Honda en appelle à la patience avec la blessure de Marc Márquez

Alberto Puig veut se montrer positif malgré les troubles de la vision qui viennent stopper la saison de Marc Márquez, mais il l'affirme : il va falloir faire preuve de patience alors que le champion espagnol subit une blessure plus délicate qu'une fracture.

Honda en appelle à la patience avec la blessure de Marc Márquez

Alors même qu'il remontait la pente et semblait en passe de mettre ses mauvais souvenirs derrière lui, à en juger par ses récentes victoires et les ambitions nourries pour une saison 2022 à laquelle il allait pouvoir participer pleinement, Marc Márquez a subi une nouvelle blessure qui compromet d'ores et déjà sa préparation du prochain championnat.

Une chute lors d'un entraînement en enduro, le samedi 30 octobre, a valu au pilote espagnol une légère commotion cérébrale mais surtout le retour de la diplopie qui avait déjà grandement compromis sa jeune carrière en 2011. Un nerf proche de l'œil est en effet paralysé, ce qui cause une vision double, rédhibitoire pour piloter.

Il y a dix ans, il avait fallu beaucoup de repos, mais aussi une intervention chirurgicale trois mois après l'accident pour que Márquez puisse finalement régler ce souci et reprendre le guidon. Cela lui avait coûté sa fin de saison 2011 et le titre pour lequel il se battait alors, mais il avait en revanche retrouvé son niveau en 2012 et mené une campagne victorieuse pour sa dernière année dans la catégorie intermédiaire.

Aujourd'hui, Honda en appelle à la patience, mais veut également croire en une issue positive à ce nouvel épisode. "C'est une blessure très similaire à celle qu'il a eue en 2011, en Moto2 à Sepang. Ce n'est pas un os, c'est clair. C'est quelque chose d'un peu plus compliqué, de plus délicat, quelque chose avec lequel il faut être calme et dont il faut voir comment il évolue", a expliqué Alberto Puig ce samedi depuis Valence.

"Bien sûr, il n'est pas facile de savoir comment un nerf ou un œil peut réagir mais le médecin a été positif. Ce qu'il a le plus mentionné, c'est qu'il faut être patient. Beaucoup de pilotes tombent, mettent un plâtre et courent la semaine suivante. Là, c'est plus sérieux, disons, et il va falloir du temps."

"Je veux être confiant, c'est sûr", a souligné le team manager Repsol Honda. "Je ne suis pas médecin, mais j'ai entendu ce qu'a dit le docteur et il faut penser de façon positive. Le point clé, comme je l'ai dit, mais aussi une chose très difficile que nous devons faire, c'est être patient. La patience ne va pas de pair avec notre sport, mais c'est comme ça, alors espérons qu'il aura de la chance et qu'il pourra retrouver sa pleine forme."

Interrogé pour savoir si Marc Márquez lui-même parvient à se montrer patient, Alberto Puig a poursuivi : "Il y a parfois des situations dans lesquelles il faut être patient, car on n'a pas d'autre option. Marc est quelqu'un d'intelligent et je crois donc qu'il l'a compris. Normalement, les sportifs essayent toujours de faire des choses qui dépassent l'entendement, mais là on parle de la vue et je pense qu'il va clairement falloir être patient et prendre cette situation avec beaucoup de calme, pas comme si nous parlions d'un poignet ou d'un bras."

Lire aussi :

"Malheureusement, ce sont des choses qui arrivent et quand ça arrive, en tant que constructeur, il n'y a rien que l'on puisse faire, juste attendre. C'est ce que Honda va faire", a précisé le responsable espagnol, sans masquer que l'absence du champion espagnol va cependant peser sur les essais de la semaine prochaine. "Nous comprenons la valeur de ce pilote, son potentiel, il n'y a pas besoin d'expliquer les compétences de Marc. Honda va donc continuer à travailler, essayer de concevoir la moto pour l'année prochaine, et quand le moment sera venu, quand il sera prêt, nous lui donnerons la moto dont nous pensons qu'elle réunira la meilleure sélection de toutes les pièces et de toutes les informations collectées auprès des autres pilotes. Nous n'allons rien faire de spécial, juste attendre que Marc soit de retour et en forme."

Des essais "très importants" sans le leader du groupe

Blessé au bras en juillet 2020, Marc Márquez a cruellement manqué à Honda durant toute la saison passée, mais aussi pendant le développement de la RC213V pour 2021. Il est le seul du groupe à avoir pu retrouver le chemin de la victoire, et figure au sixième rang du championnat en dépit du fait qu'il a manqué trois courses à ce stade, néanmoins chacun s'accorde à dire que la moto doit être remise sur de bons rails pour sortir de cette phase compliquée pour le HRC, encore bien loin de ses performances habituelles.

C'est pourtant dans ce contexte que Honda va devoir mener sans son leader les essais très attendus de la semaine prochaine à Jerez. "Le test est très important pour tout le monde", a admis Alberto Puig. "Nous avons eu un test à Misano [fin septembre, ndlr] : normalement on y essaye des choses, puis les ingénieurs rentrent au Japon et ce que l'on a demandé devrait être testé à Jerez. Le test de Jerez est donc probablement, et pour tous les constructeurs, la dernière opportunité d'apporter un package à Sepang. Avant, ça se passait à Valence, maintenant c'est à Jerez. C'est très important pour nous."

"Nous allons maintenant avoir une deuxième année de développement sans le pilote qui a gagné beaucoup de courses. Ce n'est pas le meilleur scénario, mais la course ce n'est pas toujours ce que l'on veut ; elle est ce qu'elle est et [elle dépend de] ce que l'on a sur le moment. Alors, maintenant nous allons devoir essayer de comprendre quelle est la direction à prendre avec les trois autres pilotes, qui sont rapides mais qui n'ont probablement pas cette expérience de la victoire qu'a Marc. Comme je l'ai dit, c'est comme ça, nous allons avancer et essayer de récolter les meilleures informations possibles."

Lire aussi :

partages
commentaires
Yamaha va garder Cal Crutchlow en pilote essayeur
Article précédent

Yamaha va garder Cal Crutchlow en pilote essayeur

Article suivant

EL2 - Miller leader d'un souffle, Quartararo à la peine

EL2 - Miller leader d'un souffle, Quartararo à la peine
Charger les commentaires