Quartararo ne mènera "pas longtemps" si la pluie s'invite en course

Auteur d'une nouvelle pole au GP de France, Fabio Quartararo espère une course sur piste sèche, ses performances sous la pluie étant décevantes depuis le début du week-end.

Quartararo ne mènera "pas longtemps" si la pluie s'invite en course

Comme en 2020, Fabio Quartararo a signé la pole de sa course à domicile, sur le circuit du Mans. Surtout performant sur piste sèche depuis le début du week-end, le pilote Yamaha a été aidé par l'amélioration des conditions au début de la Q2, qui ont permis à tout le plateau de basculer sur des gommes slicks. En fin de séance, il était prêt à prendre tous les risques possibles pour réaliser le meilleur temps.

"Dans le dernier tour, je me suis dit 'Sois je chute, sois je suis en première ligne'", a déclaré Quartararo dans le parc fermé. "C'était vrai, parce que j'ai attaqué à la limite dans le dernier secteur. Avant d'arriver [dans le parc fermé], je ne savais pas que j'étais en pole. J'ai vu trois motos [arrêtées]. Je me suis dit 'C'est dommage, on n'est pas en première ligne' puis j'ai vu mes mécaniciens faire des signes. Je suis en pole et je suis content de le faire deux années de suite dans mon Grand Prix à domicile."

Tous les signaux semblent positifs pour Fabio Quartararo : le Français a signé sa troisième pole consécutive cette année et son bras droit, opéré pour un arm-pump la semaine dernière, ne l'a pas gêné, si bien qu'il s'est présenté en conférence de presse sans le moindre pansement ou bandage. Le pilote tricolore craint néanmoins un dénouement similaire à l'édition 2020.

Lire aussi :

Déjà en grande difficulté en octobre dernier dans un Grand Prix très perturbé par la pluie, El Diablo a montré certaines limites dans ces conditions depuis le début de week-end. Même s'il assure avoir de bonnes sensations, ses difficultés à améliorer ses temps sur une piste séchante et sa 16e et sa 19e place en EL1 puis en EL3, les deux séances disputées sur un asphalte humide, lui font penser que ses chances de victoire seront infimes en cas de nouvelles averses dimanche après-midi.

"En partant de la pole, si c'est une course humide, on ne restera malheureusement pas longtemps à la première place", a reconnu Quartararo. "Mais une fois que je serai doublé par un pilote, j'aurai la volonté d'apprendre et de voir ce qu'il fait différemment. Jack [Miller] est sur la première ligne. Je pense qu'il est l'un des meilleurs dans ces conditions et je veux voir ce qu'il fait différemment. On essaiera de trouver quelque chose si le warm-up est sur le mouillé. On essaiera quelque chose de toute façon."

"Pour moi, le rythme de Maverick [Viñales], de Jack et le mien sont très bons [sur le sec]", a-t-il ajouté. "Sous la pluie, je suis un peu plus en difficulté que Jack et la Ducati suivante, je crois que c'est Zarco. On verra. Je pense que j'ai beaucoup de choses à apprendre sous la pluie. Je n'ai fait qu'une course ici sous la pluie. C'était dur, donc je veux apprendre à chaque fois et prendre de l'expérience pour l'avenir."

Quartararo est confronté à un véritable mystère puisqu'il n'a pas de difficulté notable à piloter sa Yamaha sous la pluie mais que les chronos sont toujours décevants : "Ce matin, oui, on était très loin, mais le problème c'est que je roule bien, je ne me sens pas si lent. Mais quand on voit la position si lointaine, c'est dur à accepter. Je veux voir ce que font d'autres motos. Il est assez clair qu'on perd du temps à l'accélération mais c'est peut-être leur façon de prendre le virage ou autre chose."

"Il semble qu'avec les conditions mitigées, quand on peut rouler en slicks, ce n'est pas mauvais", a détaillé le Niçois. "Mais quand on doit rouler en pneus pluie dans des conditions mixtes, la moto n'accélère pas. J'ai suivi beaucoup de pilotes et on a beaucoup de mal à l'accélération. Je me sens très bien au freinage et en courbe, mais quand ça sèche, c'est vraiment dur. Je ne sais pas pour les autres pilotes mais je sais que pour moi, c'est dur. Quand on relève la moto, elle reste au même endroit et ça patine beaucoup."

Lire aussi :

S'il s'attend à être en mesure de jouer la victoire sur piste sèche, Fabio Quartararo aborde cependant la dernière journée du week-end dans un certain flou, l'évolution permanente des conditions de piste ne lui ayant pas permis de véritablement travailler sur les réglages depuis vendredi. Sa seule certitude réside dans le choix de pneus, les gommes tendres étant une évidence sur un asphalte dont la température n'a pas dépassé les 20°C depuis le début du week-end.

"Je pense que c'était assez dur de se préparer parce qu'on n'a pas pu faire beaucoup de tours. Ça commence sur le sec, puis ça sèche, on avance étape par étape, puis il y a un drapeau jaune, puis il pleut, on sait que le pneu est froid au virage 3... Il y a beaucoup de choses qu'on ne peut pas vraiment faire. Je pense que personne n'est bien préparé pour la course, mais c'est la même chose pour tout le monde. Le choix de pneus est difficile en général mais je pense que c'est assez simple ici, parce que c'est impossible de chauffer le pneu avant. C'est un peu plus facile [pour Yamaha] mais il fait très froid. Je pense que tout le monde va choisir deux tendres si c'est sec."

partages
commentaires

Related video

Ne pas changer de pneu était "la bonne stratégie" selon Rossi
Article précédent

Ne pas changer de pneu était "la bonne stratégie" selon Rossi

Article suivant

Maverick Viñales s'est "bien sorti" d'une séance difficile

Maverick Viñales s'est "bien sorti" d'une séance difficile
Charger les commentaires