia, mais de viser le meilleur résultat possible : "La stratégie sera la même. Je pars deuxième et qui que ce soit devant, je vais prendre le meilleur départ possible et faire le meilleur premier tour possible. C'est la même chose."

"Je vais faire de mon mieux", a-t-il ajouté. "Je vais donner 100% dès le début et après, si je vois que j'ai une possibilité, je tenterai. Mais si je vois que je suis beaucoup trop à la limite, j'essaierai au moins de faire une course intelligente."

Lire aussi :

partages
commentaires
Jack Miller furieux après un souci de pneu, Michelin lui répond

Article précédent

Jack Miller furieux après un souci de pneu, Michelin lui répond

Article suivant

Joan Mir a eu "un peu peur" de son problème en EL4

Joan Mir a eu "un peu peur" de son problème en EL4
Charger les commentaires