MotoGP
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
29 jours
16 avr.
Prochain événement dans
43 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
56 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
84 jours
03 juin
Prochain événement dans
91 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
105 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
112 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
126 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
161 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
175 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
189 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
196 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
210 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
217 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
231 jours
28 oct.
Prochain événement dans
238 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
252 jours

Joan Mir décidé à défendre son titre avec une meilleure saison

Titré pour la première fois dès sa deuxième saison en MotoGP, Joan Mir n'a pas l'intention de s'en tenir à ce seul succès alors que sa carrière ne fait que commencer et, dès 2021, il veut pouvoir améliorer sa copie. Cela dépend de lui mais aussi de Suzuki.

Joan Mir décidé à défendre son titre avec une meilleure saison

À un mois de la reprise des essais en vue du début du championnat, Joan Mir n'y tient plus. "Je me suis arrêté pendant une semaine cet hiver parce qu'on m'y a obligé, sinon je n'aurais pas stoppé l'entraînement", témoigne-t-il dans les colonnes du journal AS. Une seule semaine de vacances, perturbée par l'appel de Davide Brivio lui annonçant son départ de l'équipe, mais ce qu'il décrit comme "un choc" a vite été dépassé par le pilote espagnol, aussi confiant dans ses capacités que dans celles de Suzuki.

À l'aube de la saison qui le verra défendre son titre de Champion du monde, celui qui a créé la surprise l'an dernier se dit bel et bien prêt à relever ce défi qui en a fait trembler plus d'un avant lui dans la foulée d'un premier sacre au plus haut niveau. Poussé par la volonté féroce de ne pas en rester là − "Chaque année, je dois faire mes preuves" − il assure aimer la pression face à laquelle le place son statut de champion en titre. Et pour cause, elle fait pour lui office de carburant. "Je pense que j'aurai la pression d'emblée", appréhendait-il cette semaine lors d'une visioconférence avec un groupe de journalistes. "L'année dernière, j'ai ressenti la pression, ça m'a affecté mais pas de façon négative. Cette saison, si j'ai cette pression dès la première course, alors ça voudra dire qu'on sera à 100% dès la première course. Je pense donc qu'il sera très important de prendre cette pression d'une façon positive, ce sera la clé de la saison."

Lire aussi :

Pas épargné par ceux qui ont douté de la valeur de son sacre face à l'absence de Marc Márquez et aux 12 courses qu'il lui a fallu avant de signer sa première victoire, le jeune pilote leur oppose aujourd'hui son aplomb et une certaine indifférence : "Ceux qui disent que Mir a gagné par hasard, eh bien je les laisse dire. Je vais me donner à 100%, je vais montrer les crocs à chaque course et faire de mon mieux avec ce que j'ai. À partir de là, que chacun juge, la moto et le sport en général sont faits pour cela."

"J'ai hâte à cette année, je veux en montrer plus, prendre plus de plaisir et être un meilleur pilote, c'est mon objectif pour cette saison", annonce-t-il, conscient de son relatif manque d'expérience par rapport à ses rivaux et de la marge de progression qu'il conserve donc à titre personnel. "Si j'arrive à rééditer le titre, je serai super content, parce qu'au fond c'est ce que tout le monde veut. C'est l'objectif, mais au fond de moi je veux surtout être meilleur. Je me fiche du championnat... Certes, c'est important, mais je veux être meilleur. Je veux commencer à signer des pole positions, gagner plus de courses. Je suis déjà régulier, alors essayons de progresser dans ce domaine."

"Il m'a fallu beaucoup d'efforts pour en arriver là et pour gagner, et je crois que la route n'est pas terminée, pas du tout. Chaque année, je veux m'améliorer et être meilleur. Cette année, je veux connaître une saison meilleure que la précédente, quel que soit le résultat. J'en veux plus", prévient-il à présent, lui qui ne s'est imposé qu'une fois en 2020 et qui dit vouloir s'améliorer chaque jour et chaque année. "L'objectif est de remporter à nouveau le titre et de m'améliorer. Je suis très jeune, ça ne fait que quelques années que je ne suis en MotoGP et je pense que j'ai une grande marge de progression. Je pense que Suzuki aussi peut s'améliorer, concevoir un package plus compétitif et décrocher quelques poles pour partir plus à l'avant en course."

"Si j'ai pu gagner l'année dernière avec le package que l'on avait, alors on peut y arriver si l'on améliore un peu la moto et si je m'entraîne mieux et plus dur", résume-t-il. Dont acte. Le pilote Suzuki affirme ses propres ambitions autant que ce qu'il attend de son équipe afin de se maintenir au sommet, lui qui annonçait déjà la couleur pour 2021 au moment de boucler la saison précédente, avec une phrase sans ambiguïté : "Je suis Champion du monde, donc rien d'autre que la victoire ne nous satisfera."

Une mentalité de gagnant, dès les qualifications

Avec un tel état d'esprit, il n'est étonnant de le voir accueillir avec satisfaction les objectifs exprimés par son équipe, qui entend se montrer aux avant-postes à chaque course et tout rafler au championnat après avoir déjà fait main basse sur deux des trois titres en 2020. "Ça veut dire qu'ils se battent et qu'ils poussent pour faire en sorte que cette équipe soit encore meilleure qu'aujourd'hui, alors c'est génial à entendre", retient Mir. "Ils savent mieux que quiconque que c'est super difficile de gagner et d'obtenir de super bons résultats chaque année, mais si on garde cette mentalité de travail, alors on arrivera à rééditer [le titre], même si ça n'est pas cette année. J'en suis certain à 100%."

Il l'a dit, cette amélioration passera notamment par les qualifications, point faible reconnu dans les performances de Suzuki. "Je veux être plus rapide. Je ne veux pas prendre le départ des courses depuis la troisième ou la quatrième ligne. Je pense que l'on n'a pas beaucoup dit à quel point il est difficile de gagner un championnat en partant de la troisième ou de la quatrième ligne", pointe le pilote espagnol, lui qui ne s'est même encore jamais qualifié en première ligne.

Lire aussi :

Techniquement, la GSX-RR a beau être louée pour son package complet et équilibré Joan Mir est bien conscient de conserver une marge de progression en termes de vitesse pure. Fin 2020 déjà, il avait donc les idées claires quant à ce qu'il voulait voir s'améliorer sur sa moto. Il espérait notamment pouvoir compter sur des progrès au niveau du moteur, et ce même s'il fallait aller les chercher par des voies annexes compte tenu du gel imposé sur le bloc entre 2020 et 2021. Plus de puissance, mais aussi un meilleur grip sur l'angle et une stabilité encore peaufinée au freinage, voilà les "petites choses" que Mir faisait figurer sur la liste de ses envies.

"On n'est jamais content de sa moto", sourit-il aujourd'hui. "On a une bonne base, mais on n'a pas fait de pole, alors il faut continuer à travailler pour disposer d'une moto plus rapide." Le champion en titre, conscient d'être "l'homme à battre", sait pertinemment qu'il ne peut se permettre de garder un Talon d'Achille si important, et ce même si sa moto n'a pas à rougir dans son ensemble.

"Je pense qu'on a de la marge pour améliorer notre moteur. Ça n'est pas le plus rapide mais pas non plus le plus lent. Je pense que plusieurs constructeurs se trouvent dans une position plus mauvaise que la nôtre", souligne-t-il. "On a une moto équilibrée, un bon package, et si on arrive à améliorer un peu plus les autres choses perfectibles et à obtenir quelque chose de plus, alors on sera encore plus dangereux cette année."

Les essais de pré-saison prévus au mois de mars apporteront de premiers éléments de réponse pour dire si les ateliers de Suzuki ont réussi à trouver quelques nouveaux trésors dans les entrailles de la GSX-RR afin d'affiner encore un peu plus le package qui a fait tant de jaloux l'an dernier.

Avec German Garcia Casanova

partages
commentaires
Fabio Quartararo : "Yamaha va m'écouter"

Article précédent

Fabio Quartararo : "Yamaha va m'écouter"

Article suivant

Retour de Márquez : Rossi s'interroge sur les "verrous" qui ont sauté

Retour de Márquez : Rossi s'interroge sur les "verrous" qui ont sauté
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Joan Mir Mayrata
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa