Honda est "sur la bonne voie" avec son prototype pour 2022

Alberto Puig estime que Honda a su corriger certaines faiblesses de son nouveau prototype au test de Jerez. Les pilotes sont à l'unisson pour évoquer les progrès effectués.

Honda est "sur la bonne voie" avec son prototype pour 2022

Il y a deux mois, Honda a lancé une moto radicalement différente au test de Misano en vue de la saison 2022, avec une prise d'air revue et de nouveaux appendices aérodynamiques. Le travail s'est poursuivi à Jerez ces derniers jours, avec une RC16 encore légèrement modifiée et dotée d'un nouvel échappement. Alberto Puig a précisé au site officiel du MotoGP que la marque était encore "loin d'être prête" mais s'est réjouit de voir l'évolution du prototype en huit semaines.

"On a essayé une moto qui est une évolution de celle du test de Misano", a déclaré le team manager de Repsol Honda à Motorsport.com. "Nous avons vu de bonnes choses, d'autres que nous n'aimons pas trop, mais ce qui est important, c'est que nous avons trouvé une direction claire pour continuer le développement."  

"C'est très compliqué quand plusieurs pilotes testent la moto et qu'ils ont tous un avis différent, mais heureusement, nos pilotes ont des opinions très similaires et c'est très important, parce qu'on réalise que le travail entamé à Misano et ce que nous avions prévu de tester à Jerez a fonctionné", a ajouté l'ancien pilote. "Et c'est positif."

Puig se réjouit aussi que Honda ait trouvé des solutions à certaines faiblesses constatées sur cette machine au mois de septembre : "Au test de Misano, la première fois que que nous avons testé ce prototype, il manquait des choses. Il en manque encore mais nous sommes allés dans la bonne direction. Parfois, on se perd et quand on arrive au test de Sepang [prévu en février], on ne sait pas où on est. Je veux penser et je crois qu'avec les données des deux journées, nous sommes sur la bonne voie".

Puig reconnaît que l'absence de Marc Márquez, blessé à l'œil et dans l'incertitude sur la suite de sa convalescence avant de nouveaux examens prévus fin décembre, a été un "handicap indéniable", d'autant plus que le constructeur japonais a également dû composer avec un Pol Espargaró diminué. Ce dernier souffrait encore des côtes et du poignet après sa lourde chute au Grand Prix de Valence et a attendu la journée de vendredi pour remonter sur le prototype, laissant les pilotes LCR, Takaaki Nakagami et Álex Márquez, se charger des évaluations jeudi.

Le prototype 2022 de Honda

Le prototype 2022 de Honda

Comme son patron, Espargaró a senti que Honda avait apporté des progrès sans pour autant parvenir à gommer toutes les faiblesses : "La nouvelle moto est bonne, mais il y a encore beaucoup à faire", a expliqué le Catalan. "J'ai le sentiment que le potentiel est bon. On a plus de grip arrière, ce qui est déjà quelque chose de génial. Je peux plus commencer à piloter de la manière que j'aime, avec le frein arrière, ce qui est super important pour moi et quelque chose que je commençais à faire de moins en moins en moins au fil de cette année, et c'est l'une des caractéristiques de mon style de pilotage. C'est super. La moto est bonne. Comme je l'ai dit, il y a beaucoup à faire progresser, mais c'est un bon début."

"On a pas mal progressé sur l'aérodynamique", a ajouté Pol Espargaró. "C'est un super grand changement par rapport à l'an dernier. La connaissance que j'ai de cette année aide beaucoup."

Celui qui a rejoint Honda cette année n'a en fait pas testé un prototype mais deux, avec de subtiles différences : "Il y a deux prototypes, avec deux réglages moteurs différents. Et ils sont tous les deux très, très similaires. Il y a de petites choses dont je ne peux pas vous parler qui sont plus du côté moteur, qui changent pas mal. Et aussi, nous essayons des châssis différents sur les prototypes. L'un d'entre eux fonctionne bien".

Une satisfaction partagée entre tous les pilotes

Takaaki Nakagami, Team LCR Honda

Les pilotes LCR ont surtout utilisé ces prototypes le premier jour et Takaaki Nakagami, auteur du meilleur temps avec cette moto jeudi, s'est avant tout satisfait d'avoir été performant et d'avoir retrouvé des sensations familières avec une machine pourtant peu éprouvée et donc loin d'exprimer encore tout son potentiel.

"Sincèrement, les sensations sont assez similaires à la moto de cette année, ce qui est bien", a confié le Japonais au site officiel du MotoGP. "Ce n'est que le premier test, donc on a beaucoup de temps pour améliorer la moto. La première impression était quand même très bonne. Je suis assez content et c'est sympa d'être en tête lors du premier test pour 2022. De bons débuts pour nous et les sensations sont assez positives."

Álex Márquez s'est lui aussi satisfait des chronos réalisés avec une machine encore jeune. "Je suis vraiment content des performances dans leur ensemble", a déclaré le Champion 2019 du Moto2. "Il y a encore beaucoup de choses à faire et à améliorer mais le rythme semble bon, ce qui est le plus important."

"On ne s'est pas concentrés sur un seul domaine mais sur la totalité : on a essayé de progresser à tous les niveaux, je pense que ça sera le plus important pour l'avenir. C'est encore une moto très jeune, ce n'est que le début donc on doit encore tout comprendre dans les réglages et ces choses-là. On doit progresser mais globalement ce n'était pas mauvais. Il y a encore beaucoup de choses à faire."

Lire aussi :

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Une opération de routine et de la confiance pour Jorge Martín
Article précédent

Une opération de routine et de la confiance pour Jorge Martín

Article suivant

Peu de nouveautés majeures mais un test utile pour Aprilia

Peu de nouveautés majeures mais un test utile pour Aprilia
Charger les commentaires