Une Yamaha au package "complet" donne espoir à Quartararo

Vainqueur trois fois en six courses et leader conforté du championnat, Fabio Quartararo arrivera cette semaine à Barcelone en pleine confiance, après avoir profité du nouveau holeshot device avant de la Yamaha pour battre Ducati à domicile.

Une Yamaha au package "complet" donne espoir à Quartararo

Fabio Quartararo a mis fin dimanche à la série victorieuse de Ducati. Après deux doublés des Desmosedici à Jerez et au Mans, c'est sur la course maison du constructeur italien que le Français a pris le pouvoir, s'imposant au guidon de sa Yamaha après trois éditions de ce Grand Prix remportées par les Rouges.

Sur le papier, sa M1 n'était pourtant pas favorite sur une piste qui fait la part belle aux moteurs les plus puissants. Au cours du week-end, Quartararo a atteint une V-Max inférieure de 12,9 km/h à la meilleure pointe enregistrée, et en course il était encore l'un des plus faibles sur ce point, à 12,5 km/h de Jack Miller.

En revanche, la Yamaha (comme la Suzuki, qui a obtenu son premier podium sur place) a su briller dans le sinueux. Et Quartararo a surtout salué la nouveauté qui l'a le plus réjouit, un holeshot device désormais disponible à l'avant de sa machine en plus de l'arrière. Il estime disposer à présent d'un package "complet", d'autant plus confiant pour la suite du championnat après cette évolution qu'il avait requise depuis longtemps auprès des ingénieurs Yamaha.

Lire aussi :

Bien que dépassé par Pecco Bagnaia au départ, Fabio Quartararo a réussi à profiter de sa pole position pour s'installer dans la roue du pilote Ducati, prenant les commandes lorsque celui-ci a chuté dans le deuxième tour. Après une rapide passe d'armes avec Johann Zarco, lui aussi sur Ducati, le pilote Yamaha a filé en tête sans qu'aucun de ses poursuivants ne puisse l'empêcher de creuser son avance.

"Je pense qu'on a un package complet et, certes, notre vitesse de pointe n'est pas la meilleure, mais on a gagné sur deux pistes qui étaient des pistes Ducati. Tout le monde disait que les Ducati auraient dominé au Qatar et ici, et personne ne s'attendait à avoir une Yamaha, une Suzuki et une KTM sur le podium", souligne le pilote niçois.

"Je pense que ce qui nous manquait c'était le [holeshot] device à l'avant, parce que nos départs étaient très mauvais et ils se sont fortement améliorés. Je pense avant tout que la vitesse de pointe n'est pas très importante sur un tour, et pour la course j'ai pris confiance en me disant que, même si on n'a pas la vitesse de pointe, j'allais essayer de gérer sans."

"Notre moto est extrêmement bonne, j'ai de très bonnes sensations sur l'avant", se félicite le pilote Yamaha, à qui cela a particulièrement manqué la saison dernière. "En 2019, j'ai été très régulier parce que j’avais de très bonnes sensations sur l'avant et je pouvais vraiment sentir la limite. En 2020, je n'avais pas de sensations sur l'avant. J'avais été super rapide à Jerez ou Barcelone, mais j'aurais pu tomber dans tous les virages. Actuellement, [...] pour dépasser je sens l'avant bouger et je sais que je suis très proche de la chute. C'est la raison pour laquelle j'ai pu progresser, et y compris en qualifications. Ici, surtout, j'ai vraiment poussé à la limite. Je sens que je peux tomber dans tous les virages, mais chaque fois ça se passe bien. Notre moto a ce point fort cette année, comme en 2019."

Ravi du nouveau holeshot device conçu par les ingénieurs d'Iwata, Quartararo a le sentiment d'avoir encore de la réserve. "Il fonctionne super bien. J'ai vraiment l'impression qu'on a un gros potentiel. C'était seulement notre premier départ avec cette pièce, et je n'ai perdu qu'une place alors qu'on est au Mugello", explique-t-il au site officiel du MotoGP, soulignant des sensations étranges auxquelles il s'est bien adapté. "La moto est si basse que, quand on arrive sur les freinages, ça fait un peu peur. Mais je me suis senti bien pendant le week-end et je pense qu'on n'a pas encore utilisé tout le potentiel du [holeshot] device. On en a utilisé une grande part, c'est sûr, mais je pense que c'est quelque chose qu'on peut améliorer."

Le bon moment pour arriver à Barcelone

S'il a réussi à s'imposer dans ce qui semblait devoir être la chasse gardée de Ducati, Fabio Quartararo apparaît à présent confiant pour la suite. "Au final, il n'y a pas tellement de pistes qui ont une longue ligne droite. On verra à Barcelone, parce que j'avais été très bon là-bas aussi l'année dernière", souligne-t-il, désormais conforté à la place de leader du championnat avec 24 points d'avance.

Cette troisième victoire de la saison intervient en effet au moment opportun pour le Français, qui peut espérer faire le break en Catalogne dès le week-end prochain. Il retrouvera l'une de ses pistes préférées, celle qui l'a vu s'imposer pour la première fois en Grand Prix (en Moto2, en 2018), puis obtenir en 2019 son premier podium en MotoGP (une deuxième place), avant de s'imposer à nouveau l'an dernier, au cœur d'une seconde partie de championnat pourtant compliquée.

"C'est le moment parfait pour arriver là-bas parce qu'on est en tête du championnat. Je ne me suis jamais senti aussi à l'aise sur la moto. Même quand je sais que je suis proche de la chute, j'arrive à gérer et à ne pas tomber. Barcelone est une de mes pistes préférées. J'y suis toujours monté sur le podium en MotoGP, alors je vais essayer de poursuivre sur cette lancée et de faire aussi bien que l'année dernière", conclut-il.

partages
commentaires

Related video

Pol Espargaró ralenti par un aileron cassé au Mugello

Article précédent

Pol Espargaró ralenti par un aileron cassé au Mugello

Article suivant

Limites de piste : Mir voudrait un regard plus humain sur les sanctions

Limites de piste : Mir voudrait un regard plus humain sur les sanctions
Charger les commentaires