Le GP de France MotoGP se prépare après une année 2017 record

Rendez-vous était donné sur les bords de Seine pour présenter cette semaine l'édition 2018 du Grand Prix de France, l'une des épreuves les plus puissantes de la saison MotoGP.

Le Grand Prix de France MotoGP organisait mercredi sa traditionnelle conférence de présentation, à Paris. Étaient présents comme il se doit les pilotes français engagés dans les différentes catégories – Johann Zarco en MotoGP, Fabio Quartararo et Jules Danilo en Moto2 – ainsi qu'Andrea Iannone en sa qualité de partenaire HJC, sponsor de l'épreuve, tous conviés à faire étape sur les Bateaux Mouches parisiens à leur retour du Qatar où ils ont donné le coup d'envoi de leur championnat.

L'édition 2018 de l'épreuve tricolore, d'ores et déjà complète en places assises malgré l'ajout d'une nouvelle tribune, sera le 25e Grand Prix de France de Claude Michy et de ses équipes, lesquelles ont repris avec brio son organisation après "l'échec" de l'édition 1992 telle que la qualifie Jacques Bolle, président de la Fédération française de motocyclisme, et l'absence de la France au calendrier 1993. C'est désormais "un partenariat qui va au-delà du Grand Prix" qui lie la FFM et le promoteur, avec une course particulièrement prisée par les spectateurs.

Jules Danilo, Fabio Quartararo,  Johann Zarco, Andrea Iannone

Établi au Mans en 2000 après quelques déménagements, le rendez-vous français du calendrier a en effet su gagner en puissance, jusqu'à battre l'an dernier son record d'affluence avec 204'222 sur trois jours, dont 105'020 le dimanche. Le Grand Prix de France est ainsi devenu la deuxième meilleure épreuve de la saison en termes de fréquentation, devancé sur le fil par Valence et sa finale Márquez-Dovizioso au championnat.

Cette année encore, il n'est pas question de déroger à l'un des points d'honneur des organisateurs, placer le spectateur au cœur du dispositif. C'est ainsi qu'un concours sera organisé, avec un gros lot d'exception, comprenant notamment une Ducati Monster 821, tandis que le fameux Show mécanique du samedi soir peaufine son programme avec à la clé un "secret" qui fait trépigner Claude Michy et qui s'annonce comme "totalement exceptionnel". Tout ceci viendra s'ajouter aux rendez-vous déjà incontournables du Grand Prix de France, avec notamment la visite de la voie des stands le jeudi ou encore la Fan Zone et les rencontres avec les pilotes et les concerts qui y sont organisés tout au long du week-end.

Le programme accueillera à nouveau l’International Bridgestone Handy Race, qui a tant séduit le public manceau l'an dernier, qui fera office de course annexe au même titre que le CEV. Quant aux courses du Championnat du monde, elles découvriront la nouvelle ligne de départ, devant offrir un meilleur point de vue aux spectateurs. "Pour que le spectacle soit encore mieux valorisé, plus immersif pour les spectateurs, pour que les fans dans les tribunes perçoivent l'adrénaline qui se dégage au moment si particulier du départ, nous avons cette année déplacé la ligne de départ. Elle se situe désormais 145 m plus loin et permettra au public installé dans les tribunes en face de la voie des stands de voir la grille dans son intégralité", explique Pierre Fillon, président de l'ACO. Il est à noter par ailleurs que la course MotoGP sera raccourcie d'un tour, une volonté des organisateurs du championnat pour des raisons de coordination de programme.

Rendez-vous est donc donné du 18 au 20 mai pour le premier événement moto en France, en présence des trois titulaires français du championnat, mais peut-être aussi de deux représentants supplémentaires. La Commission nationale de la FFM a en effet déposé deux demandes de wild-cards, en attente aujourd'hui de validation, pour Cédric Tangre et Quentin Perolari.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de France
Circuit Le Mans Circuit Bugatti
Type d'article Preview