Iannone : "Il a été très dur d'être Andrea Iannone" en 2017

partages
commentaires
Iannone :
Matteo Nugnes
Par : Matteo Nugnes
26 avr. 2018 à 08:32

Après avoir retrouvé le podium le week-end dernier, pour la première fois depuis le Grand Prix de Valence 2016, le pilote Suzuki a été pris par l'émotion en évoquant les difficultés vécues en 2017.

Podium : Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Podium : le deuxième, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, le vainqueur Marc Marquez, Repsol Honda Team, et le troisième, Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP lors de la conférence de presse
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP, Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP

Dans l'imaginaire collectif, Andrea Iannone est un pilote hargneux, qui n'a peur de rien ni de personne. Mais, dimanche à Austin, "Maniac" a exprimé un côté beaucoup plus humain en écrivant deux belles pages de cette saison MotoGP.

La première d'entre elle, en piste. Au guidon de sa GSX-RR, il a retrouvé le niveau dont il est capable et s'est battu aux avant-postes durant toute la course, rapportant au final une troisième place qui lui vaut son premier podium avec la marque d'Hamamatsu ainsi que, à titre personnel, un retour dans le trio de tête qu'il attendait depuis Valence 2016.

La seconde, lorsque Iannone le dur n'a pas eu peur de se mettre à nu, en laissant place à une émotion libératrice dans les minutes qui ont suivi la course, au micro de la chaîne italienne Sky Sport MotoGP. "J'ai été plus fort que tout ce que les gens m'ont craché dessus", a-t-il déclaré, la voix cassée par l'émotion, tout en expliquant l'importance de ce podium pour son moral. "Je suis très content et je veux savourer ce résultat cette semaine, parce que j'ai passé un an et demi pendant lequel il a été très dur d'être Andrea Iannone. Ça a été difficile, mais on s'en est sorti."

"En 2016, j'arrivais d'une année positive et tout le monde avait des attentes très élevées à mon égard. Ça fait clairement plaisir, mais si tu n'arrives pas à satisfaire et que tu déçois, ça se retourne contre toi comme un boomerang. J'ai beaucoup encaissé et j'ai parfois été sur le point d'exploser, je dois donc remercier tous ceux qui sont restés proches de moi et qui m'ont toujours soutenu."

Le pilote de Vasto a raconté un épisode très important dans son année, une rencontre avec son ingénieur de piste, Marco Rigamonti, qui a permis aux deux hommes, arrivés ensemble chez Suzuki l'an dernier, de remettre les compteurs à zéro et de repartir sur une base nouvelle.

"Il y a eu une période pendant laquelle il fallait un peu tout remettre à zéro. J'ai rencontré en Italie mon ingénieur Marco Rigamonti, parce qu'on vivait une période qui n'était pas positive, pour nous deux. Je pense que ça a été utile et que ça nous a fait du bien de nous confronter d'homme à homme, parce que cela a mené à quelque chose de constructif. Nous en sommes revenus là où nous aimerions toujours être. Il ne sera pas facile d'y rester toute l'année, mais on va continuer à travailler pour y arriver."

Une moto encore nerveuse

Ce premier podium pour Iannone – le deuxième de suite pour Suzuki après la troisième place d'Álex Rins en Argentine – vient récompenser le travail abattu dans l'équipe depuis plusieurs mois, confirmant les progrès accomplis dans la conception de la GSX-RR version 2018 ainsi que dans les réglages. La moto a néanmoins affiché durant la course texane un comportement nerveux, aux dires de son pilote, qu'il faudra gommer pour obtenir des résultats encore meilleurs.

"À mon avis, si la moto avait un peu moins ressemblé à un taureau, on aurait pu faire mieux. J'ai beaucoup bataillé, parce qu'elle bougeait énormément", explique le pilote italien, néanmoins satisfait par les progrès accomplis au cours du week-end. "Sur cette piste, il y a beaucoup de bosses et la moto était nerveuse parce qu'à l'accélération on glisse un peu et cela provoque des mouvements particuliers. Aussi, si on freine de façon trop agressive, elle devient un peu nerveuse et on a du mal à entrer dans le virage, mais c'est un aspect sur lequel nous travaillons pour essayer de l'améliorer."

Article suivant
Stats - Marc Márquez, Captain America !

Article précédent

Stats - Marc Márquez, Captain America !

Article suivant

Rabat confirme à Austin en effaçant une mauvaise qualif

Rabat confirme à Austin en effaçant une mauvaise qualif
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Catégorie Course
Lieu Circuit of the Americas
Pilotes Andrea Iannone Boutique
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Matteo Nugnes
Type d'article Interview