Zarco à nouveau en difficulté : "Un moment difficile à avaler"

Distancé dès le premier tour, Johann Zarco n'a pas pu profiter de son rythme à Misano, étant ensuite limité par une pénalité puis par son arm-pump. Le Français traverse une période "pas facile à vivre" mais espère en sortir après l'opération prévue dans les prochains jours.

Zarco à nouveau en difficulté : "Un moment difficile à avaler"

Le Grand Prix de Saint-Marin de Johann Zarco a été nettement en dessous de ses attentes, entre un premier tour difficile, une pénalité et un bras douloureux en fin d'épreuve. Cinquième sur la grille, le pilote Pramac a pris un bon envol mais il a glissé dans les premiers virages et n'était plus que 12e un tour plus tard. Il n'allait plus jamais retrouver le top 10, même s'il avait le rythme pour le réintégrer.

Zarco a réussi plusieurs dépassements mais celui sur Takaaki Nakagami l'a contraint à un passage hors piste au premier virage, considéré comme un raccourci et donc sanctionné d'un long lap. Il n'était plus que 15e après sa pénalité et il a réussi à remonter au 12e rang, pas mieux, son arm-pump à l'avant bras-droit, pour lequel il sera opéré mercredi, ayant commencé à le faire souffrir et son corps étant entré dans "une sorte de sécurité" selon ses propres termes.

"Une course très difficile", résume le Provençal. "Je m'attendais à avoir un meilleur rythme et à rester avec les meilleurs mais le début de la course a été assez dur. Les pneus glissaient un peu et après j'ai très vite perdu des places. Au moment où j'ai pu avoir un bon rythme, j'ai dû faire le long lap, parce que j'ai manqué le premier virage quand j'ai doublé Nakagami. J'ai fait un détour pour ne pas couper mais il semble que j'aurais dû en faire un plus long. C'est sûr que ce long lap n'a pas aidé à conserver un bon rythme et après, je me suis battu."

"Le côté gauche du pneu arrière était complètement détruit, donc c'est aussi pour ça que j'ai eu du mal à rester en dessous des 1'33. Le bras aussi : j'ai eu un peu de mal à dix tours de l'arrivée. Il a commencé à être un peu douloureux. Je pense que j'ai pu gérer ça mais j'aurais dû avoir un meilleur rythme, autour des 1'32"5, et je ne l'ai pas eu. J'ai fait la meilleure course possible mais c'est un moment difficile à avaler. J'espère vivre vite une meilleure période."

Avec une chute au Red Bull Ring suivie de deux rendez-vous très décevants à Silverstone puis à Alcañiz, Johann Zarco a enchaîné son quatrième Grand Prix hors du top 10, le septième sans podium. Il conserve la quatrième place du championnat mais n'a plus qu'un point d'avance sur Jack Miller. Le pilote français ne veut pas retenir que le négatif puisqu'il a montré des signes de progrès ce week-end et qu'il sait qu'il sera vite libéré de la gêne sur son bras.

"On est juste après la course, donc déçu du mauvais résultat, déçu d'avoir autant de difficultés à garder un bon rythme. Pourtant, c'était déjà nettement mieux que les courses précédentes, Silverstone ou Aragón, donc il y a eu de bonnes choses ce week-end. Malheureusement, en course ça n'a pas concrétisé, donc [il y a] de la déception. Après, le premier objectif était de terminer, de ne pas se mettre par terre parce que c'est encore plus dommage. J'ai pu tenir. Physiquement, c'est difficile mais je vais au bout donc c'est une première satisfaction et après, peut-être que ce bras me gêne plus que je ne le pense. Il y aura des nouveautés à partir de la semaine prochaine. Une découverte."

Mais avant cette opération libératrice, Johann Zarco va rester à Misano pour participer à la première des deux journées du test post-course organisé cette semaine : "Je vais rouler mardi, je vais quand même tester. Mardi soir, je rentrerai. Je vais dormir sur Aix et mercredi matin je serai au bloc".

L'opération prévue mercredi permettra à Zarco d'aborder le GP des Amériques, prochaine épreuve au programme, dans un meilleur état d'esprit : "Austin est un grand circuit où la Ducati peut avoir un avantage niveau moteur. Après, il y a beaucoup de changements d'angle donc ce n'est jamais très facile pour la Ducati. Des points positifs, des points négatifs et il faudra faire avec. Si le bras donne des sensations très différentes, peut-être que ça va me libérer davantage. Mais déçu pour le moment parce que la mauvaise période est plus longue que ce que j'imaginais. Ce n'est pas facile à vivre. En tout cas ce n'est pas marrant quand on peut performer".

Lire aussi :

 

partages
commentaires

Related video

Championnat - Quartararo résiste fermement à Bagnaia
Article précédent

Championnat - Quartararo résiste fermement à Bagnaia

Article suivant

Quartararo : "Je n'ai pas pensé une seconde au championnat"

Quartararo : "Je n'ai pas pensé une seconde au championnat"
Charger les commentaires