Jack Miller : "Un compte à régler" avec Le Mans

Jack Miller a encore des choses à prouver au Mans, sur un tracé où Ducati s'était bien comporté l'an dernier et avait signé la victoire, mais où l'Australien n'a encore guère concrétisé par un résultat à la hauteur de ses attentes en MotoGP.

Jack Miller : "Un compte à régler" avec Le Mans

Ragaillardi par sa victoire acquise lors de la dernière épreuve en date, à Jerez, qui marquait également son premier succès avec Ducati et l'aboutissement d'un déjà long parcours après son premier succès de 2016 sur une Honda satellite, Jack Miller espère une confirmation ce week-end, en France.

L'attente de cinq ans a désormais pris fin, et les émotions, très apparentes en Espagne, sont redescendues. "Oui, je pense que ça a été un grand mix, avec du soulagement, mais ça me donne aussi faim d'encore plus. On attend toujours ce que l'on peut faire la fois suivante : on en veut toujours plus", souriait-il ce jeudi en conférence de presse d'avant-GP.

Miller l'admet volontiers, il a une "relation d'amour-haine" avec Le Mans. "J'ai signé la victoire ici en Moto3 et j'ai aussi failli mourir dans le premier virage", s'esclaffait-il en se remémorant son effrayante chute de 2017. "Et l'an dernier, je voulais aussi mourir, quand la moto s'est arrêtée à sept tours de la fin", poursuivait-il avec ironie.

"J'avais hâte de venir ici pour un week-end solide comme celui qu'on a fait en Espagne. Ça a été une semaine assez calme, pour être honnête, je me suis simplement entraîné et heureusement il y a eu quelques journée de beau temps en Andorre pour monter en selle. Je pense que nous sommes préparés pour toutes les conditions qui peuvent arriver ce week-end et je suis assez bon sur le mouillé et donc si ça vient, ça vient. Je sens que j'ai encore un compte à régler avec Le Mans après l'année dernière, donc je suis impatient en revenant ici."

Lire aussi :

Et alors que Johann Zarco, avec la Ducati du team satellite Pramac, rêve à voix haute d'une possibilité de podium 100% Ducati au Mans, Miller admet que les courses récentes et les caractéristiques du tracé manceau peuvent en effet laisser espérer quelque chose de grand à Ducati ce week-end. "Cette année on a effectivement une bonne chance de verrouiller le podium", lance-t-il avec ambition.

L'Australien se montrera cependant prudent en course. Alors que de nombreux pilotes évoquent en ce début de week-end les possibles avantages procurés par l'utilisation répétée de l'ajusteur de hauteur de caisse, le pilote Ducati se montre réservé sur son utilité en France et insiste même sur les risques qu'il représente. "Je pense que cette piste n'est pas nécessairement tellement [adaptée] pour le dispositif, comme on l'a vu dans le passé. Et je serais vraiment intéressé de voir qui l'utilisera au départ de la course dimanche ! J'ai essayé de l'utiliser en entrant dans le virage et je sais que ce n'est pas une bonne situation dans laquelle se trouver, alors on verra quel constructeur décidera ou non de l'utiliser au départ. Je ne pense pas que ce soit un circuit stop-and-go ; en dehors des premiers virages, le reste est assez fluide, avec de bonnes vitesses de passage. Les deux derniers virages sont aussi assez serrés mais ça devrait aller."

Lire aussi :

partages
commentaires
Petrucci voit Le Mans comme une "vraie chance" de se relancer

Article précédent

Petrucci voit Le Mans comme une "vraie chance" de se relancer

Article suivant

Le GP de Finlande annulé, une seconde course en Autriche

Le GP de Finlande annulé, une seconde course en Autriche
Charger les commentaires