Honda n'envisage pas de débuter le championnat sans Marc Márquez

Après deux saisons déjà lourdement marquées par son absence, Honda ne veut pas imaginer le scénario pessimiste d'une longue convalescence de Marc Márquez.

Honda n'envisage pas de débuter le championnat sans Marc Márquez

Touché par une diplopie de l'œil droit depuis une chute à l'entraînement le 30 octobre, Marc Márquez a été contraint de manquer les deux derniers Grands Prix de la saison ainsi que les premiers essais hivernaux. Au repos, le champion espagnol doit passer des examens de contrôle aux alentours de Noël pour évaluer l'évolution de son œil, dont un nerf a été paralysé, lui causant des troubles de la vision.

En attendant de connaître l'avis des médecins après ces semaines de repos forcé, Alberto Puig ne veut pas envisager le scénario d'une nouvelle longue convalescence pour le #93 et de son absence pour le début du championnat au mois de mars.

"Je n'y pense pas. C'est comme si on disait : 'Pensez-vous mal faire ?'. Non. Nous n'envisageons pas cela. Ce qui se passe c'est que nous allons voir comment il va, mais envisager cela a priori ce serait de l'auto-flagellation. Ce qui est certain, c'est que nous devons essayer de nous laisser guider par les avis médicaux et, en fonction de cela, nous verrons comment ça se passe", explique le team manager Repsol Honda au site espagnol Motosan.

Ses dernières apparitions publiques ont semblé montrer que son œil n'était plus enflé, mais c'est au jugement des médecins que s'en remet le clan espagnol. "Il observe le repos que les médecins lui ont dit d'observer. Il essaie de se reposer, de ne pas trop stresser et d'attendre que le temps passe. Il faut espérer que, petit à petit, les choses reviendront à la normale", ajoute Alberto Puig.

Une absence qui pèse dans le développement

Déjà touché par un problème similaire à la fin de la saison 2011, Márquez avait à l'époque dû subir une intervention. L'accident l'ayant blessé à l'œil était survenu à la même époque, fin octobre, mais les trois mois de repos observés par la suite n'avait pas réglé le problème et l'opération s'était donc révélée inévitable. Il avait cependant pu disputer la saison 2012 sans difficulté, ayant fait son retour au guidon en mars, cinq mois après l'accident.

Aujourd'hui Honda compte bien entendu sur la présence de son pilote phare la saison prochaine pour faire remonter sa courbe de résultats, la marque n'ayant gagné qu'avec lui au cours des deux dernières années. Mais elle sait aussi que son apport est le plus précieux qui soit dans le développement de la moto. Or, après n'avoir pas apporté sa contribution à l'évolution, limitée, que consentait le règlement 2020, l'Espagnol n'a pas participé à la préparation de la saison 2021 et il vient déjà de manquer un rendez-vous de la plus haute importance en vue de 2022. Avec les essais d'intersaison désormais planifiés sur la première quinzaine de février, chacun au HRC espère qu'il pourra enfin reprendre son rôle de leader.

"Sincèrement, nous venons d'avoir deux années durant lesquelles il n'était pas là. Lorsque vous avez un pilote qui gagne et qu'il ne participe pas au développement de la moto, vous perdez le commentaire du leader et de celui qui a poussé la moto à sa limite. Donc, oui, vous perdez probablement un peu la direction à suivre, la voie vers laquelle le développement de la moto devrait aller, c'est humain", concède Alberto Puig.

"Cela fait longtemps que nous n'avons pas eu Marc en bonne condition. Évidemment que les autres pilotes ont bien travaillé, avec les avis de Bradl, d'Álex Márquez l'année dernière, de Nakagami, de Pol [Espargaró]... Mais je peux dire que oui, [l'absence de] l'avis de Marc a été remarquée dans le développement de la moto."

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Pecco Bagnaia ne voit pas un favori émerger pour 2022
Article précédent

Pecco Bagnaia ne voit pas un favori émerger pour 2022

Article suivant

Les pilotes KTM n'ont pas de place attitrée pour 2023

Les pilotes KTM n'ont pas de place attitrée pour 2023
Charger les commentaires