Le frein moteur, clé de la progression pour Yamaha selon Viñales

partages
commentaires
Le frein moteur, clé de la progression pour Yamaha selon Viñales
Par : Willy Zinck
9 nov. 2018 à 08:45

L'Espagnol assure que le châssis de sa M1 n'a rien à envier à celui de ses rivales sur la grille, mais que son handicap se situe davantage au niveau du frein moteur.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing leads
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing

Au soir d'une saison très compliquée sur le plan de la performance pour Yamaha, l'optimisme semble être de retour dans les rangs du constructeurs japonais suite aux deux dernières manches qui se sont déroulées respectivement en Australie et en Malaisie.

À Phillip Island, la marque aux trois diapasons a en effet renoué avec la victoire pour la première fois en 16 mois par l'intermédiaire de Maverick Viñales, avant de passer près d'un nouveau succès dimanche dernier à Sepang, cette fois-ci par le biais de Valentino Rossi.

La tournée outre-mer semble avoir fait le plus grand bien à Yamaha, qui avait auparavant vu ses résultats rehaussés dès le Grand Prix de Thaïlande. Mais les deux pilotes officiels se refusent pour l'heure à crier victoire, arguant que tous les maux de la M1 n'ont pas encore été résolus, loin s'en faut. 

Lire aussi:

Pour Viñales, c'est d'ailleurs clair : pour espérer faire la jonction avec Honda et Ducati l'an prochain et retrouver enfin le statut d'équipe de premier plan, la marque d'Iwata va devoir travailler sur son moteur.

"Sur la moto, on doit juste changer une chose, c'est le moteur", a déclaré le numéro 25 lors de la dernière épreuve. "Je l'ai dit plusieurs fois, le châssis est vraiment bon. Personnellement, je ne perds l'avant sur aucun circuit, et j'attaque bien sur l'avant ! Sur certains circuits j'essaie même de perdre l'avant ! Notre moto est vraiment bonne, on doit juste avoir un peu plus de grip à l'arrière, surtout au freinage, et ensuite régler le frein moteur."

"Je suis très confiant parce que je sais quel est le problème, il faut augmenter le frein moteur quand je ne suis plus sur les gaz, dans la dernière partie [du freinage]. Le moteur de Johann [Zarco] a déjà beaucoup plus de frein moteur dans cette zone. Ce n'est donc pas très compliqué pour eux de le faire, puisqu'ils ont déjà [ce qu'il faut]."

La troisième place comme objectif pour Viñales

Quatrième du Grand Prix de Malaisie, c'est à cette même position qu'évolue l'ibère au championnat alors que la dernière épreuve de l'année se profile, à Valence. Viñales tentera ainsi de damer le pion à son coéquipier Rossi à domicile, ce dernier ne disposant plus que de deux petits points d'avance sur lui après sa chute dimanche.

"Valence est une bonne piste pour moi, en général en tests je suis rapide", affirme Viñales, confiant de pouvoir bien figurer dans une dizaine de jours sur le circuit Ricardo Tormo. "L'an dernier en course, on était déjà loin, la troisième place était fichue donc je n'attaquais pas. Cette année sera différente je pense. C'est un bon défi d'essayer de finir troisième [du championnat]. Je vais faire de mon mieux, et dès les qualifications, je vais essayer d'être en pole ou deuxième, je vais tout donner."

L'idée sera également de préparer au mieux la transition avec l'exercice 2019 au cours des deux journées d'essais qui seront organisées en Espagne dans la foulée du Grand Prix, en appliquant notamment un plan de marche clair afin de ne pas s'égarer comme l'an dernier. 

Lire aussi:

"À Valence je ferai de mon mieux, mais pendant les tests je vais être très intelligent, car je pense que l'an dernier on n'a pas très bien travaillé pendant les tests de Valence", reprend Viñales. "La première journée était très bonne et puis la deuxième très mauvaise car on a commencé à jouer avec les réglages, etc. Cette année je vais passer deux journées juste sur le moteur, à le tester encore et encore, avec plus de puissance, moins de puissance… sans changer de réglages, car ils fonctionnent maintenant sur trois circuits différents."

Avec Michaël Duforest

 
Article suivant
La stabilité, objectif du SIC Yamaha Petronas pour sa 1re année

Article précédent

La stabilité, objectif du SIC Yamaha Petronas pour sa 1re année

Article suivant

Pour Poncharal, l'issue du GP d'Australie a été "difficile à accepter"

Pour Poncharal, l'issue du GP d'Australie a été "difficile à accepter"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Willy Zinck
Type d'article Actualités