Gerloff juge les MotoGP "incroyablement sensibles" aux bosses

Après avoir pu comparer le MotoGP et le WorldSBK sur une même piste, Garrett Gerloff comprend les craintes qu'avaient les pilotes de Grand Prix à Austin. Jugeant les machines de la catégorie reine très sensibles, l'Américain estime que le circuit texan est "trop dangereux" pour elles.

Gerloff juge les MotoGP "incroyablement sensibles" aux bosses

Durant les trois jours en piste à Austin, le week-end dernier, les pilotes ont été très nombreux à se plaindre des bosses, plus que jamais présentes sur le circuit texan. Les motos étaient particulièrement déséquilibrées dans les premières courbes du tracé et au virage 10, des portions qui devraient être refaites avant l'édition 2022. Aleix Espargaró, victime de cinq chutes au cours du week-end, jugeait le tracé trop dangereux pour que la course soit maintenue et ils ont été plusieurs à demander qu'elle soit raccourcie, sans obtenir gain de cause.

Les pilotes du MotoGP sont souvent prompts à se plaindre des pistes bosselées et ils s'inquiètent déjà du passage des F1 sur le circuit de Losail à la fin du mois de novembre. Garrett Gerloff admet avoir parfois été surpris de ces commentaires, mais après avoir disputé la course d'Assen en remplacement de Franco Morbidelli, celui qui roule habituellement en WorldSBK comprend ses confrères.

"Ces dernières années, quand j'entendais les pilotes du MotoGP se plaindre des bosses, je me disais que c'était des pleureuses", a déclaré l'Américain selon GPOne. En roulant aux Pays-Bas dans les deux catégories à quatre semaines d'intervalle, Gerloff a constaté que la Yamaha M1 était plus sensible à l'état de la piste que la R1 et son jugement n'est plus le même : "Après avoir roulé en MotoGP à Assen, je comprends leur inquiétude."

"Une MotoGP est un prototype incroyablement sensible et à Assen, par exemple, on se rend compte que l'asphalte n'est pas si parfait. Personnellement, je n'irais jamais à Austin avec une MotoGP, parce que c'est dangereux."

"J'y roulerais avec une moto de Superbike, parce que je connais la moto et que je sais comment la gérer sur les bosses", a-t-il précisé. "Mais la situation est complètement différente avec une MotoGP, parce que la moto devient instable partout et qu'elle bouge sans cesse. Donc c'est vraiment compliqué de rouler dans ces conditions et je comprends le mécontentement."

Aleix Espargaró a salué les propos de Gerloff, estimant qu'ils émanaient de "l'un des meilleurs pilotes américains des dernières années" et qu'ils venaient appuyer ceux de la majeure partie des pilotes qui roulent en MotoGP. "Il est évident que la Dorna doit faire quelque chose pour l'an prochain", a estimé le pilote Aprilia. "Sinon, ce n'est vraiment pas sûr. Il ne faut pas attendre qu'il se passe quelque chose de tragique pour agir. Quand on a 22 pilotes, que 19 ou 20 disent la même chose, parmi les 20 meilleurs au monde, peut-être qu'on a raison, non ?"

Lire aussi :

partages
commentaires
Quartararo vise le titre à Portimão plus qu'à Misano
Article précédent

Quartararo vise le titre à Portimão plus qu'à Misano

Article suivant

Márquez a offert le trophée du GP d'Aragón à la famille de Hugo Millán

Márquez a offert le trophée du GP d'Aragón à la famille de Hugo Millán
Charger les commentaires