Zarco voit d'un bon œil la victoire de Márquez

Attentif à l'évolution des écarts au championnat course après course, Johann Zarco était plutôt soulagé de voir Marc Márquez s'approprier le maximum de points en Allemagne, limitant le rapprochement de ses adversaires directs.

Zarco voit d'un bon œil la victoire de Márquez

Qualifié en pole position pour la première fois de la saison, Johann Zarco a vu la victoire lui échapper à nouveau lors du Grand Prix d'Allemagne, contraint de se contenter de la huitième place alors qu'il était victime de la baisse de grip de son pneu arrière dans la seconde moitié de la course. Malgré de précieux points concédés au leader du championnat, Fabio Quartararo qui a réussi à monter sur le podium, le pilote Pramac préférait voir le verre à moitié plein en quittant le Sachsenring, en pensant à l'émergence bienvenue de Marc Márquez, qui a fait main basse sur les 25 unités de la victoire.

Outre les huit points de marge grapillés par Quartararo, Zarco a également cédé des points à d'autres de ses adversaires directs pour le championnat à l'arrivée de la course allemande : Miguel Oliveira, revenu à 35 unités de lui après en avoir empoché 65 en trois courses ; Pecco Bagnaia, cinquième en Allemagne et qui n'est plus qu'à dix longueurs de Zarco ; et Jack Miller, à neuf points après sa sixième place dimanche. Mais, le pilote cannois le sait, la facture aurait pu être plus salée encore si Márquez n'avait pas saisi sa chance sur la piste allemande pour aller chercher la victoire alors qu'il se considère lui-même hors-jeu au championnat.

"Il y a toujours ces pensées pour le championnat", réfléchissait Johann Zarco après la course. "Heureusement que Marc n'a pas pu avoir ces performances en début de saison et qu'il a manqué beaucoup de courses. Cette victoire ne lui permet pas de tellement revenir sur moi au championnat et ça n'a pas permis à Fabio de prendre un trop gros avantage. Donc si on calcule, c'est plutôt bien que Marc ait gagné. C'est une autre façon de voir les choses, avec Oliveira qui est assez bon maintenant - il a pris 65 points en trois courses. Il faut en tirer les leçons pour ne pas le laisser prendre trop de points, et se renforcer."

Le pilote français veut aussi retenir qu'il ne lui a pas manqué grand-chose pour boucler le week-end avec un résultat potentiellement très solide pour Ducati, sur une piste pourtant identifiée dans la saison comme l'un des mauvais moments à passer pour le constructeur. Théoriquement, la prochaine n'est pas non plus la plus favorable à la Desmosedici, mais Zarco peut-il poursuivre sur sa lancée et surprendre ?

"Pour moi, le Sachsenring est un circuit particulier, où je n'ai jamais été au top, c'est pourquoi je veux prendre ce que j'ai vu [dimanche] comme un point positif, même si à la fin de la course, j'étais déçu et un peu en colère de ne pas avoir l'opportunité de rester [en tête]", soulignait le pilote Pramac.

"On était proches de quelque chose de très bon ici", voulait-il retenir en quittant l'Allemagne pour les Pays-Bas. "[Assen] sera quand même un circuit différent. Ça reste un circuit petit où l'on a un peu moins cet avantage moteur que sur un circuit comme Barcelone. Mais on redistribue les cartes et avec le cap qu'a passé KTM, on voit que quand on est bon sur une moto, on peut être performant partout. Et je continue à dire que la Ducati a vraiment le potentiel pour être sur le podium à chaque course. Simplement, il faut vraiment passer un cap pour gérer la situation tout au long du week-end. Et pour moi, la victoire de Marc, c'est un bel exemple du cap que j'espère franchir."

Lire aussi :

En tête du championnat après la deuxième manche de la saison, Johann Zarco a glissé jusqu'à la cinquième place, puis il est remonté pour s'installer au deuxième rang après le Grand Prix d'Italie. Aujourd'hui il s'y maintient, grâce à une belle régularité avec quatre podiums en huit courses. S'il veut croire en ses chances dans un classement où les écarts restent réduits, le Français préfère une approche concentrée à un trop-plein d'optimisme précoce.

"Faire trop de résumés alors qu'on n'a même pas encore atteint la mi-saison, je trouve que c'est gâcher le présent", rappelait-il en marge du week-end allemand, estimant qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions pour le championnat. "Le présent, actuellement, c'est faire le maximum pour continuer à prendre des points sur Fabio et jouer mon titre mondial. Je suis mieux placé que ce que j'annonçais en début d'année mais c'est tout bénéf, alors j'en profite, mais si je commence à trop penser c'est foutu."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires
Michelin renforce l'allocation pour le nouvel asphalte d'Assen
Article précédent

Michelin renforce l'allocation pour le nouvel asphalte d'Assen

Article suivant

Le coup de fil avec Mick Doohan qui a tout changé pour Marc Márquez

Le coup de fil avec Mick Doohan qui a tout changé pour Marc Márquez
Charger les commentaires