Quartararo disposera d'un "nouveau système" sur sa combinaison

Fabio Quartararo a précisé qu'Alpinestars va modifier ses combinaisons pour ne pas revivre le problème vu à Barcelone, mais le changement sera mineur selon nos informations. Joan Mir assure qu'il n'a pas demandé que le Français soit pénalisé.

Quartararo disposera d'un "nouveau système" sur sa combinaison

Le Grand Prix de Catalogne restera dans les mémoires pour l'incroyable image des derniers tours, quand Fabio Quartararo roulait le cuir ouvert sur son torse. Même s'il n'a pas été en mesure de fournir une explication sur le déroulement des faits, le Français a précisé que la fermeture éclair était descendue au premier virage, ce qui l'a ensuite contraint à jeter sa protection de poitrine, qui ne tenait plus.

Les images de la caméra embarquée sur la Yamaha filmées dans le tour de formation montrent que le curseur servant à monter ou descendre la fermeture éclair se trouvait sous le système de sécurité, un scratch positionné en haut de la combinaison, ce qui a pu contribuer au problème rencontré par Quartararo en course.

Lire aussi :

Le leader du championnat a néanmoins testé un nouveau système dans le test post-course de Barcelone, qui ne lui a pas donné satisfaction, et il a annoncé en conférence de presse en amont du Grand Prix d'Allemagne qu'Alpinestars, fabriquant de la combinaison, travaille sur un "nouveau système" pour que le problème n'apparaisse plus. Selon les informations de Motorsport.com, il ne s'agit que d'un scratch plus large que par le passé et cette évolution ne devrait apparaître que sur la combinaison de Quartararo, aucun autre pilote roulant avec le matériel de la marque italienne n'ayant été confronté à ce problème par le passé.

Mir assure qu'il n'a pas demandé une pénalité pour Quartararo

L'incident de Barcelone a également fait débat en raison des choix de la direction de course, qui n'a pris aucune décision durant l'épreuve mais a finalement pénalisé Quartararo de trois secondes en fin de journée. La décision n'a contenté personne, entre d'un côté ceux qui auraient préféré un drapeau noir ou au moins une intervention immédiate, et de l'autre un pilote qui a souhaité prendre du recul sur cet événement. "J'ai été pénalisé trois heures après mais je préfère maintenant en rire un peu, ça n'a pas de sens d'en être énervé", a confié Quartararo.

Dans les heures qui ont suivi l'arrivée en Catalogne, le Niçois s'est cependant agacé de voir certains pilotes réclamer une pénalité et il semblait viser particulièrement Joan Mir, qui a jugé le jet de la protection de poitrine sur la piste dangereux. Le Champion du monde en titre est revenu sur ces propos ce jeudi et a assuré qu'il n'avait pas réclamé de sanction, même si Suzuki a demandé une clarification à la direction de course.

"Il semble que Fabio a pris le plastron et l'a jeté", a déclaré l'Espagnol. "On dirait. Je ne sais pas si c'était le cas ou non mais, si c'était ça, bien sûr que c'est une situation dangereuse car il vaut mieux le jeter hors de la trajectoire. Je ne suis pas fou quand je dis ça. Et quand le cuir était ouvert, le problème était pour Fabio, pas pour les autres. Il n'a mis personne en danger en faisant ça avec son cuir, c'est clair. Mais c'est vrai que dans le règlement, il est dit qu'il faut utiliser le cuir fermé. Je n'ai rien dit de particulier. Je n'étais pas critique. J’ai juste dit ce que tout le monde pensait."

"Je pense que Fabio était un peu en colère contre moi mais sincèrement, je n'ai rien dit. Ça me fait un peu rire car je ne voulais pas que Fabio soit pénalisé. Je ne le souhaitais pas. Je ne fais pas partie des pilotes qui sont allés voir la direction de course après l'arrivée. Je n'en ai pas besoin, je ne voulais pas ça. Mais cette situation avec Fabio me fait marrer parce qu'on dirait que j'étais critique et ce n’était pas le cas. Je ne l'étais pas et je n'ai pas demandé à Suzuki d’aller voir la direction de course. [...] Ils sont allés remettre les choses au clair et comprendre la situation, c'est tout."

Lire aussi:

Mir maintient néanmoins que Quartararo n'aurait pas dû terminer la course avec la combinaison ouverte et que le jet de la protection de poitrine méritait une sanction si cela a bien été fait sur la trajectoire : "Je ne veux pas imaginer si Fabio avait chuté pendant la course. C'était vraiment dangereux pour lui avec le cuir ouvert. Je ne veux pas l'imaginer. Et bien sûr, le plus important est toujours la sécurité et le résultat de la course vient après. Mais si c'était moi, si j'étais là avec le cuir ouvert, je préférais prendre un drapeau noir que finir la course dans cette situation, car la sécurité est prioritaire. C'est comme ça, c'est clair. L'autre chose c'est que si vous jetez le plastron, si vous le faites – parce que je ne sais pas – ça doit être pénalisé car vous mettez en danger les autres. C'est tout."

Avec Léna Buffa et Chloé Millois

partages
commentaires

Related video

Valentino Rossi toujours dans le flou pour 2022
Article précédent

Valentino Rossi toujours dans le flou pour 2022

Article suivant

Limites de piste : gros désaccord entre Quartararo et Miller

Limites de piste : gros désaccord entre Quartararo et Miller
Charger les commentaires