Quartararo : "Les sensations n'étaient pas très bonnes"

Fabio Quartararo a été bien placé ce vendredi à Barcelone, mais il n'est pas satisfait de ses sensations avec l'avant de sa Yamaha. Le Français se méfie de Miguel Oliveira, des pilotes Ducati et de Marc Márquez.

Quartararo : "Les sensations n'étaient pas très bonnes"

Fabio Quartararo affichait sa volonté de briller en arrivant au Sachsenring jeudi, reconnaissant ne pas être "vraiment fan" du circuit allemand mais se réjouissant de disposer d'une Yamaha convenant "très bien à tous les circuits" cette année et rappelant le "super rythme" qui était le sien avant de partir à la faute en 2019.

La première journée d'essais a confirmé que le Français est dans le bon rythme puisqu'il a pris la deuxième place de chacune des séances disputées mais malgré son bon rythme, il n'est pas totalement satisfait du comportement de sa machine : "Toute la journée, on n'a pas eu un très bon feeling sur l'avant, et encore plus avec le soft, c'est un pneu que je n'ai pas du tout apprécié sur ce circuit", explique Quartararo. "Je ne me sentais pas bien."

"Je sens qu'on peut un peu progresser parce que les sensations n'étaient pas très bonnes sur la moto, surtout à l'avant", ajoute-t-il, affichant néanmoins sa confiance pour la suite du week-end : "On a des idées pour demain mais on n'est pas très loin donc je suis plutôt content de cette journée."

Lire aussi :

Ce sont ces mauvaises sensations avec l'avant qui ont provoqué la chute de Quartararo en début de matinée. Le pilote Yamaha s'est tenu le bras droit dans le bac à graviers mais il n'a aucune blessure : "C'est la main qui était douloureuse, mais c'était juste l'impact et ça allait. J'avais de bonnes sensations en EL2 et tout allait bien. J'avais un peu peur sur le moment mais tout allait bien."

Dans l'après-midi, Quartararo est longtemps resté hors du top 10, préférant travailler sur les relais longs en utilisant ses pneus sur une distance supérieure à celle de la course, le tout avec une certaine réussite : "C'était long, parce que mes pneus ont fini avec 33 ou 34 tours, je ne sais plus. C'était très long. Je n'ai pas vraiment fait de comparaisons avec les autres pilotes mais je me sens plutôt bien. Après 32 tours sur le pneu, j'ai réussi à rouler en 1'22"5. C'était le pneu de ce matin, donc je me sens bien."

Cette journée a également permis à El Diablo de tester une poignée d'accélérateur électronique, déjà évaluée dans le test post-course de Barcelone, mais aussi un nouveau système de fermeture de sa combinaison après les derniers tours du GP de Catalogne effectués le cuir ouvert sur son torse. Quartararo apprécie les évolutions apportées par Alpinestars même si le souci rencontré il y a deux semaines reste un mystère.

"Tout d'abord, la combinaison n'a pas posé de problème aujourd'hui. On a doublé [la protection] pour avoir plus de sécurité. Avant la course, j'ai tout fait à la perfection. Le plastron était bien placé, j'ai bien fermé [la combinaison] et c'est arrivé. C'est pour ça qu'on a un second système pour améliorer la sécurité mais j'ai tout fait à la perfection à Barcelone. Ici, on a une double sécurité et ça marche bien. Demain j'aurai autre chose et on verra."

Quartararo craint Oliveira, les pilotes Ducati... et Márquez

Le meilleur temps de la journée est revenu à Miguel Oliveira et Fabio Quartararo souhaite "garder un œil" toute la saison sur le Portugais, mais se méfie aussi des pilotes Ducati. Jack Miller et Johann Zarco sont entrés dans le top 10 et même si Pecco Bagnaia a terminé la journée à la dernière position et que ce circuit n'est en théorie pas taillé pour la Desmosedici, Quartararo estime qu'ils seront une menace tout le week-end : "Vous savez, on me disait la même chose avant le Mugello : 'Ducati va faire un gros comeback, ils vont te battre...' À Mugello et à Barcelone, où j'ai manqué de chance, on était là à se battre pour la victoire. Et je pense qu'ils vont aussi se battre pour le podium ici."

"Évidemment, il y a des pistes où Yamaha se sent un peu mieux, où Ducati se sent un peu mieux, mais je sens que cette année c'est plus le pilote qui fait la différence. Je ne pense pas que c'est vraiment lié à la moto. Pecco a eu beaucoup de mal aujourd'hui apparemment, mais on doit rester concentrés sur nous, parce que je ne me sentais pas si bien sur la moto aujourd'hui. On se concentre sur nous et pas sur les autres."

Lire aussi :

Les motos rouges ne sont pas les seules que Quartararo surveille de près. Comme il l'annonçait jeudi, Marc Márquez pourrait retrouver le sommet ce week-end, sur un circuit qu'il adore et où son manque de condition physique devrait moins lui poser problème. Le Catalan a été le plus rapide dans la matinée et même s'il a glissé hors du top 10 dans l'après-midi, sans faire de time attack en fin de séance, Quartararo est convaincu qu'il sera performant ce week-end.

"J'ai senti qu'il était très fort. Mais je ressens la même chose. En 2019, il m'a énormément compliqué la vie avant que je gagne ma première course, donc je vais essayer de faire la même chose ! Il a l'air super rapide, le rythme a l'air bon. On sait qu'il est super rapide sur cette piste. Je ne suis pas le seul à le dire, tout le monde le pense. Il a traversé des moments très difficiles et je serais heureux pour lui qu'il décroche un très bon résultat. Content pour lui mais pas pour nous ! Il faut essayer de décrocher un très bon résultat ici et de l'empêcher de gagner. Je ne suis pas là pour ça, je suis là pour jouer la victoire ou le podium ici. Je n'y pense pas pour le moment mais ça serait bien [pour Márquez]."

partages
commentaires

Related video

Johann Zarco veut garder son calme et rester intelligent

Article précédent

Johann Zarco veut garder son calme et rester intelligent

Article suivant

Marc Márquez plus limité qu'il le pensait sur sa piste fétiche

Marc Márquez plus limité qu'il le pensait sur sa piste fétiche
Charger les commentaires