Quartararo : "Ma plus belle victoire, et de beaucoup !"

Sa quatrième victoire en MotoGP a procuré à Fabio Quartararo un sentiment spécial, lui qui a tout fait pour tirer les leçons du premier Grand Prix disputé à Losail et gérer cette seconde épreuve intelligemment.

Quartararo : "Ma plus belle victoire, et de beaucoup !"

Fabio Quartararo estime avoir signé une victoire différente des trois précédentes que compte sa carrière MotoGP, une victoire plus intelligente, née des réflexions qu'il a menées à la suite du premier Grand Prix disputé à Losail le week-end dernier.

Cinquième de la première manche, il décrit cette performance comme celle d'un "amateur". Il avait pourtant réussi à mieux limiter les dégâts que l'an dernier dans pareille situation, mais avait malgré tout subi l'usure de son pneu arrière alors que son coéquipier, Maverick Viñales, triomphait. Durant les quelques jours d'attente à Doha, il a su digérer intelligemment cette course et il a mis à profit ce soir ce qu'il en avait appris.

"C'est une victoire qui est un peu différente des trois premières", explique-t-il au site officiel du MotoGP. "Je suis passé pour un amateur la semaine dernière, je n'ai rien fait avec les cartographies et le pneu. Pendant trois jours à l'hôtel, je me suis dit : 'Je suis stupide, pourquoi je n'ai pas utilisé mon cerveau en roulant ?'. C'était difficile. Mais cette fois, c'était très bien, c'était différent. J'ai beaucoup réfléchi, j'ai beaucoup joué sur les cartographies et les pneus."

Lire aussi :

Cinquième sur la grille, Quartararo s'est fait déborder au départ jusqu'à descendre à la neuvième position au quatrième tour. Dans un peloton historiquement resserré, il a un temps lutté contre Jack Miller et Maverick Viñales, avant de sensiblement hausser le ton à la mi-course.

"Je n'ai pas gagné beaucoup de courses, mais cette-ci est la plus spéciale. Vers la mi-course j'étais plus ou moins neuvième. Je me sentais super bien dans les points de dépassements, comme les virages 10 ou 15, et j'ai senti que je pouvais gagner. À ce moment-là, j'ai fait les choses totalement différemment de la semaine dernière", explique-t-il.

J'ai le sentiment que cette victoire me donne beaucoup plus de confiance que celles de l'année dernière, parce que je suis revenu de loin.

Fabio Quartararo

"Quand j'étais neuvième, je me suis dit que j'allais essayer de faire de mon mieux. Mais, dès je me suis dit ça, je me suis dit qu'en fait non, j'allais essayer d'aller chercher la victoire ! Et je me suis senti super bien dans les dépassements. J'arrivais à freiner très fort et à garder les freins sur l'angle."

"Quand on est neuvième et qu'on sait qu'on n'a pas la moto la plus rapide en ligne droite, c'est dur, mais je me sentais super bien à ce moment-là. J'ai vu Maverick arriver et je jouais beaucoup avec les cartographies et les pneus, et je me suis dit : 'OK c'est le moment d'appuyer sur le bouton de la cartographie et d'essayer de pousser comme un dingue' et c'est ce que j'ai fait dans les dix derniers tours."

"J'ai le sentiment que cette victoire me donne beaucoup plus de confiance que celles de l'année dernière, parce que je suis revenu de loin. En tests, on s'est dit que les Ducati étaient rapides en ligne droite et qu'elles allaient être difficiles à battre, mais il faut regarder sa propre situation et essayer de faire de son mieux. C'est ce que j'ai fait aujourd'hui et ça renforce ma confiance pour l'avenir."

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing, Jorge Martin, Pramac Racing, Johann Zarco, Pramac Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

Parmi les hommes les plus rapides durant les derniers tours, Quartararo a opéré un retour assez comparable à celui de son coéquipier la semaine dernière, avalant ses adversaires les uns après les autres. Aleix Espargaró, Joan Mir, Álex Rins, Pecco Bagnaia… À six tours de l'arrivée, il était sur le podium provisoire. Il lui restait encore à se confronter aux redoutables Ducati du team Pramac, en tête depuis le début de la course, mais là aussi le Français a réussi les manœuvres de dépassement qu'il a tentées et il a même pu profiter de son aisance dans les portions techniques pour légèrement se détacher en tête dans les quatre derniers tours.

"Je suis très heureux. Je me suis senti super à l'aise dans les dépassements : je ne m'étais jamais senti aussi bien. Quand j'ai passé Johann [Zarco], j'ai repris Jorge [Martin] directement, et quand je l'ai dépassé au virage 15, je crois que mon coude était assez proche de sa roue arrière, mais je me suis senti super bien et j'ai senti que je pilotais vraiment bien, comme un pilote MotoGP. La première course n'a pas été la meilleure pour moi mais j'en ai appris, et ça m'a donné confiance."

Il lui restait à vivre une dernière frayeur, celle de passer sur des débris de la KTM de Danilo Petrucci dans le dernier tour. "J'avais vraiment peur parce qu'à ce moment, j'essayais de passer les rapports au moment parfait, pour avoir le moins de wheelie possible mais ma moto est partie sur la gauche et j'ai percuté cette pièce. Je me suis dit 'Pitié, pas une crevaison', parce que ça fait un bruit qui semblait très mauvais", raconte-t-il.

"En fait, mon dernier tour a été en 1'55"3 ou 1'55"1, mais je ne me sentais pas si rapide dans le dernier virage. Dans le dernier virage, j'ai freiné plus tôt, je regardais l'écran à droite et je me demandais si la Ducati allait me doubler. Et enfin, c'était bien de passer sous le drapeau à damier à la première place !"

Après avoir à ce point dû s'employer pour gagner, cette victoire serait-elle la plus belle pour lui ? "Ah oui, oui !" garantit-il au micro de Canal+. "J’ai réussi à me battre avec des avions et à chaque fois qu’on me repassait dans les lignes droites j’arrivais à repasser dans les virages. Oui, c’est ma plus belle victoire… et de beaucoup !"

Avec Vincent Lalanne-Sicaud et Fabien Gaillard

partages
commentaires

Related video

Photos - Le triomphe français de Quartararo et Zarco au GP de Doha
Article précédent

Photos - Le triomphe français de Quartararo et Zarco au GP de Doha

Article suivant

Zarco leader du championnat : "Je ne m'y attendais pas !"

Zarco leader du championnat : "Je ne m'y attendais pas !"
Charger les commentaires