Hervé Poncharal, taille patron
Prime
MotoGP Interview

Hervé Poncharal, taille patron

Par :

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

À 64 ans, Hervé Poncharal est un pilier du paddock MotoGP, fidèle au poste quels que soient les remous. Dirigeant de l'une des équipes les plus emblématiques des Grands Prix depuis plus de trente ans, il est également président de l'IRTA et donc premier contact de Carmelo Ezpeleta pour toute question relative aux teams qui composent le championnat. Soutien indéfectible du promoteur espagnol, le Varois s'est battu aux côtés des instances et de tous les acteurs du MotoGP pour que le championnat traverse la crise de 2020 et s'en sorte avec brio.

Lui qui se décrit comme Dr Jekyll et Mr Hyde tant il goûte aux plaisirs simples du calme et de la nature lorsqu'il s'éloigne des circuits, il sait aussi qu'une autre vie l'attend, tôt ou tard. Il admettait en début d'année que "personne n'est irremplaçable" et qu'il lui faut préparer l'avenir de son entreprise, mais Hervé Poncharal n'est pas homme à abandonner ses "proches", comme il décrit ses employés, et on l'imagine difficilement se détourner de l'adrénaline de la compétition. C'est avec son enthousiasme habituel et une passion toujours intensément chevillée au corps qu'il a échangé avec Motorsport.com sur cette année de chamboulements.

partages
commentaires

Leader déterminé, Espargaró a remotivé les troupes chez Aprilia

Aleix Espargaró constate que ses rivaux pour le titre ne sont pas infaillibles et que beaucoup de choses peuvent se produire sur les dernières manches de la saison. Plutôt que de regarder en arrière sur l'occasion manquée au Japon, l'Espagnol se veut radicalement tourné vers l'opportunité d'un GP de Thaïlande à l'issue incertaine.

Bagnaia pense encore à son erreur du Japon

Pecco Bagnaia reconnaît ne pas avoir encore pleinement tourné la page du Japon, où sa chute survenue dans le dernier tour lui a coûté huit points au championnat. Il espère toutefois comprendre ses difficultés pour être plus compétitif en Thaïlande.

Trop agressif sur le mouillé au Japon, Quartararo veut revoir sa copie

Un peu frustré par la performance de sa Yamaha à Motegi, Fabio Quartararo a analysé son pilotage sur le mouillé et estime qu'il va devoir se montrer plus doux pour être performant au Grand Prix de Thaïlande, où la pluie est également attendue.

Petrucci ému mais réaliste : "Difficile de ne pas finir dernier"

Particulièrement ému de revenir en MotoGP pour disputer le Grand Prix de Thaïlande, Danilo Petrucci n'en oublie pas pour autant les difficultés qui l'attendent et s'imagine difficilement évoluer ailleurs qu'à la dernière place.

Jack Miller : "J'étais fatigué de devoir justifier ma place"

Jack Miller était lassé de devoir constamment prouver sa valeur à Ducati et a senti une envie plus nette chez KTM. Le vainqueur de Motegi sent que l'équipe penchait plus du côté de Pecco Bagnaia en raison de sa nationalité italienne.

Le programme du Grand Prix de Thaïlande MotoGP

Pour la troisième fois, le MotoGP court cette semaine en Thaïlande, sur une piste où seul Marc Márquez s'est imposé jusqu'à présent.

Quartararo : La mentalité change selon l'écart au championnat

Pour Fabio Quartararo, Pecco Bagnaia peut commencer à ressentir la pression du titre, ce qui n'était pas le cas il y a encore quelques Grands Prix quand son retard s'élevait à 91 points. Le Français compte pour sa part garder la même approche jusqu'au bout.

Pol Espargaró perplexe face à de brefs progrès au Japon

Pol Espargaró n'a pas totalement compris la raison de ses progrès sur la Honda lors des premiers essais du Grand Prix du Japon. Mais sa performance a ensuite régressé, alors qu'il affirme n'avoir reçu aucune nouveauté de Honda depuis le début du championnat.

Michelin : "Le flag-to-flag est gérable s'il ne pleut pas fort"
Article précédent

Michelin : "Le flag-to-flag est gérable s'il ne pleut pas fort"

Article suivant

Comment fonctionne une pénalité long-lap en MotoGP ?

Comment fonctionne une pénalité long-lap en MotoGP ?