Zarco : "Foncer" pour la victoire quand "elle est prenable"

Le pilote Français de l'équipe Tech3 n'a jamais remporté de GP dans la catégorie reine, mais se trouve malgré tout sur la liste des favoris pour la victoire, dimanche.

Sans langue de bois, et en mêlant ambition et esprit d’analyse, Johann Zarco avoue qu’il estime que la première victoire de sa carrière MotoGP est à portée de main à l’occasion de la manche d’ouverture d’une saison 2018, sur laquelle il est présenté par ses rivaux et nombre d’observateurs comme un concurrent incontournable.

État d’esprit d’une star qui monte mais garde la tête sur les épaules, en cinq questions/réponses.

Tu affiches une confiance importante pour tes choix techniques et tes tactiques de course depuis la 125cc. D’où te vient-elle ?

Je n’ai pas tout le temps eu ça, justement ! On parle peut-être moins des chutes et des erreurs en course ! Et j’ai appris de ça. Maintenant, on part toujours en course avec le souhait de bien faire et cette crainte que tout ne se passe pas au mieux. Je ne sais pas. Si tout se passe bien et que je prends parfois de bonnes décisions, tant mieux, mais le meilleur exemple pour ça, c’est Valentino [Rossi]. C’est pour ça qu’il a une telle longévité, à mon avis. C’est parce qu’il se donne à fond mais il semble avoir pas mal de recul sur la situation du moment, sur l’action, et je pense qu’il faut apprendre de ça pour prendre les bonnes décisions au bon moment.

Quelles sont les grandes leçons retenues de la saison passée ?

La grande différence de la dernière saison était de s’habituer à aller à plus de 300 km/h sur la moto ; c’est ça, la grande différence. Ce sont des choses techniques. Mais maintenant, quand je vais à cette vitesse, j’apprécie et je me sens à l’aise et j’économise beaucoup d’énergie. C’est une bonne manière de préparer une saison.

La chute de l’an dernier depuis la tête du GP du Qatar, c’est quelque chose que tu as en tête ?

Avant de débuter le week-end, le désir est de gagner. Et dimanche, après les essais, peut-être devrai-je avoir un autre objectif. Mais pour le moment, la meilleure chose à faire est d’espérer la victoire. Ensuite, comme l’a dit Dovi, il y a la réalité, et on verra si c’est possible. Le plus important est de donner le meilleur et d’être heureux si on l’a fait.

Quelle serait la priorité pour toi si l’on te disait de choisir entre le top 4 en fin de saison, ou remporter une victoire ?

C’est comme quand on joue un Championnat du Monde. Il faut les deux en tête. Donc, à répondre, je dirais le top 4… avec la victoire ! Il faut tout prendre en abondance ! Il faut être pris par ça, oui, par la victoire, et être intelligent au moment voulu, car si elle n’est pas prenable il faut assurer la course. Si elle est prenable, il faut foncer pour ça, parce que sauf peut-être pour Valentino, on ne peut pas rêver toute une vie de victoires en MotoGP !

Ce circuit peut-il se prêter à une première victoire en MotoGP pour toi ?

Oui, c’est possible, parce que la Yam’ est forte ici. Viñales a gagné l’an dernier. Il y a deux ans, c’est Lorenzo qui gagne. Même si la Ducati est forte ici, moi je termine les tests premier Yamaha et le second est Valentino, sur Yamaha. Donc je pense que le circuit a des avantages pour Yamaha.

Propos recueillis par Khodr Rawi

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Sous-évènement Jeudi
Circuit Losail International Circuit
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3
Type d'article Interview
Tags ambition