Moteur, départs, pilotes : Dall'Igna cible les points forts de Ducati

Gigi Dall'Igna attribue les bonnes performances de Ducati depuis le début de la saison 2021 à des progrès sur le moteur, un holeshot device de plus en plus performant et au nouveau souffle apporté par les jeunes pilotes de la marque.

Moteur, départs, pilotes : Dall'Igna cible les points forts de Ducati

Ducati fait forte impression en MotoGP cette année, une forme constatée dès le début des tests de pré-saison à Losail. Via son équipe officielle et le team Pramac, le constructeur italien a placé deux pilotes sur le podium de la majorité des courses disputées en 2021, la seule exception étant le GP du Portugal, où Pecco Bagnaia a été le seul pilote représentant de la marque parmi les trois premiers.

Deux succès ont été conquis par Jack Miller, à Jerez et au Mans, des circuits où Ducati a réalisé des doublés, et l'Australien fait partie des trois pilotes Ducati qui sont à moins de 16 points du leader du championnat, Fabio Quartararo, avec son coéquipier Bagnaia et Johann Zarco. Dans les cinq premières courses de la saison, les Desmosedici ont ainsi déjà obtenu autant de succès et de positions sur le podium que sur l'intégralité de la saison 2020.

Avant d'aborder son Grand Prix national ce week-end, sur le circuit du Mugello, Gigi Dall'Igna se félicite du bon travail effectué dans les coulisses sur le V4 qui équipe les Ducati, malgré le gel du développement imposé durant l'intersaison pour limiter les dépenses sur fond de pandémie de COVID-19, et voit encore des pistes de progrès. "Je suis vraiment heureux du travail que mes techniciens ont réalisé pendant l'hiver, car nous avons progressé sur le moteur", explique le directeur général de Ducati Corse au site officiel du MotoGP.

"Même s'il était gelé, nous avons pu trouver des domaines d'amélioration, c'est permis par le règlement. Sur le châssis aussi, nous avons plutôt bien travaillé et le résultat de Jerez l'a démontré, mais la moto ne tourne pas comme nous le voulons donc nous devons encore progresser, pas uniquement sur le châssis mais même sur le moteur si c'est possible."

Lire aussi :

Ducati peut aussi s'appuyer sur ses forces habituelles comme le holeshot device, qui permet très régulièrement à ses pilotes de gagner des positions au départ. La marque n'a signé la pole que dans les deux courses de Losail en 2021 mais c'est toujours l'un de ses représentants qui a bouclé le premier tour à la première position.

"Le départ est parfois la clé de la course, car si vous partez devant il est beaucoup plus facile de faire une bonne stratégie pour la course", souligne Dall'Igna. "Nous avons travaillé très dur pour trouver une façon de prendre de bons départs. Nous avons commencé avec une idée simple il y a deux ans et tous les six mois nous avons introduit quelque chose de nouveau afin d'améliorer notre système."

"C'est clairement un avantage, sinon nos pilotes n'utiliseraient pas ce système. Il y a des pistes où c'est très important, et d'autres où ça ne l'est pas tellement. Le seul problème c'est que les règles sont très strictes dans ce domaine et nous ne sommes donc autorisés à utiliser qu'un système mécanique et rien d'électronique. Au début, ça n'était pas facile de trouver la façon de faire cela."

Les pilotes s'appuient sur le dispositif pour gagner des places au départ mais son utilisation au début des lignes droites contribue aussi aux vitesses de pointe exceptionnelles des Ducati, une force historique plus que jamais présente cette année : "Nous avons battu le record de vitesse au Qatar", rappelle Dall'Igna en référence aux 362,4 km/h atteints par Johann Zarco dans le premier week-end de la saison. "Comme pour le start device, je suis totalement convaincu que la vitesse est un outil très important pour la stratégie de course, car il n'est beaucoup plus facile de dépasser des pilotes en ligne droite qu'en virage."

La technique n'explique pas à elle-seule le niveau actuel de Ducati. Les duos de pilotes ont été renouvelés dans l'intégralité des équipes qui engagent ses machines, ce qui s'est illustré avec la promotion de Jack Miller et Pecco Bagnaia dans l'équipe d'usine, en provenance du team Pramac, où Johann Zarco a fait son arrivée. Les trois autres places sont revenues à des débuts : Jorge Martín, encore convalescent et absent au Mugello, chez Pramac, et un duo italien dans le team Avintia, composé d'Enea Bastianini et Luca Marini.

Ces nombreux transferts coïncident avec la fin de l'ère Andrea Dovizioso, homme fort de la marque durant huit saisons. Dall'Igana, entré dans un conflit par médias interposés avec son ancien protégé, se réjouit du vent d'air frais qui souffle actuellement dans l'équipe : "Après de nombreuses années durant lesquelles nous avons pratiquement toujours eu les mêmes pilotes sur les Ducati, cette année nous avons complètement changé et nous avons commencé à travailler avec ces jeunes pilotes. C'est important, car normalement les jeunes transmettent un esprit différent, et surtout aux vieux comme moi ! Ils me poussent donc à faire de mieux en mieux."

Lire aussi :

L'arrivée de ces pilotes s'accompagne d'idée et de besoins nouveaux, notamment pour Pecco Bagnaia, très performant malgré une utilisation très particulière de la Ducati, signe du niveau de polyvalence atteint par cette moto : "Il est assez clair qu'il utilise un style de pilotage assez différent par rapport aux autres. Il est très spécial parce qu'il utilise 100% du pneu avant. Nous avons différents styles de pilotage et je pense qu'il ne faut pas travailler dans une seule direction. Une bonne moto doit donner aux pilotes la possibilité d'être utilisée comme ils le veulent. Je pense que notre moto peut faire cela en ce moment."

Ce début de saison étincelant ne pousse pas Ducati à se reposer sur ses lauriers, l'équipe technique du constructeur profitant de la levée du gel dans le développement pour travailler sans relâche sur des nouveautés qui seront évaluées en piste avant même la fin de la saison : "Il est temps de penser à l'avenir, nous devons donc penser à 2022 et nous travaillons sur cela en ce moment. Nous travaillons dans notre quartier général, à Borgo Panigale, et en octobre nous pourrons commencer à voir quelque chose en piste. Je ne peux pas vous dire ce que vous verrez en 2022, mais il est important d'évoluer, de penser différemment, de créer quelque chose de nouveau, car je pense que c'est ce que nous pouvons faire de mieux dans notre vie."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires

Related video

Comment fonctionne une pénalité long-lap en MotoGP ?
Article précédent

Comment fonctionne une pénalité long-lap en MotoGP ?

Article suivant

Pramac renouvelle son accord avec Ducati

Pramac renouvelle son accord avec Ducati
Charger les commentaires