Le chef mécanicien de Joan Mir positif au COVID-19

Frankie Carchedi, chef mécanicien de Joan Mir, devra manquer le Grand Prix du Portugal en raison d'un test positif au COVID-19. Il sera remplacé par Tom O'Kane, qui travaille habituellement avec Sylvain Guintoli.

Le chef mécanicien de Joan Mir positif au COVID-19

Joan Mir sera privé ce son chef mécanicien ce week-end. Touché par une contamination au COVID-19, Frankie Carchedi ne s'est pas rendu au Portugal, où les pilotes vont disputer le troisième Grand Prix de la saison. Suzuki a précisé que le Britannique s'est placé à l'isolement et que le reste de l'équipe a été testé négatif.

À Portimão, le rôle de Carchedi sera repris par Tom O'Kane, qui est habituellement le chef mécanicien de Sylvain Guintoli, le pilote d'essai de l'équipe Championne en titre. L'Irlandais, membre de longue date de Suzuki, a occupé ce poste auprès d'Aleix Espargaró par le passé, mais aussi précédemment avec des pilotes comme Chris Vermeulen, John Hopkins ou encore Álvaro Bautista.

Plusieurs membres d'équipes ont été testés positifs au COVID-19 ces derniers mois dans le paddock MotoGP. En 2020, plusieurs membres de Yamaha ont ainsi été contaminés et placés à l'isolement, dont Valentino Rossi et différents représentants de l'équipe technique. Plus récemment, Esteban Garcia et Christophe Bourguignon, qui officient respectivement pour Maverick Viñales et Álex Márquez, ont dû manquer le début du GP du Qatar après un test au résultat douteux.

Lire aussi :

Mir s'attend à faire mieux qu'en 2020 à Portimão

Joan Mir devra travailler sans son habituel chef mécanicien sur un circuit qui lui a posé problème l'an dernier. Seulement 20e sur la grille, le pilote Suzuki avait abandonné dans une course marquée par un accrochage avec Pecco Bagnaia, mais il estime que ce week-end n'était "pas représentatif" de son véritable potentiel et qu'il pourra faire mieux pour la seconde visite du MotoGP à Portimão.

"Le problème était que rien ne s'était bien passé", a rappelé Mir ce jeudi. "On a eu des soucis avec un moteur et ça a tout compliqué, parce qu'on ne savait pas vraiment quel était le problème. On l'a compris après les qualifications. En course, j'ai eu un contact avec Pecco et on a eu un problème électronique, qui a provoqué mon abandon."

"Ce qui est important, c'est que l'équipe ait identifié le problème et, en parlant en mon nom, pas pour Álex [Rins], j'ai l'impression que la Suzuki peut être performante ici. On peut être fort. Le seul jour où j'ai pu être fort [en 2020], sans souci avec le moteur, c'était le vendredi. Et j'étais performant. Je n'ai pas pu l'être le samedi, mais je me sens bien."

partages
commentaires

Related video

Márquez "nerveux" et sans objectif pour son retour
Article précédent

Márquez "nerveux" et sans objectif pour son retour

Article suivant

Johann Zarco, leader du championnat sans pression

Johann Zarco, leader du championnat sans pression
Charger les commentaires