Zarco agréablement surpris par sa convalescence

Johann Zarco espère que son opération pour un arm-pump lui permettra de retrouver le niveau de performance qu'il avait en début de saison. Une semaine après l'intervention, le Français est "surpris" de se sentir si bien physiquement.

Zarco agréablement surpris par sa convalescence

Vendredi, Johann Zarco reprendra le guidon de sa Ducati neuf jours seulement après avoir été opéré d'un arm-pump sur l'avant-bras droit, par le chirurgien qui avait également pris Fabio Quartararo en charge en début d'année. Limité par son bras depuis plusieurs semaines, le pilote Pramac attend les premiers tours pour avoir une idée claire de sa condition physique mais il est impressionné par la rapidité de sa convalescence.

"J'ai une bonne énergie et après l'opération, le bras se remet assez bien", a déclaré Zarco ce jeudi. "Je suis assez satisfait et également surpris par la façon dont ça se remet. Le vrai test sera sur la moto. Je ne fais rien de particulier maintenant parce qu'il vaut mieux attendre le bon jour pour pousser. Concernant mes sensations et la douleur, ça se passe vraiment bien. Tout va bien sur ce front."

"La récupération se fait correctement et on verra demain le comportement dans les premiers efforts, mais ça marche bien", a ajouté le natif de Cannes. "J'ai pris des anti-inflammatoires sur les trois premiers jours, pour dégonfler un peu parce qu'après l'opération, c'est toujours un peu plus gonflé. Depuis samedi dernier, je n'en prends plus et le bras se comporte bien."

Lire aussi :

Zarco n'a marqué que 19 points dans les cinq courses disputées depuis la fin de la trêve estivale, et neuf sur l'ensemble des quatre derniers rendez-vous. Les limitations posées par son bras récemment ont peut-être généré un certain blocage, mental comme physique, et l'intervention chirurgicale pratiquée la semaine dernière pourrait être l'étincelle lui permettant de retrouver le niveau qui a été le sien dans la première partie de la saison.

"Je l'espère. Clairement, je ne prends pas ça comme une excuse pour expliquer mes mauvaises performances, mais dans les deux dernières courses, c'était étrange de ne plus avoir quelque chose, peut-être petit mais peut-être important. Avec de petites différences, ça aurait pu être beaucoup mieux. C'était compliqué. Je me demandais si même en voulant me battre, avec ça sur le bras, le corps n'était pas à 100%, comme s'il était passé en 'mode sécurité' pour attendre. J'avais un petit point d'interrogation sur ça. [...] C'était un problème physique qui est corrigé maintenant. Peut-être que ça va aussi résoudre des choses supplémentaires."

Zarco a déjà brillé à Austin, avec deux podiums en Moto2 et des arrivées parmi les six premiers lors de ses deux premiers départs en MotoGP. Le Championnat n'avait plus connu de déplacement si lointain pour une course depuis la saison 2019, COVID oblige, et le Français a préféré arriver en avance pour s'habituer au décalage horaire mais il n'a pas encore pu voir si les bosses qui ont posé problème par le passé étaient toujours aussi présentes sur la piste.

"Le voyage pour venir ici a été bon pour moi. Je suis venu un jour plus tôt pour avoir le temps de me sentir bien avec le jetlag, même si de l'Europe vers l'Amérique, c'est plus facile de s'y adapter. J'ai eu une nuit complète. Le corps est prêt et je vais voir l'état de la piste cet après-midi. J'ai entendu que certaines parties avaient été refaites mais peut-être pas aux bons endroits. J'ai entendu des choses et je dois voir par moi-même ce soir."

Et compte tenu de sa méforme dans les dernières courses et de la relative incertitude qui plane encore sur sa condition physique, Zarco se garde tout pronostic pour le week-end : "Il ne faut pas se fixer trop de choses avec des positions. On sait que les positions sur le podium sont celles qui rendent le plus heureux. Les top 5, ce sont des résultats positifs. Selon la difficulté, un top 10 peut toujours être intéressant. Au-delà du top 10, c'est mauvais. Je ne vais pas dire ce que j'aimerais viser, parce que c'est naturel pour un pilote. Il faut voir. Je ne peux pas dire une place. Faire le max, donner le max et sentir qu'on a pu vraiment tout donner et que la place est récompensée à la fin, alors là c'est l'idéal."

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Quartararo veut surpasser les faiblesses de la Yamaha à Austin
Article précédent

Quartararo veut surpasser les faiblesses de la Yamaha à Austin

Article suivant

Miller demande du changement après des accidents "atroces"

Miller demande du changement après des accidents "atroces"
Charger les commentaires