Quartararo : "Je voulais gagner et dédier la victoire à Jason"

Fabio Quartararo a tenu à dédier sa victoire au Grand Prix d'Italie à Jason Dupasquier, décédé des suites d'un tragique accident ce week-end au Mugello.

Quartararo : "Je voulais gagner et dédier la victoire à Jason"

Les émotions étaient particulièrement fortes pour Fabio Quartararo, ce dimanche au Mugello. Sportivement, le Français a rendu une copie absolument parfaite. Parti de la pole position, il a profité du nouvel abaisseur avant de la Yamaha pour rivaliser avec les Ducati à l'extinction des feux, puis a rapidement imposé son rythme sur cette course. Libéré de Pecco Bagnaia dès le deuxième tour, il a résisté à Johann Zarco pour s'affirmer en leader dans les minutes qui ont suivi et a ensuite filé sans demander son reste.

Mais une fois installé seul aux commandes, il l'admet, il a eu du mal à éloigner de ses pensées la terrible nouvelle qui avait été annoncée moins de deux heures plus tôt, celle du décès à seulement 19 ans du pilote Moto3 Jason Dupasquier, victime samedi d'un terrible accident sur ce même circuit du Mugello. Fabio Quartararo s'est montré très sensible à ce drame et c'est sans surprise qu'il a dédié cette victoire au jeune pilote, lui rendant également hommage dans le virage du drame et sur le podium. "Cette victoire est pour lui", a-t-il déclaré dès sa descente de moto. "On gagne une course mais on perd un ami, donc ce n'est pas facile."

Lire aussi :

Interrogé cet après-midi en conférence de presse, le pilote Yamaha, leader confirmé du championnat après cette troisième victoire en six courses, a tenté d'expliquer les émotions contrastées de cette journée.

On imagine que c'était difficile de se concentrer aujourd'hui, mais tu as malgré tout pris un super départ et ensuite tu as eu l'air inarrêtable durant cette course.

Merci beaucoup. Oui, ça a été dur. Quand on fait une minute de silence avant le départ, l'émotion grimpe très vite pour moi et c'est difficile de rester concentré. [Pour la course] j'avais un plan, c'était de prendre un très bon départ parce qu'on sait que le holehot device fonctionne bien, et je voulais pousser pour prendre la tête. Ça m'a pris deux tours, après la chute de Pecco. Ensuite, j'ai décidé d'attaquer. C'était difficile parce qu'on savait qu'il y aurait une grosse usure du pneu arrière, mais au final, j'ai décroché la victoire et elle est pour Jason et sa famille.

Ça fait du bien de gagner et encore plus de dédier cette victoire à Jason. Mais c'était très difficile de rester concentré pour la course, parce que cette minute de silence était dure. On voyait tout le monde pleurer, l'émotion était très forte. Ensuite dès que je suis monté sur la moto je me suis dit 'peu importe que les Ducati soient plus rapides', cette victoire est pour moi. Je voulais gagner cette course et la dédier à lui et à sa famille.

Comment se prépare-t-on à courir après une telle annonce ?

Il n'y a pas de préparation. Simplement, on y va et on essaye d'oublier. Malgré tout, chaque fois qu'on passe au virage 9 ça nous traverse l'esprit. Mais quand on est en mission et qu'on veut gagner, obtenir de très bons résultats, ça part petit à petit pendant la course. Quand on est en tête et qu'on a de la marge sur le deuxième, on se met à penser à beaucoup de choses et aujourd'hui c'était Jason. Je ne l'ai jamais vraiment rencontré mais c'était un gamin, il avait 19 ans, et c'est toujours dur de perdre un de nos pilotes. On court, on connait les risques de notre sport, mais quand ça arrive ça n'est pas facile.

 

Comment s'est passé ce premier départ avec le holeshot device avant ?

Il fonctionne super bien. J'ai vraiment l'impression qu'on a un gros potentiel. C'était seulement notre premier départ avec cette pièce, et je n'ai perdu qu'une place alors qu'on est au Mugello. Pendant les essais que j'ai faits, la sensation était bizarre, parce que la moto s'abaisse fortement. Mais j'ai très bien freiné dans le virage 1 et ça fonctionne vraiment bien.

As-tu été surpris par la chute de Bagnaia dans Arrabbiata 2 si tôt dans la course ?

Le vent soufflait très fort dans ce virage et ça nous poussait vers l'extérieur. À la Commission de sécurité, beaucoup de pilotes ont dit que le vibreur à l'extérieur est un peu plus bas que la piste, donc quand on veut revenir la roue doit faire quelque chose d'un peu étrange, comme s'il y avait une petite marche. Du coup, normalement personne ne passe sur le vibreur dans ce virage, mais il a un peu élargi avec le vent et c'est ce qui l'a poussé à la faute. C'est dommage pour lui.

La Yamaha a progressé par rapport à l'année dernière, mais tu sembles aussi avoir mûri en tant que pilote.

Oui. J'ai beaucoup appris l'année dernière. Quand on commence à gagner, on se sent différent. Je n'ai jamais mené un championnat de ma vie, à part le CEV. Alors, quand on est premier en MotoGP, on se demande ce qui nous arrive. J'ai enchaîné des victoires, des chutes, des 12e ou 13e places... J'ai beaucoup mûri, en tant que pilote et aussi en tant que personne, et je pense que ça nous aide beaucoup pour la façon dont on travaille pendant le week-end.

partages
commentaires
Percuté par Bastianini, Zarco craignait que sa moto soit "foutue"
Article précédent

Percuté par Bastianini, Zarco craignait que sa moto soit "foutue"

Article suivant

Bagnaia et Petrucci ne voulaient pas disputer la course

Bagnaia et Petrucci ne voulaient pas disputer la course
Charger les commentaires