Iannone - "J'ai compris la gravité de ma blessure en Aragón"

partages
commentaires
Iannone -
Par : Léna Buffa
27 oct. 2016 à 10:31

Andrea Iannone reprendra la piste ce vendredi, pourtant toujours en proie à des douleurs et conscient qu'il a subi à Misano une blessure importante.

Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team, et Cal Crutchlow, LCR Honda
Andrea Iannone, Ducati Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team, Michele Pirro, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
La moto d'Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team
Andrea Iannone, Ducati Team

En chutant pendant les premiers essais du Grand Prix de Saint-Marin, début septembre, le pilote Ducati a été touché à la troisième vertèbre dorsale, une blessure qui l'a obligé à manquer quatre courses. Il a pourtant tenté de reprendre la piste deux semaines après son accident, sur le MotorLand Aragón, mais les premiers essais l'ont convaincu qu'il lui valait mieux se mettre au repos.

"Pendant les essais d'Aragón, j'ai compris la gravité de la blessure", explique Iannone alors qu'il se trouve désormais à Sepang, pour disputer le Grand Prix de Malaisie. Après avoir été remplacé par Michele Pirro (Misano et Aragón) et Héctor Barberá (Motegi et Phillip Island), le titulaire est en effet de retour aux affaires et reprendra le guidon de sa Desmosedici vendredi, pour les premiers essais du week-end.

Il s'agit toutefois d'un saut dans l'inconnu pour lui, qui admet souffrir encore du dos. "C'est un circuit très exigeant, avec beaucoup de freinages très forts et d'accélérations, ça ne sera donc pas facile du tout", anticipe-t-il, prêt à prendre des analgésiques pendant le week-end si nécessaire.

"Je suis venu ici avec humilité, parce que j'ai encore mal. Tant que je n'aurai pas pris la piste, je ne saurai pas à quoi je vais devoir faire face. Au final, ça n'est pas la douleur qui me préoccupe. Le problème c'est ce qui m'est arrivé en Aragón, où mon cou s'est complètement bloqué. Je ne pouvais pas tourner la tête et c'est dangereux", explique Iannone.

"Mes conditions ne sont pas trop mauvaises, elles se sont améliorées depuis Misano mais je n'ai pas encore récupéré à 100%. J'ai beaucoup parlé avec les médecins et ils m'ont expliqué qu'il fallait beaucoup de temps pour récupérer parce qu'il faut environ deux ou trois mois pour se remettre à 100%."

Avant de connaître le verdict de la piste, Andrea Iannone est déjà soulagé de retrouver l'environnement qui lui a tant manqué. "Je suis très heureux de revenir dans le paddock, dans ce monde qui est le mien et qui m'a beaucoup manqué pendant cette période", souligne-t-il. "Ma moto et mon team m'ont beaucoup manqué et je veux faire de mon mieux pendant ces deux dernières courses avec eux."

"Je sais que la piste de Sepang est très, très difficile. Je pense que le week-end sera dur pour nous, mais on va faire de notre mieux en essais, je vais essayer de progresser pendant le week-end et j'espère terminer avec un bon résultat."

"Quand un pilote reste chez lui et regarde les courses à la télévision, c'est un très mauvais moment. Franchement, quand vous voulez revenir, que vous comprenez que c'est impossible parce que vous avez très mal, quand il vous est très difficile de vous entraîner mais que tout le monde vous attend, c'est un très mauvais moment à vivre", conclut le pilote italien.

Avec Oriol Puigdemont

Porte-clés logo #29 Andrea Iannone 2016
Porte-clés logo #29 Andrea Iannone 2016, en vente sur Motorstore.com
Prochain article MotoGP
Un an après le "Sepang clash", Rossi et Márquez n'ont pas changé d'avis

Previous article

Un an après le "Sepang clash", Rossi et Márquez n'ont pas changé d'avis

Next article

Ducati veut une moto moins physique en 2017

Ducati veut une moto moins physique en 2017

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Malaisie
Lieu Sepang International Circuit
Pilotes Andrea Iannone
Équipes Ducati Team Shop Now
Auteur Léna Buffa
Type d'article Preview