Honda poursuit ses comparaisons de châssis en Aragón

Pol Espargaró peut enfin véritablement tester le châssis dont Marc Márquez dispose depuis le début de l'été au MotorLand Aragón.

Honda poursuit ses comparaisons de châssis en Aragón

Depuis son retour à la compétition, Marc Márquez n'a pas disputé les week-ends de course avec le même matériel que le autres pilotes Honda. L'Espagnol a d'abord roulé sans les évolutions apparues durant sa convalescence afin de reprendre ses marques pas à pas. À partir du GP des Pays-Bas, il a à l'inverse été le seul à utiliser une nouvelle version du châssis, qui a depuis reçu des évolutions, dans un travail de développement destiné à replacer Honda parmi les constructeurs les plus performants en MotoGP.

"On a un nouveau châssis depuis Assen", a confirmé Márquez vendredi. "J'ai travaillé avec un châssis à Assen, puis avec une mise à jour pour l'Autriche 1, avec celui d'Assen pour l'Autriche 2 et à Silverstone, et [vendredi en Aragón] la majeure partie du temps avec celui d'Assen mais aussi avec un autre que l'on teste. Je ne sais pas si je peux le dire, mais ce n'est pas vraiment une nouveauté."

Aux Pays-Bas, Marc Márquez a immédiatement senti des progrès avec le nouveau châssis mais les gains varient selon les tracés. Il espère que les prochains rendez-vous et le test post-course prévu sur le circuit de Misano permettront de déterminer les meilleures solutions en vue de la saison 2022, après les nombreuses comparaisons déjà menées.

"À Assen en particulier, j'ai senti une meilleure stabilité, surtout dans les virages rapides, mais j'avais plus de mal dans les virages lents. C'est toujours un compromis. Ça fonctionnait bien pour nous. Pour l'Autriche 1, on avait juste un programme d'essais [sur l'ensemble du week-end]. On a testé beaucoup de choses. Pour l'Autriche 2, on est revenus à quelque chose que l'on connaissait, le châssis d'Assen qui fonctionnait bien."

Lire aussi :

"Dans les prochaines courses, surtout celle-là, et dans le test de Misano, on doit comprendre quelle direction prendre pour l'avenir, parce que les autres pilotes Honda ont un autre châssis et que j'ai travaillé dans une direction différente. Quand ils testent ma direction, parfois ils l'apprécient, parfois non. C'est encore un peu confus mais de mon côté du box, c'est de plus en plus clair. Je dois juste comprendre quelle direction prendre par rapport à mon style de pilotage, entre ici et Misano."

La fabrication d'un nouveau châssis prend du temps et Honda préférait jusque-là confier l'essentiel du développement à Marc Márquez. Pol Espargaró s'était ainsi contenté de quelques tours avec le nouveau modèle à Assen et ne l'avait plus piloté depuis. Selon MotoGP.com, Márquez et Espargaró avant un exemplaire de la version la plus récente et un de l'ancien châssis vendredi.

Ce samedi, c'est Espargaró qui dispose de ces deux nouveaux châssis, tandis que les deux machines de Márquez sont construites autour de l'ancienne version. Le poleman du GP de Grande-Bretagne va ainsi pouvoir correctement se forger une opinion sur cette évolution, avec l'espoir que Honda parvienne à remédier aux principales faiblesses de la machine.

"Nous essayons de corriger des problèmes que nous avons cette année : un manque d'adhérence sur l'angle, les performances en entrée de courbe, du patinage quand la moto est relevée", a expliqué Espargaró. "On essaie de trouver plus de grip ou de gérer le pneu arrière différemment, parce qu'il est évident que nous ne sommes pas aussi bons qu'avant, ou qu'Honda n'est pas aussi bon qu'avant. On a un peu de mal à trouver cette adhérence. [...] L'idée est d'avoir plus de grip."

Les écarts sont très serrés depuis le début du week-end au GP d'Aragón, même entre pilotes Honda disposant de machines différentes, et Pol Espargaró y voit un signe que le nouveau châssis ne modifie pas profondément le comportement de la RC213V : "Clairement, la différence n'est pas énorme parce que [vendredi], Marc, Taka [Nakagami] et moi, nous nous tenions tous en un dixième, Álex était un peu plus loin à trois dixièmes mais toutes les Honda étaient plus ou moins dans la même zone, donc ce n'est rien de spectaculaire. Mais il s'agit de la première journée avec ce concept, nous devons continuer à travailler dessus. Même si le gain n'est pas énorme, c'est une direction que Honda veut suivre parce que nous ne jouons rien d'important au championnat cette année. C'est bien d'être tourné vers l'avenir."

"Pour moi, le plus important est que les Japonais ont fait de gros efforts pour apporter ce concept et je pense qu'il représente l'avenir", a-t-il ajouté. "Si on regarde les résultats, on ne va pas dans une bonne direction [cette année]. L'ensemble Honda, pilotes compris, n'a pas des résultats fantastiques, nous ne sommes pas à l'aise sur la moto, nous avons un peu de mal. Donc si Honda décide d'utiliser ce genre de concept pour l'avenir, c'est bien de commencer à y penser maintenant plutôt que dans quelques courses car plus nous aurons d'informations, mieux ce sera."

Les pilotes du team LCR devront encore attendre pour tester ce nouveau châssis. Takaaki Nakagami, qui a consacré une grande partie de la journée de vendredi à des comparaisons de réglages entre 2020 et 2021, a confié jeudi qu'il évaluerait peut-être le nouveau modèle dans le test de Misano. En début d'année, le Japonais a également disputé plusieurs courses avec le châssis de la saison passée, signe que Honda évalue toutes les options à sa disposition pour retrouver le sommet.

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

EL3 - Quartararo mène un classement très serré, Zarco envoyé en Q1
Article précédent

EL3 - Quartararo mène un classement très serré, Zarco envoyé en Q1

Article suivant

EL4 - Márquez en tête avant les qualifs

EL4 - Márquez en tête avant les qualifs
Charger les commentaires