Mir lui aussi touché par un problème "étrange" sur un pneu

Joan Mir a perdu des places à cause d'une dégradation inattendue de sa gomme avant au Grand Prix de Grande-Bretagne. Le pilote Suzuki ignore quel est le problème mais il a "souvent vu des choses étranges" avec les pneus cette année.

Mir lui aussi touché par un problème "étrange" sur un pneu

La liste des pilotes interloqués par le comportement de leurs pneus s'allonge. Pecco Bagnaia a perdu de très nombreuses places en raison d'un pneu arrière qui n'offrait pas le niveau d'adhérence attendu à Silverstone. Du côté de Joan Mir, c'est la gomme avant qui a posé problème, avec également une dégringolade à la clé.

Parti 11e, le Champion du monde était septième après le premier tour et il est remonté jusqu'au cinquième rang, après avoir doublé Valentino Rossi et profité des soucis de Bagnaia. C'est là que son pneu avant, prématurément usé, a commencé à compliquer ses freinages et a permis à plusieurs pilotes de le dépasser. Mir n'était plus que neuvième en franchissant la ligne d'arrivée.

"Les sensations étaient très bonnes dans les premiers tours", a expliqué le pilote Suzuki. "Je pouvais bien rouler et être dans une positon que je voulais pour la fin de course, mais j'ai eu un problème avec le pneu avant, ce qui m'a fait perdre deux ou trois secondes dans les cinq derniers tours. J'avais ce problème dans les dix derniers tours. Il faut le comprendre."

Lire aussi :

"J'ai eu beaucoup de mal dans les freinages, tout le monde me doublait très facilement", a détaillé un Mir qui n'a aucune idée de l'origine de son problème : "Ce qu'il s'est passé est très étrange. Ce qu'il s'est passé [en course] n'est pas clair, donc on doit comprendre."

"Je ne sais pas si c'est un problème lié au choix de pneus parce que le vainqueur avait ce pneu [le tendre] et que j'ai beaucoup travaillé avec cette gomme, et je n'ai jamais eu ça", a-t-il précisé. "On doit comprendre."

Interrogé sur la multiplication des courses au terme desquelles les pilotes se plaignent d'un pneu au niveau de performances inattendu, Joan Mir se contente d'une réponse laconique : "J'ai souvent vu des choses étranges cette saison". Mir se garde néanmoins d'incriminer Michelin puisqu'il ignore la cause de son problème à Silverstone : "Il est trop tôt pour parler de ce qu'il m'est arrivé. Peut-être que ça vient du pneu, peut-être pas. Je ne sais pas quel a été le véritable problème. On a besoin de beaucoup plus d'informations".

"Mais oui, ce n'est pas génial d'avoir des différences de performance d'un pneu à l'autre, il y a un petit manque de constance. Je pense que tous les pilotes sont d'accord et disent aux équipes que ça peut être amélioré. C'est toujours frustrant quand ça vous arrive. Mais je ne dis pas que c'est un souci lié à un mauvais pneu, parce que je ne sais pas."

Aucun indice ne permet pour le moment d'identifier l'origine du problème : "Je ne sais pas, je n'ai pas de trous dans le pneu, ce n'est pas comme ce qui est arrivé à Oliveira [au GP de Styrie], mais j'ai bien roulé tout le week-end, sans problème avec ce composé".

Avant de rencontrer ce souci, Joan Mir était au contact d'Álex Rins, qui a pu remonter jusqu'à la deuxième place et décrocher son premier podium de la saison, avec un medium à l'avant. Le coéquipier de Mir a permis de voir ce dont la Suzuki était capable : "Je suis content pour l'équipe et Álex. Il a montré ce qu'on pouvait faire [en course] et ce sont de très bonnes informations pour l'avenir. Il avait un pneu différent à l'avant, donc il faut comprendre ça".

Lire aussi :

Avec Germán Garcia Casanova

partages
commentaires
Stats - Six marques aux six premières places, du jamais-vu en MotoGP
Article précédent

Stats - Six marques aux six premières places, du jamais-vu en MotoGP

Article suivant

Morbidelli reprend le guidon pendant que Viñales découvre l'Aprilia

Morbidelli reprend le guidon pendant que Viñales découvre l'Aprilia
Charger les commentaires