Miller satisfait de sa simulation de course malgré des gommes usées

Jack Miller a uniquement travaillé sur le rythme de course jeudi aux tests de Losail, affichant un bon rythme. Ses pneus étaient usés à la fin de sa simulation, ce qui ne l'inquiète pas en raison du contexte atypique de ces essais.

Miller satisfait de sa simulation de course malgré des gommes usées

Après avoir battu le record du circuit de Losail mercredi, Jack Miller n'a pas visé la performance pure jeudi, se contentant du 11e meilleur temps de la journée. Le pilote Ducati s'est concentré sur les performances dans les relais longs avec une simulation de course qu'il juge encourageante grâce à un rythme constant et au cours de laquelle il a pu mesurer la dégradation des gommes Michelin.

"On a uniquement travaillé sur des simulations de course", explique Miller. "On a roulé en medium dans l'après-midi et on a testé de petites choses, comme le carénage. On a contrôlé les températures. On a eu une grosse pause au milieu, pour changer de petites choses et que les gars changent les pneus arrière pus vite, pour être prêts pour les courses. Ça a pris un peu de temps. Ensuite, on a pris le tendre avant avec lequel j'ai fait mon chrono [mercredi], il avait cinq, six ou sept tours, pour vérifier la moto avec beaucoup de carburant."

"Ensuite, on a pris des tendres neufs et on fait une simulation de course, de 20 ou 21 tours. Je me sentais plutôt bien. Je me suis fait une grosse frayeur au virage 4 vers le 10e tour, j'ai totalement perdu l'avant. J'ai fait des tours constants dans les 1'54 et j'ai levé le pied pour rouler dans la fenêtre des 1'55 à la fin du relais. Dans les 12 derniers tours, les pneus ont commencé à se dégrader. Le pneu arrière était assez usé, il y avait une petite vibration et le côté droit n'était plus performant. C'est une chose sur laquelle il faut travailler. Il fallait faire une simulation de course comme ça."

Lire aussi :

Miller ne s'inquiète pas réellement de cette dégradation et préfère quoiqu'il arrive traiter les données avec une certaine prudence, la quantité de gomme présente sur la piste de Losail cette semaine étant peu représentative des conditions que les pilotes rencontreront sur la majorité des circuits cette année, et son pilotage étant plus agressif que ce qu'il se permettrait durant une course.

"Tu sors des stands, tu attaques immédiatement et tu ne t'inquiètes pas trop des pneus parce que ce n'est pas une vraie course. Il y a des choses sur lesquelles on peut travailler. Le rythme était assez rapide. Il y avait beaucoup de gomme Michelin donc je ne pense pas que ça donne une vraie idée des conditions de course, c'est toujours fantastique lors des tests mais c'est une toute autre histoire en course. On est plutôt content de la façon dont ça s'est passé."

"[La dégradation] est une chose qui arrive toujours ici, c'est commun", ajoute Miller. "En général, on n'est pas à fond dans les premiers tours, Dovi avait l'habitude d'être en retrait et de revenir à la fin. Comme je l'ai dit, avec les simulations de course, on attaque immédiatement et on ne s'inquiète pas des autres autour de nous. On roule jusqu'à la fin, c'est tout. Ce genre de chose ne m'inquiète pas trop."

Tous les signaux sont au vert pour Jack Miller. Le record de la piste de mercredi a confirmé le potentiel de la Ducati sur un tour et les relais longs effectués jeudis lui ont donné satisfaction, notamment sur le plan physique : "Le chrono [de mardi] était bon et [mercredi], dans la simulation de course, physiquement, j'ai eu l'impression que la moto fonctionnait très bien", précise Miller, qui a ajouté qu'il transpirait plus devant les journalistes, une fois descendu de sa moto, qu'à la fin de son relais.

L'Australien relève cependant la même faiblesse que mercredi : "On aurait probablement pu travailler sur le troisième secteur parce qu'il nous a posé problème durant tous les tests, je dois comprendre ce que je dois faire différemment dans les virages 10 et 11, mais la Ducati a souvent eu des problèmes dans cette partie."

Jack Miller a encore une journée pour prendre ses marques dans sa nouvelle équipe mais il préfère attendre le début de la saison pour véritablement se prononcer sur ses performances : "J'essaie de faire tout mon possible. Il reste un jour. J'ai l'impression de faire tout ce qui est prévu. Je suis content de ma prestation, c'est bien. J'essaie de garder mon calme, de m'adapter à ma nouvelle équipe, ce genre de choses. Je me sens bien. C'est sur les courses qu'on verra si nos tests ont été bons."

partages
commentaires

Related video

Viñales : "On a encore beaucoup de travail"

Article précédent

Viñales : "On a encore beaucoup de travail"

Article suivant

Marc Márquez a le feu vert des médecins pour remonter sur une moto

Marc Márquez a le feu vert des médecins pour remonter sur une moto
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test Qatar
Catégorie Jeudi
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Jack Peter Miller
Équipes Ducati Corse
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud