Morbidelli : Je ne veux pas "la vie de Rossi ou Márquez"

Bien qu'admirateur du palmarès de Valentino Rossi, Marc Márquez ou Mick Doohan, Franco Morbidelli n'est pas envieux de leurs vies très exposées. L'Italien est néanmoins le mieux placé pour prendre la place libre dans le team Yamaha officiel en 2022.

Morbidelli : Je ne veux pas "la vie de Rossi ou Márquez"

Franco Morbidelli est l'un des pilotes les plus réfléchis du championnat, une qualité remarquée lors de chacune de ses apparitions devant les journalistes. Considéré comme l'un des pilotes les plus performants du plateau dans les dernières courses de la saison 2020, le vice-Champion du monde en titre n'a pourtant pas été en mesure de reproduire les mêmes résultats cette année. Après autant de courses la saison passée, Morbidelli était cinquième du championnat, avec une première victoire à Misano et deux podiums, sachant qu'il aurait pu en conquérir un de plus à Jerez sans un problème de moteur sur sa M1.

Cette année, il n'est que 13e du championnat, la troisième place de Jerez restant son seul podium, et il a connu quatre résultats blancs auxquels le forfait d'Assen est venu s'ajouter. Malgré ces résultats décevants, Morbidelli reste fidèle à sa philosophie, à savoir ne pas être obsédé par la victoire mais faire tout ce qui est en son pouvoir.

"La victoire reflète le travail effectué en amont, c'est le reflet de la personne et de l'athlète que l'on est", a estimé le pilote dans un entretien accordé à l'édition espagnole de Motorsport.com. "Je me concentre rarement sur la victoire, parce que c'est la dernière étape, celle qui vient d'elle-même. Je me concentre sur les petites étapes avant la dernière. Comment être un meilleur pilote et une meilleure personne. Et ensuite, si tout s'assemble, la victoire arrive."

Lire aussi :

Franco Morbidelli ne cache pas être en un sens envieux quand il songe aux triomphes de son coéquipier Valentino Rossi, de Marc Márquez ou de Mick Doohan, pour ne citer que les plus célèbres, mais il ne souhaite pas subir la même pression que ces trois légendes de la catégorie : "J'aimerais atteindre mon potentiel de pilote, mais pas avoir la vie de Valentino, Márquez ou Doohan. J'aimerais vivre ma vie. Je me concentre sur ma vie. Je vois une inspiration quand je pense à de grands sportifs comme Marc ou Vale, dans le sens où ils ont connu des succès et moi pas encore."

Franco Morbidelli est resté à distance des tensions entre Maverick Viñales et Yamaha au cours du dernier week-end de course, à Assen, au terme duquel l'Espagnol et son équipe ont formalisé leur divorce en fin de saison, un an plus tôt que ce que prévoyait le contrat signé début 2020.

Le #21 a entamé sa convalescence chez lui après une opération pour une blessure au genou qu'il traînait depuis plusieurs mois et qui s'est réveillée quelques jours avant le GP des Pays-Bas, alors qu'il s'entraînait. Les chirurgiens qui sont intervenus sur le ménisque et le ligament croisé antérieur du genou gauche n'ont pas fixé d'échéance pour son retour mais le team Petronas a évoqué une convalescence de deux mois et il est peu probable que le natif de Rome soit en mesure de retrouver sa machine en Autriche au début du mois d'août, pour la reprise après la pause estivale.

À Assen, Garrett Gerloff a pris sa place sur la Yamaha du team Petronas, une situation qui pourrait devenir pérenne l'an prochain, si Morbidelli était appelé par l'équipe officielle de Yamaha. Il s'est engagé avec SRT jusqu'à la fin de l'année 2022 mais une option lui permet de se désengager en cas d'offre venant d'une équipe officielle. À ce stade de la saison et avec peu de pilotes sur le marché, cette promotion serait la plus logique, pour reformer un duo avec Fabio Quartararo, déjà son coéquipier dans le team Petronas en 2019 et 2020.

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

 Zarco commence à rêver du titre : "Je ne peux pas m'arrêter là"
Article précédent

Zarco commence à rêver du titre : "Je ne peux pas m'arrêter là"

Article suivant

L'absence d'Aprilia satellites en 2022 "fait mal" à Aleix Espargaró

L'absence d'Aprilia satellites en 2022 "fait mal" à Aleix Espargaró
Charger les commentaires