Deux sur deux pour Miller : "J'ai stoppé la disette"

Relancé au championnat, dont il occupe la quatrième position, Jack Miller dispose de toutes ses chances pour être l'un des protagonistes pour la couronne 2021 après avoir surmonté de grands obstacles.

Deux sur deux pour Miller : "J'ai stoppé la disette"

Si Jack Miller est désormais avec Fabio Quartararo l'homme ayant été le plus victorieux de la saison 2021 avec deux succès, l'Australien n'a signé en France "que" sa troisième victoire dans la catégorie reine !

Après celle du Grand Prix des Pays-Bas, en 2016, remportée sur piste mouillée, "Thriller Miller" avait dû attendre près de 1700 jours pour de nouveau porter son nom au sommet d'une feuille de classement en course, à l'occasion d'un Grand Prix d'Espagne 2021 remporté sur le sec il y a deux semaines.

Pour sa troisième victoire, le pilote Ducati s'est imposé avec style en France au terme d'une course disputée en flag-to-flag, après un départ pris par conditions sèches et un changement de moto dans les stands au sixième tour. C'est donc dans les trois types de conditions de course que le #43 peut désormais se targuer d'avoir dompté le plateau.

"Une victoire en MotoGP procure un sentiment incroyable ! Je ne vais pas dire que c'est la plus stressante en flag-to-flag, parce que la dernière [à Jerez] était assez stressante, surtout quand j'ai été chassé par Pecco [Bagnaia] et Franky [Morbidelli]. C'est un sentiment différent", commentait-il dimanche, appelé à comparer ces succès. "Je ne me sens pas physiquement exténué et je pense que je parle au nom de tous les pilotes quand je dis qu'on est mentalement épuisés parce que ça en demande beaucoup d'essayer de prédire quelles conditions vont arriver à chaque virage. Je pense que c'était le plus difficile, donc c'est plutôt quelque chose qui vous happe mentalement."

Lire aussi :

Solide dans la tête en piste et en dehors

Mentalement comme physiquement, Miller n'a pas craqué dès lors qu'il s'est emparé des commandes de la course au détriment de Fabio Quartararo, dans le 12e des 27 passages du Grand Prix de France. Pourtant, le ciel aura testé les pilotes MotoGP jusqu'au terme de la course : débutée par temps sec, celle-ci a vu les concurrents passer par les stands pour changer de machine et disposer des pneus pluie, avant que la piste ne sèche dans les ultimes boucles et ne questionne jusqu'au bout le talent des pilotes, amenés à devoir se demander s'il fallait de nouveau s'arrêter pour remonter sur les motos équipées des enveloppes slick. À sept tours de l'arrivée, Miller était ainsi vu agitant la jambe en passant devant le muret des stands pour suggérer à son équipe de se tenir prête pour un arrêt.

"Je savais qu'ils étaient prêts à me faire passer sur la moto et la faisaient démarrer à chaque tour", souriait-il. "C'était plus ou moins sec à tous les endroits, mais il y avait encore le virage 6 qui était mouillé et tout le reste la piste était plus ou moins sec. Je leur ai fait un signal à sept ou huit tours de la fin parce que je me disais ça devenait borderline, et je n'étais pas sûr avec les [pneus] pluie : je ne savais pas si quelqu'un [derrière] était passé [dans les stands] et je ne voulais pas être le premier à le faire parce que je menais et ce n'est pas facile de lâcher et rentrer pour ça. J'avais dit aux gars que j'allais agiter la jambe si je pensais qu'il fallait rentrer pour qu'ils se tiennent prêts… Je suis content de ne pas m'être arrêté, mais j'y ai pensé un petit peu !"

En seulement deux Grands Prix, Miller a transformé l'allure de sa campagne 2021. Les 50 points collectés avec les deux victoires successives sur les dernières manches en date s'ajoutent à ce qui était jusqu'alors un maigre bilan de 14 unités collectées sur les trois premières manches de la saison, et voici désormais que se profilent avec le Mugello et Barcelone deux pistes convenant très bien à la Ducati. L'occasion est belle de capitaliser sur cette forme du moment, que l'Australien savoure tant il sait qu'il revient de loin. Reste qu'il sait que deux de ses équipiers et rivaux du clan Ducati courent eux aussi après leur première victoire en catégorie reine et sont de sérieux protagonistes pour le titre mondial.

Lire aussi :

"Je pense que j'ai stoppé la disette. Je ne pense pas trop dans le coin de ma tête. C'étaient des conditions piégeuses et j'ai été en mesure de capitaliser dessus ; on verra la semaine prochaine. Pour le moment, je suis le seul [à avoir fait gagner Ducati en 2021, ndlr] mais je pense que quand Pecco débloquera sa première, il montrera aussi une grande vitesse ; et Johann [Zarco] aussi. Cela ne fait que cinq courses donc il n'y a pas eu beaucoup d'opportunités d'en remporter deux ! Yamaha a gagné les trois premières et ensuite j'ai remporté les deux autres. Il n'y a pas eu beaucoup d'occasions de le faire", analysait-il avec modestie.

"Je suis juste un petit peu plus confiant, la roue tourne. Et c'est quelque chose qui s'est passé au fil des saisons : je n'ai pas arrêté de rebondir. C'est génial de ne pas avoir à se soucier, même un tout petit peu de mon bras", soulignait-il, opéré d'un arm-pump il y a un mois et demi. "Je me suis vraiment entraîné très, très fort cette année. Je vais continuer comme ça et tout ira bien."

"Je pense que c'est la meilleure Ducati [produite] jusqu'à présent, c'est certain", salue-t-il. "Je pense qu'ils récoltent les fruits de leur travail : ils ont travaillé vraiment dur pendant de longues années pour en arriver là où ils sont et ça se voit. Je suis extrêmement heureux et fier pour eux de pouvoir leur apporter ce résultat après tout ce travail fait par les ingénieurs, Gigi [Dall'Igna] et tous les autres. Ils sont tellement nombreux à travailler si dur pour nous ! Je suis extrêmement chanceux de pouvoir leur rendre ce résultat."

partages
commentaires
Petrucci sauve les meubles mais KTM "n'a pas encore la solution"

Article précédent

Petrucci sauve les meubles mais KTM "n'a pas encore la solution"

Article suivant

Surpris par sa chute, Oliveira n'a pas su "survivre" sous la pluie

Surpris par sa chute, Oliveira n'a pas su "survivre" sous la pluie
Charger les commentaires