Mir croit en ses chances de titre : "Fabio fera des erreurs"

Joan Mir estime que des erreurs de Fabio Quartararo sont inéluctables et il espère en profiter pour se rapprocher au championnat. L'Espagnol sent qu'il est revenu dans la lutte grâce au holeshot device apparu sur sa Suzuki.

Mir croit en ses chances de titre : "Fabio fera des erreurs"

Joan Mir cherche-t-il à mettre la pression sur Fabio Quartararo ? Le Champion du monde en titre a été revigoré par les deux courses de Spielberg. Remonté au deuxième rang du championnat à égalité avec Pecco Bagnaia, le Champion en titre accuse toujours un retard de 47 points sur Quartararo, solide leader de la catégorie.

Le calendrier est encore susceptible d'être modifié en raison des défis posés par la crise sanitaire mais sept manches restent au programme, ce qui signifie que même si Mir s'impose lors de toutes les courses, Quartararo sera quand même titré en se classant à la deuxième place à chaque fois. Vainqueur d'une seule course lors de sa campagne victorieuse la saison passée, Mir a confié avoir besoin de deux ou trois succès pour véritablement revenir dans la danse cette année. Le pilote Suzuki espère aussi compter sur des défaillances du leader.

Après le GP de Styrie, il estimait que la pression serait plus forte sur Quartararo dans les prochaines semaines, d'autant plus que le Français porte tous les espoirs de Yamaha après l'éviction de Maverick Viñales. Mir veut capitaliser sur de potentielles erreurs de son rival pour inscrire à nouveau son nom au palmarès. "Évidemment que je pense que c'est possible [de décrocher le titre]", a-il déclaré au site officiel du MotoGP. "Je crois en mes compétences, dans les performances de la moto, et dans l'équipe. Je pense qu'on peut le refaire. On l'a déjà fait et c'est sûr qu'on peut le refaire."

Lire aussi :

"Fabio fait un très bon travail parce qu'il a la vitesse, et maintenant il arrive à la conserver. Mais on n'a disputé que la moitié de la saison. C'est sûr que Fabio fera des erreurs, parce que c'est le MotoGP. Mais je ne regarde pas Fabio. Si on a la vitesse dont on a besoin, on reprendra des points."

Une saison relancée par le holeshot device

Les premières courses de l'année n'ont pas répondu aux attentes de Joan Mir, souvent proche du groupe des leaders mais incapable de s'inviter dans la lutte pour la victoire. Le GP de Styrie a marqué un cap avec l'arrivée du variateur de hauteur à l'arrière de sa Suzuki, qui a selon lui transfiguré les performances de sa machine dans les phases d'accélération et l'a remis au niveau de la concurrence, comme l'a montré sa deuxième place derrière Jorge Martín.

"J'attendais un peu plus de performance dans la première partie de la saison. Je n'ai décroché que trois podiums alors que j'espérais me battre pour ça à chaque course. C'est comme ça, mais je n'ai pas pu commencer une course comme favori et me battre pour la victoire."

"Je pense que les autres marques ont travaillé plus dur que nous. Au Qatar, on est arrivés avec un package moins bon que l'an dernier. En fait, c'était le même mais les autres avaient progressé. La saison dernière, tous les constructeurs n'utilisaient pas le holeshot device. Ce qui a changé, c'est que tout le monde l'a eu cette année, et qu'on était les seuls à ne pas l'avoir. On n'a pas débuté la saison au même niveau que les autres."

Mir pense que Suzuki conserve une marge de progression dans le développement du holeshot device, qui doit encore être ajusté aux besoins de chaque piste : "Suzuki a travaillé un peu plus pour rattraper le terrain perdu. Quand on a testé ce dispositif, même si ce n'était pas la dernière évolution et qu'il n'était pas totalement adapté à notre moto, on a vu une différence et une amélioration des performances. Il sera également important de confirmer son bon fonctionnement partout, sur toutes les pistes. On verra lors des prochaines manches si on pourra se battre pour le championnat".

Les progrès montrés en Autriche font penser à Mir que son équipe est désormais sur la bonne voie : "Je suis content parce que je vois que maintenant, tout se passe naturellement. On est plus performants et je perçois un travail plus intense de Suzuki. C'est une chose dont je suis fier".

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Márquez : "Je ne peux pas promettre" de retrouver mon niveau
Article précédent

Márquez : "Je ne peux pas promettre" de retrouver mon niveau

Article suivant

Michelin a une piste pour expliquer l'inconstance de certains pneus

Michelin a une piste pour expliquer l'inconstance de certains pneus
Charger les commentaires