Ce qu'il faut retenir des essais de Sepang

partages
commentaires
Ce qu'il faut retenir des essais de Sepang
Oriol Puigdemont
Par : Oriol Puigdemont
7 févr. 2017 à 18:45

Les équipes et les pilotes de MotoGP étaient de retour en piste en Malaisie la semaine dernière. Ces essais ont fourni de premières indications avant le début de la saison, qui aura lieu au Qatar le mois prochain. En voici quelques-unes.

Diapo
Liste

Viñales affiche ses ambitions

Viñales affiche ses ambitions
1/9

Photo de: Yamaha MotoGP

Depuis sa première prise de contact impressionnante à Valence, le test de Maverick Viñales à Sepang a permis à l’Espagnol d’afficher ses ambitions et de s'affirmer comme l’un des principaux prétendants au titre. Au même titre qu’à Cheste, Maverick est reparti de Malaisie avec le meilleur temps absolu, en plus d’avoir fait montre du meilleur rythme de course : il a été celui qui a couvert, le mercredi, le plus de tours sous la barre des deux minutes (neuf). Alors qu’il reste deux séances d’essais collectifs (en Australie et au Qatar), l’Espagnol semble être le pilote le plus en forme de la grille.

Mal de tête pour Rossi

Mal de tête pour Rossi
2/9

Photo de: Yamaha MotoGP

Rossi s’est réveillé le premier jour avec un gros mal de tête, qui l’a affecté le lundi et le mardi. Et à 38 ans, l’Italien a reconnu ne pas être dans sa meilleure période d’un point de vue physique. Apparu fatigué, il n’a été capable de rouler sous la barre des deux minutes qu’à une seule reprise le mercredi. Un élément qui souligne le fait qu’il n’est pas encore aussi à l’aise que son coéquipier avec la M1. Si cette tendance se confirme, Sepang ne sera pas le tracas le plus important pour le Docteur cette année.

Yamaha cache ses ailes

Yamaha cache ses ailes
3/9

Photo de: Gold and Goose / LAT Images

Les différents responsables de Yamaha avaient annoncé que la marque japonaise avait beaucoup travaillé sur le prototype de 2017, et c’est bien ce qui a sauté aux yeux en Malaisie. Outre le nouveau moteur, bien plus peaufiné que la version testée lors des essais de Valence, la marque aux diapasons a sorti de sa manche l’un des éléments les plus remarquables que l'on ait vus à ce stade de la pré-saison : le double carénage avec des ailettes cachées à l’intérieur. Il faudra voir comment évolue cette invention, et quelle influence elle aura sur la compétition.

Lorenzo exorcise ses démons

Lorenzo exorcise ses démons
4/9

Photo de: Gold and Goose / LAT Images

Le lundi, le visage de Jorge Lorenzo semblait être celui de quelqu’un qui vient de voir un fantôme. Après s’être montré compétitif lors de ses premiers tours de roues avec la Ducati à Valence, les retrouvailles avec sa moto à Sepang ne se sont pas passées comme il l’avait imaginé. Cependant, au fil des tours il a appréhendé les petites astuces à appliquer pour être plus rapide sur la Desmocedici, en particulier au freinage, et petit à petit il a fini par remonter dans la hiérarchie jusqu’à terminer à quatre dixièmes de Viñales. Les essais en Australie, sur un circuit qui n’a rien à voir avec celui de la Malaisie, seront déterminants pour mesurer le niveau réel aussi bien de la moto que du triple champion du monde.

Honda toujours en proie aux doutes

Honda toujours en proie aux doutes
5/9

Photo de: Honda Racing

Honda n'a pas encore trouvé la clé pour que les techniciens puissent calibrer la RC213V à leur goût. La marque à l’aile dorée a emmené en Malaisie deux nouvelles spécifications moteur : celle que Márquez et Pedrosa ont essayé lors des tests de Valence et une nouvelle. Les deux premières journées d’essais ont été marquées dans le garage HRC par un déficit de roulage causé par l’électronique, alors que le mercredi les deux pilotes ont pu réaliser le programme prévu (Márquez bouclant 85 tours et Pedrosa 67). Arrivé à ce stade, Honda doit choisir quelle direction prendre, soit chercher plus de puissance dans le premier bloc propulseur, soit essayer d’améliorer le second, bien que la situation semble moins dramatique que celle qu’a dû affronter l’équipe lors de la pré-saison précédente.

Iannone fidèle à lui-même

Iannone fidèle à lui-même
6/9

Photo de: Gold and Goose / LAT Images

Suzuki ne va pas changer Andrea Iannone, comme a pu le démontrer Sepang, où il a été capable du meilleur (il a été le plus rapide le mardi) comme du pire (il a chuté par deux fois le mercredi). Le "Maniac" se trouve très à l’aise sur la GSX-RR, une moto très maniable et qui a de surcroît vu le rendement de son moteur optimisé ces derniers temps. Il faudra voir si, maintenant qu’il constitue la pierre angulaire d’un projet, Iannone va parvenir à contrôler cet instinct qui l’a parfois amené à prendre plus de risques que nécessaire.

Zarco et Folger, la surprise

Zarco et Folger, la surprise
7/9

Photo de: Gold and Goose / LAT Images

Johann Zarco et Jonas Folger, les deux nouveaux de Yamaha Tech3, se sont érigés comme les principales surprises de ces tests. Tous deux ont démontré être très à l’aise avec leurs M1, bien qu’il faille admettre que l’excellent prototype qui leur a été mis entre les mains est celui qui a gagné l’an passé des courses avec Lorenzo et Rossi. Peu importe la manière, il faudra suivre avec attention l’évolution du duo et voir jusqu’à quel point ils peuvent soutenir leur rôle d’invités surprises. La récompense du meilleur rookie de la saison se jouera entre l’un d’entre eux et Álex Rins, étant donné qu’il semble difficile que Sam Lowes puisse s’immiscer dans la bataille avec l’Aprilia.

Des opportunités pour les "autres" Ducati

Des opportunités pour les "autres" Ducati
8/9

Photo de: Gold and Goose / LAT Images

Comme l’an passé, Ducati est parti d’une très bonne base qui a permis à ses équipes satellites de nourrir des ambitions. C’est ce qui est arrivé à Héctor Barberá en 2016 et il semble que, cette fois, le natif de Valence ait de la concurrence. Álvaro Bautista a expliqué être satisfait des sensations que lui a procurées sa Desmocedici GP16, et qu’il s’attend à ce que Barberá et lui jouent les premiers rôles lors de la première partie de la saison.

KTM se met à niveau

KTM se met à niveau
9/9

Photo de: Gold and Goose / LAT Images

S’il est une conclusion claire que l’on peut tirer de Sepang, c’est que KTM n’a pas pris le projet de MotoGP à la légère. La maison autrichienne a pour règle de s’impliquer seulement dans les disciplines où elle peut jouer les têtes d’affiche, et c’est assurément un objectif qu’elle finira par atteindre en MotoGP, même si cela doit lui prendre plus de temps qu’à l’accoutumé. "On se serait cru à Noël !" a déclaré Pol Espargaró, croulant sous la quantité de pièces qu’il devait essayer. Il reste encore beaucoup de travail, et ce qui paraît primordial est de parvenir à trouver la manière de maîtriser la puissance du moteur. Le rêve des membres de l’équipe est à la hauteur du défi qui les attend.

Prochain article MotoGP
Jarvis - La relation entre Rossi et Viñales est "une bouffée d'air frais"

Previous article

Jarvis - La relation entre Rossi et Viñales est "une bouffée d'air frais"

Next article

Crutchlow - "Nous avons encore beaucoup de travail à faire"

Crutchlow - "Nous avons encore beaucoup de travail à faire"