Joan Mir, un nouveau roi discret pour le MotoGP
Prime

Joan Mir, un nouveau roi discret pour le MotoGP

Par :
Co-auteur:
Léna Buffa

Pour Motorsport.com, l'entourage de Joan Mir décrit le nouveau Champion du monde MotoGP, d'un point de vue professionnel mais aussi humain. Un jeune homme de 23 ans au parcours fulgurant et à la tête bien faite.

Pour en savoir plus sur quelqu'un, il n'y a pas de meilleur moyen de s'y prendre que d'interroger ceux qui l'entourent, qu'il s'agisse de ses collègues, de ses collaborateurs, de ses patrons ou même de ses adversaires, afin qu'ils puissent décrire ses qualités et ses défauts. Et dans le cas de Joan Mir, il s'avère qu'il est très difficile de trouver quelqu'un qui ait un mot négatif à dire à son sujet, ce qui est loin d'être acquis dans un environnement aussi compétitif et dur que le MotoGP, où l'on cherche la plupart du temps à déstabiliser comme on peut l'adversaire. "Sympa", "bosseur", le nouveau lauréat de la catégorie reine est décrit comme un type bien, en plus de s'être affirmé comme un redoutable concurrent en piste.

L'arrivée du jeune pilote majorquin en MotoGP pourrait parfaitement définir son caractère. Sans faire de bruit, il a signé un contrat de pilote officiel Suzuki pour la saison 2019, après avoir passé seulement un an en Moto2, où il se trouvait au cœur des turbulences qui ont secoué l'équipe Marc VDS. Avant d'opter pour la marque d'Hamamatsu, il disposait également d'une possibilité de rejoindre Honda, qui avait mis une option sur lui, mais le fait que le HRC ne souhaite pas l'intégrer à son équipe officielle a fait capoter l'accord. Les réserves du constructeur à l'aile dorée contrastaient avec la volonté féroce de Suzuki, qui s'exprimait par l'intermédiaire de Davide Brivio, de convaincre celui qui avait remporté le titre Moto3 en 2017 de rejoindre son programme, lui garantissant qu'il s'agirait de l'environnement idéal pour se former et se développer.

partages
commentaires

Abandon pour Rossi : "Les points auraient fait du bien au moral"

Valentino Rossi a enregistré son premier abandon de la saison en tombant lors du Grand Prix du Portugal, alors qu'il visait une arrivée dans le top 10. La conclusion d'un nouveau week-end compliqué pour le pilote italien.

La plaie sur le bras de Miller s'est rouverte dans sa chute

La chute de Jack Miller à Portimão a arraché les points de suture placés sur bras après son opération. L'Australien reconnaît une erreur très coûteuse, qui s'ajoute à un début de saison en dessous de ses attentes.

Viñales juge sa contre-performance anormale et inquiétante

Dernier dans les premiers tours, Maverick Viñales a bouclé le Grand Prix du Portugal en 11e position, très loin de son coéquipier, vainqueur de la course.

Malgré une chute inexplicable, Rins reste satisfait de son week-end

Álex Rins n'a aucune explication à sa chute à Portimão, les données de Suzuki indiquant qu'il a freiné de la même façon que dans le tour précédent. Le pilote espagnol garde le sourire grâce, satisfait d'être parvenu à rester dans la roue de Fabio Quartararo.

Bagnaia 2e, "le meilleur résultat possible" après la pole annulée

Deuxième, c'est le meilleur résultat auquel Pecco Bagnaia pouvait prétendre à Portimão, estime-t-il, après avoir été relégué sur la quatrième ligne de la grille de départ.

Mir savait qu'il ne pourrait pas doubler Bagnaia

Joan Mir se doutait qu'il ne pourrait pas reprendre l'avantage sur la puissante Ducati de Pecco Bagnaia dans la dernière ligne droite au GP du Portugal. Le Champion du monde se réjouit de son premier podium de la saison sur un circuit qu'il ne juge pas favorable à la Suzuki. .

Marc Márquez submergé par l'émotion pour son retour

Même s'il ne s'est pas senti à sa place dans les bagarres des premiers tours, Marc Márquez a atteint son objectif et l'émotion était particulièrement forte à l'arrivée du Grand Prix du Portugal, qui marquait son retour à la compétition après neuf mois de convalescence.

La chute de Johann Zarco provoquée par un souci de boîte

Un problème pour enclencher le bon rapport est à l'origine de la chute de Johann Zarco à Portimão. Le Français donnait tout pour tenter de suivre le rythme des leaders.

Les pilotes Yamaha inquiets de devoir garder la même moto en 2021

Article précédent

Les pilotes Yamaha inquiets de devoir garder la même moto en 2021

Article suivant

Photos - Le casque de Champion du monde de Joan Mir

Photos - Le casque de Champion du monde de Joan Mir
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Joan Mir Mayrata
Auteur Oriol Puigdemont