GP de France – Jorge Lorenzo n'a pas eu la partie si facile

Et de deux! Jorge Lorenzo est reparti de plus belle en MotoGP et a retrouvé goût de la victoire. Après un Grand Prix d'Espagne dominé de la tête et des épaules, c'est un Grand Prix de France qui est à présent tombé dans son escarcelle. Avec maintenant cinquante-six victoires à son actif, le Majorquin est le cinquième pilote le plus victorieux de l'histoire des Grands Prix.

Un bonheur pour Yamaha qui compte deux pilotes dans le top 5 de cette prestigieuse hiérarchie, puisque Valentino Rossi en est le second avec cent-dix réalisations. Un duo qui a réalisé le doublé dans la Sarthe sans aller au duel. Certes, mais pour encore combien de temps?

Car Le Majorquin l'a reconnu en faisant le bilan de sa course ; il a mis le coup de collier lorsqu'il a su que c'était le "Doctor" qui était à sa poursuite : "Lorsque j'ai vu que c'était Valentino qui tenait la deuxième place, et qu'il réduisait un peu l'écart, j'ai dû attaquer un peu plus. Surtout en freinant plus fort. J'ai freiné plus tard et j'ai fait un 1'33.004 qui m'a donné l'avantage nécessaire pour gagner cette course."

Lorsque j'ai vu que c'était Valentino qui tenait la deuxième place, et qu'il réduisait un peu l'écart, j'ai dû attaquer un peu plus

Jorge Lorenzo

Comme quoi, les apparences peuvent être trompeuses. Non, la prestation de "Por Fuera" n'a pas été une balade tranquille sous un soleil estival. C'est d'ailleurs celui-ci qui a inquiété : "J'étais soucieux pour mon pneu avant soft car les températures étaient plus élevées et avec le réservoir plein, on le sollicite plus au freinage. Après trois ou quatre tours, je me suis demandé comment les choses allaient évoluer. Mais, heureusement, le pneu s'est bien comporté."

"Les écarts étaient serrés et j'ai attaqué tout le temps, mais aussi forcé un peu moins lorsque le réservoir s'est allégé. Je savais que les autres pilotes rencontraient des difficultés avec l'avant. Le départ a été important et dépasser Marc Marquez et Andrea Dovizioso d'entrée a été primordial. J'ai pu partir devant et prendre mon rythme et mes repères. A un moment Andrea est revenu sur moi, mais j'ai pu le maintenir entre 1.2 et 1.4s."

Voilà l'Espagnol revenu à quinze points de Valentino Rossi et installé à la seconde place de la course au titre. A la fin du mois, c'est l'Italie qui attend l'officiel d'Iwata, fief d'un homme de Tavullia qui sera le héros de tout un peuple : "Gagner deux courses de rang après avoir raté le podium durant les trois premiers Grands Prix, c'est un sacré changement. Il faut garder les pieds sur terre. Les choses peuvent tourner très vite."

"Le Mugello est une piste qui convient à Yamaha et que j'aime bien. Mais Valentino sera à domicile et il y est aussi très rapide. On le voit en difficulté lors des qualifications mais il trouve toujours les solutions pour la course. Ce ne sera pas facile de combler l'écart au Championnat. Nous verrons bien."

A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de France
Sous-évènement Course
Circuit Le Mans Circuit Bugatti
Pilotes Jorge Lorenzo
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Résumé de course
Tags gp de france, jorge lorenzo, yamaha