GP de France - Coup de chaud pour Marc Marquez

En faisant le bilan de ses qualifications terminées tout de même avec une troisième pole position personnelle dans la Sarthe, Marc Marquez reconnaissaIt ne pas avoir encore le même rythme en course que Jorge Lorenzo. Ce dernier, maître de la régularité lors des séances d'essais libres abattues avec des chronos en 1'33, était le souci majeur du double Champion du Monde. Ce dernier espérait néanmoins une élévation des températures pour changer la donne. La météo est allé dans son sens. Mais pas sa Honda.

Avoir un rythme moins élevé est une chose, mais se retrouver sous le drapeau à damiers après vingt-huit tours classé quatrième à vingt secondes du vainqueur doté d'une Yamaha qui fait le doublé, c'est autre chose. Un bilan inconcevable pour un officiel Honda de la trempe de Marc Marquez. Et pourtant, dès le départ donné, les difficultés ont commencé.

Bousculé dès les premiers mètres par un Andrea Iannone qu'il aura le plaisir de retrouver plus tard dans la course, l'homme de Cervera a multiplié les écarts de trajectoire, synonymes de difficultés. Pendant ce temps, autour de lui, les chutes dans le peloton étaient légion.

Une conjoncture que le double Champion du Monde analyse ainsi : "Cet après-midi les températures se sont sérieusement élevées et personne n'avait jamais piloté dans de telles conditions depuis le début du week-end. Dès le quatrième tour j'ai vu que j'avais des difficultés avec l'avant et je pense que c'était le cas pour toutes les Honda." Et en effet, Dani Pedrosa, Cal Crutchlow mais aussi Jack Miller et Scott Redding sont partis à la faute.

D'habitude, quand les températures montent, on est plus performants. Mais cette fois, c'est allé dans le mauvais sens. Il nous faut étudier les données pour comprendre ce qui s'est passé

Marc Marquez

"D'habitude, quand les températures montent, on est plus performants. Mais cette fois, c'est allé dans le mauvais sens. Il nous faut étudier les données pour comprendre ce qui s'est passé." Une expertise partagée par le directeur du HRC Livio Suppo qui estime que son pilote aurait peut-être pu faire mieux si les essais d'hier s'étaient déroulés dans les mêmes conditions qu'aujourd'hui.

Certes, mais le verdict du ciel a été partagé tant par Yamaha que par Ducati. De fait, quid du niveau de la Honda?  Ses adversaires l'ont remarqué nerveuse en piste. Et Dani Pedrosa qui l'avait perdue de vue depuis le Qatar a déclaré à la chaîne de télévision italienne Sky : "Je ne m'attendais pas à ce que la moto soit aussi loin de la Yamaha et de la Ducati" envisageant des changements à la lumière de cette course difficile. Il va y avoir de quoi parler au débriefing au sein du HRC...

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de France
Sous-évènement Course
Circuit Le Mans Circuit Bugatti
Pilotes Marc Márquez
Équipes Repsol Honda Team
Type d'article Résumé de course
Tags dani pedrosa, gp de france, honda, hrc, marc marquez