Jack Miller déçu d'avoir été privé du duel avec Álex Márquez

Le podium de Jack Miller à Portimão lui a laissé une sensation "bizarre" puisque le drapeau rouge a interrompu son duel avec Álex Márquez.

Jack Miller déçu d'avoir été privé du duel avec Álex Márquez

Jack Miller a mis fin à une série de neuf courses sans podium au GP de l'Algarve, en prenant la troisième place. L'Australien était en tête dans le premier virage, profitant d'un bon envol depuis la deuxième place, mais Pecco Bagnaia est immédiatement repassé devant et Joan Mir a pris l'avantage quelques virages plus loin. Miller est particulièrement impressionné par la prestation de son coéquipier chez Ducati, qui a survolé l'épreuve.

"Pecco avait un rythme incroyable", a-t-il déclaré en conférence de presse. "Dès le début, j'ai fait le holeshot mais il m'a doublé au premier virage, je me suis dit 'Il veut vraiment attaquer' et il a attaqué. Je suis resté dans des chronos en 1'39, je roulais en 1'39"6, mais il s'échappait. Puis j'ai fait une petite erreur au virage 5, mais Joan et moi, on a fait ça toute la course, alors qu'il est resté invincible devant. Après, j'ai essayé de gérer les pneus au milieu de la course, espérant avoir un petit avantage à la fin."

Bagnaia a en effet été impérial du début à la fin tandis que derrière lui, ses poursuivants multipliaient les petites erreurs en essayant de suivre son rythme. Miller a même été doublé par Álex Márquez, les trois hommes étant logés à la même enseigne à distance de l'homme fort du week-end. 

"Au début, je sentais que j'avais le temps pour revenir sur Joan parce que je l'ai vu plusieurs fois aux virages 7 et 8, et il faisait de petites erreurs en haut de la montée. [...] C'était son niveau maximum d'erreur ! À un stade, il y avait Joan, Álex et moi au virage 5. Joan est sorti large, Álex est sorti plus large et moi encore plus. On s'est juste suivis et je me suis dit 'qu'est-ce qu'on fout ?'"

Jack Miller, Ducati Team

Jack Miller a néanmoins réussi à reprendre l'avantage sur Álex Márquez et s'attendait à ce que la lutte dure jusqu'au drapeau à damier, mais l'épreuve a finalement été interrompue plus tôt que prévu, ce qui a fait naître une certaine frustration puisqu'il avait géré ses pneus pour pouvoir contenir les attaques du pilote LCR.

"J'ai un peu préparé une bagarre pour la fin mais le drapeau rouge est arrivé. Les sensations sont bizarres après ça, parce qu'on se prépare pour une guerre. Surtout avec Álex : on a un petit passif, donc je sentais que c'était comme en 2014, qu'on allait se battre, mais ça n'a pas été le cas. C'était bizarre dans le Parc Fermé. Mais on le prend."

"J'étais prêt pour la bagarre, aucun souci", a-t-il précisé. "Je l'ai gagnée de toute façon. Mais j'étais impatient. J'aime les bagarres, surtout dans les derniers tours. Ça donne un goût de victoire à la troisième place. Mais ça n'a pas été le cas, malheureusement."

Miller reste satisfait de ce résultat et du titre des constructeurs de Ducati, auquel sa contribution a pourtant été mince cette année puisqu'il n'a été que trois fois le meilleur représentant de la marque dans les 17 courses déjà disputées. "Comme Pecco, je suis super content pour l'équipe, qui a remporté le championnat des constructeurs. Il en reste une pour amener le titre des équipes à Valence, un circuit que j'adore et où je suis impatient de me rendre. Je veux bien finir la saison."

Lire aussi :

partages
commentaires
Zarco : "Une grande chance de podium" perdue au départ
Article précédent

Zarco : "Une grande chance de podium" perdue au départ

Article suivant

Deux accrochages entre KTM à Portimão

Deux accrochages entre KTM à Portimão
Charger les commentaires