Joan Mir n'est prêt qu'à "70%" après les tests de Losail

Joan Mir reconnaît un déficit de préparation après les tests de Losail, en partie à cause de la journée perdue vendredi. Le Champion du monde craint que Suzuki ne puisse pas rivaliser avec Ducati et Yamaha au GP du Qatar dans deux semaines.

Joan Mir n'est prêt qu'à "70%" après les tests de Losail

Les pilotes Yamaha et Ducati, Jack Miller en tête, ont fait forte impression dans les tests de Losail, en réalisant les meilleurs chronos de la semaine. Le Champion du monde en titre, Joan Mir, n'a jamais été aux avant-postes et il a réalisé la septième meilleure performance au cumul des cinq jours, 0"644 derrière Miller et 0"033 devant son équipier Álex Rins.

Une grande partie des essais du pilote espagnol a été consacrée à la découverte d'une première version du moteur que Suzuki entend lancer en 2022 et il comptait sur la journée de vendredi pour travailler sur les performances pures, ce qui a été rendu impossible par des conditions météo défavorables, une tempête de sable privant tout le plateau d'un roulage utile.

"Ce n'était pas bien de ne pas faire de tests [vendredi], parce qu'on avait encore beaucoup d'évaluations à faire", a expliqué Mir. "Le problème est que les trois premiers jours, on a testé beaucoup de choses mais que la plupart d'entre elles ne fonctionnaient pas, et que c'était surtout des tests pour 2022. Puis ces deux derniers jours, [jeudi et vendredi], on voulait plus se concentrer sur les performances, un peu sur les [week-ends de] course, et [jeudi] j'ai pu améliorer le rythme de course."

"J'étais assez bon, je n'ai pas fait un mauvais chrono même si on continuait à tester beaucoup de choses. On voulait faire un relais long, un time attack, et ça n'a pas été possible. [...] Ne pas rouler [vendredi], ce n'était pas l'idéal pour nous, c'est vrai."

Lire aussi :

Cette journée en moins plonge Joan Mir dans un certain doute avant le début de la saison, avec l'impression de ne pas être parfaitement prêt à défendre sa couronne : "Je me sens préparé à 70% parce que comme je l'ai dit, nous avions prévu de consacrer cette journée aux performances, sans tester beaucoup de choses mais en travaillant un peu plus sur l'électronique, pour mieux préparer les week-ends. Une journée n'était probablement pas suffisante."

Ce manque de préparation s'illustre par le fait que Joan Mir n'a pas eu le temps de véritablement travailler sur le freinage, un domaine qui lui posait problème au début des tests, ni de trouver des réglages adaptés au nouveau châssis de la Suzuki. Le #36 s'attend donc à débuter la saison avec l'ancienne version de la machine, selon lui moins performante mais plus éprouvée.

"On va probablement choisir le même [châssis] que l'an dernier. Le nouveau châssis est assez performant, mais il faut trouver des réglages adaptés et nous n'avons pas le temps. Donc il sera très important que l'équipe fasse de bonnes simulations [sur ordinateur]. C'est probablement encore plus important que les tests aujourd'hui. Ils auront beaucoup travail dans les dix prochains jours. Donc même si on reste au Qatar, je ne pense pas qu'ils vont s'ennuyer."

Nous sommes parmi les plus rapides, mais pas les plus rapides. Je ne suis pas satisfait à 100% parce que je n'ai pas été le meilleur dans les tests.

Joan Mir

Dans ce contexte, Joan Mir se voit difficilement parmi les prétendants à la victoire au Grand Prix du Qatar, face à une équipe Ducati qui reste sur deux succès à Losail, la marque profitant année après année de son impressionnante vitesse de pointe dans la longue ligne droite du circuit, mais aussi face aux pilotes Yamaha, très à l'aise au cours des derniers jours.

"Je pense que les Ducati sont vraiment rapides et que cette piste convient vraiment aux Yamaha", a confirmé le pilote Suzuki. "C'est aussi le cas pour nous, mais nous ne sommes pas aussi bons qu'eux, en particulier certaines Yamaha. Nous sommes parmi les plus rapides, mais pas les plus rapides. Je ne suis pas satisfait à 100% parce que je n'ai pas été le meilleur dans les tests."

Mir se plaint régulièrement du manque de puissance de la GSX-RR, d'autant plus pénalisant sur cette piste, surtout dans les duels : "Il faut s'en inquiéter, parce que si on regarde les vitesses de pointe ici, en général je suis à 343 km/h, probablement comme les Yamaha, et Zarco est à 357 km/h : c'est une grosse différence, presque 15 km/h. Ce sera très dur à gérer pour nous en course. Avec plus de puissance, c'est plus facile à gérer, il est plus facile de contrôler la situation si on a moins de rythme, on peut doubler ses rivaux en ligne droite. Dans notre cas, on a beaucoup de travail pour nous battre avec Ducati. Il faut être au moins assez rapide pour doubler les Ducati en virage et pour créer un écart avant la ligne droite. Ce sera la clé... Il faudra que ce soit un gros écart ! [rires]"

Mir espère cependant que Suzuki restera une menace grâce au bon rythme affiché dans les relais plus longs. "Je ne sais pas s'ils doivent être effrayés, mais je pense qu'on est toujours là, donc ils faut qu'ils le soient !"

partages
commentaires

Related video

Ezpeleta : Les pilotes, "des modèles" dans la campagne de vaccination

Article précédent

Ezpeleta : Les pilotes, "des modèles" dans la campagne de vaccination

Article suivant

Marc Márquez se rend au Qatar pour se faire vacciner contre le COVID-19

Marc Márquez se rend au Qatar pour se faire vacciner contre le COVID-19
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test Qatar
Catégorie Vendredi
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Joan Mir Mayrata
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud