Quartararo mécontent d'un pneu au fonctionnement "vraiment bizarre"

Fabio Quartararo n'est "vraiment pas content" après un Grand Prix d'Aragón décevant. Le Niçois pense qu'il aurait pu se battre pour le podium s'il n'avait pas été à son tour frappé par un problème lié à son pneu arrière.

Quartararo mécontent d'un pneu au fonctionnement "vraiment bizarre"

Après les qualifications, Fabio Quartararo prévenait qu'il n'aurait probablement pas le rythme pour jouer la victoire ce dimanche au MotorLand Aragón. Le Français s'attendait néanmoins à une bien meilleure course puisqu'il espérait se battre pour le podium après un warm-up encourageant, chose rendue impossible par un comportement inattendu de son pneu arrière.

"Après le warm-up, je m'attendais à me battre pour le podium parce que je pensais avoir quelque chose de très bien", a expliqué Quartararo après la course. "Je me sentais bien en pneus usés et avec 26 tours sur le pneu, je pouvais bien gérer la situation. Dès le début de course, j'ai senti que l'arrière ne fonctionnait pas normalement."

Parti troisième, le leader du championnat n'était déjà plus que septième à la fin du premier tour, mais il a également été doublé par Iker Lecuona, Brad Binder et Enea Bastianini. Une erreur de Lecuona et la dégringolade de Jorge Martín dans les derniers tours lui ont permis de sauver la huitième place : "J'ai perdu des places, mais le seul point positif est que je me suis battu pour la neuvième place. Je me suis battu, je n'ai pas renoncé même si c'était pour la septième, la huitième ou la neuvième place. Je me suis battu jusqu'à la fin donc c'est positif."

Lire aussi :

Quartararo avait déjà connu une dégringolade dans le classement au GP Aragón en 2020, provoquée par une pression du pneu avant que Michelin estimait trop importante. Le problème rencontré ce dimanche semble s'inscrire dans la lignée de ceux de Pecco Bagnaia, Joan Mir et Valentino Rossi dans les dernières courses, avec un pneu qui n'a pas donné le niveau de performances attendu.

"Je ne dirais pas que c'est un désastre parce que ce que j'ai senti était différent [de 2020]. Aujourd'hui, il y a eu un problème. L'an dernier et en 2019, tout était normal, à part les erreurs avec le pneu avant [en 2020]. Dès le premier tour, mon pneu arrière semblait usé. On doit faire des analyses et je ne critique personne mais sincèrement, les sensations étaient bizarres du début à la fin de la course."

"Je n'avais jamais eu ces sensations ce week-end", a ajouté Quartararo. "Dès le début, je freinais moins bien, je n'avais pas de grip, pas de traction, donc quelque chose n'allait pas. Pour nous, c'est dur de doubler sur cette piste, parce qu'on perd trois ou quatre dixièmes entre le virage 15 et le premier virage. On doit reprendre le temps perdu en courbe. Je n'ai pas pu faire de dépassements donc c'était un peu difficile."

Interrogé par Motorsport.com sur la multiplication des plaintes des pilotes contre l'inconstance des pilotes Michelin, Quartararo a précisé qu'il n'avait "pas encore" d'explication de la part du manufacturier français mais n'a pas caché son agacement de s'être senti démuni en course : "Ce qui est sûr, c'est que c'était vraiment bizarre de voir ce qu'il s'est passé aujourd'hui. Sincèrement, je ne suis pas content, parce qu'après le warm-up, je savais que j'avais un rythme pour vraiment me battre pour le podium ou le top 5, mais pas aussi loin. Je ne suis vraiment pas content. Il faut voir ce qu'il s'est passé, parce qu'on a vraiment terminé très loin des premiers."

Lire aussi :

partages
commentaires
Bagnaia ému après un premier succès conquis avec style
Article précédent

Bagnaia ému après un premier succès conquis avec style

Article suivant

Márquez n'a rien pu faire face à Bagnaia : "J'ai tout tenté"

Márquez n'a rien pu faire face à Bagnaia : "J'ai tout tenté"
Charger les commentaires