Zarco : "Ce qu'on a essayé n'a pas du tout fonctionné"

Johann Zarco n'a pas été aussi à l'aise dans l'après-midi que dans la matinée ce vendredi au GP d'Italie, une régression qu'il attribue à une mauvaise direction prise dans ses réglages. Le Français reste confiant pour la suite du week-end.

Zarco : "Ce qu'on a essayé n'a pas du tout fonctionné"

Les deux séances ont donné un ressenti très différent à Johann Zarco ce vendredi au Mugello. Très à l'aise dans la matinée, le pilote du team Pramac a réalisé le deuxième temps, mais il a été plus à la peine dans la deuxième séance, étant l'un des deux pilotes du plateau avec Maverick Viñales à ne pas améliorer son chrono. Zarco a été sorti du top 10 au cumul des deux séances pour se retrouver 11e, ce qui signifie qu'il devra compter sur une amélioration en EL3 pour entrer directement en Q2. Il juge néanmoins sa journée intéressante.

"J'étais vraiment content ce matin", explique Zarco. "Un début fantastique, toute la séance en pneu usé. J'ai aussi fait un très bon chrono derrière Michele Pirro, c'était avec le pneu neuf donc c'était la combinaison parfaite pour finir les EL1. Le chrono est venu assez facilement. C'était bien pour la confiance. Dans l'après-midi, j'ai fait de bons tours et j'ai essayé de préparer la course. J'ai été un peu déçu en fin de séance parce qu'avec le pneu arrière tendre neuf, je n'ai pas fait un meilleur chrono que ce matin. C'est pour ça que je suis déçu maintenant, mais ce n'est pas un désastre."

Lire aussi :

"On a demain matin pour entrer en Q2 et être avec les leaders, mais je n'ai pas pu améliorer mon chrono. Au moins, j'ai fait de bons tours pour préparer la moto pour la course, pour être constant et rapide. Je pense que [Álex] Rins [deuxième en EL2] a aussi fait une très bonne séance dans l'après-midi. Peut-être que la chaleur de l'après-midi m'a causé des problèmes pour être rapide. Pour d'autres, ça les a aidés à prendre confiance. C'est bien de voir certains pilotes plus à l'aise quand il fait chaud, et d'autres qui faisaient mieux ce matin. Beaucoup d'informations ce matin mais je suis un peu déçu de ne pas avoir fait de progrès dans la dernière séance."

De nombreux facteurs peuvent expliquer les difficultés de Johann Zarco dans l'après-midi. La hausse de la température en est un mais pour le Français, le principal est tout simplement une mauvaise direction prise dans les réglages de sa Ducati. Il ne s'alarme donc pas de cette régression dans le classement, d'autant plus qu'il devrait faire plus frais dimanche, avec même un risque de pluie : "Il y a eu des tours intéressants pour confirmer ce dont j'ai besoin ou pas sur cette moto pour aller plus vite sur cette piste. Le fait de ne pas réussir à améliorer en fin de séance est un signe assez clair que ce qu'on a essayé n'a pas du tout fonctionné. C'est décevant sur le coup mais ça fait partie du jeu."

"Il faut rester zen pour être meilleur demain et revenir dans le coup, c'est la seule solution. Sinon, après deux ans sans rouler sur cette piste, j'étais plutôt content ce matin. Ça s'est très bien passé et le chrono en fin de séance était vraiment tip top en pneus usés, donc j'étais content de ça. Malheureusement, dans l'après-midi, j'ai pu attaquer sur un élan intéressant mais ensuite on n'a pas fait les bonnes choses. Ça peut arriver. C'est comme ça."

Zarco ne s'inquiète pas

Johann Zarco est entré dans un cercle vicieux en EL2, les différents éléments nuisant à ses performances lui ayant fait perdre confiance sur sa machine, une perte de confiance qu'il convient de relativiser puisque le chrono réalisé dans l'après-midi n'était qu'à 0"038 de celui réalisé dans la première séance.

"Je pense que la chaleur ne m'a pas aidé à améliorer mais je pense que ce n'est pas la seule raison. Je pense qu'on a essayé de progresser et qu'on n'y est pas parvenus. C'est pour ça que je dois continuer à travailler, garder mon calme. Ce que j'ai testé n'a pas marché mais on aura le temps pour comprendre quoi faire. Il me faut de la confiance pour progresser sur cette piste. On n'a pas fait les progrès que j'espérais côté sensations, c'est ce qui n'a pas permis de progresser."

"C'est une piste très technique", ajoute-t-il. "Quand on est à l'aise, on peut être assez rapide en courbe. Pour le moment, si je vais un peu trop vite, je ne tourne pas assez, je sors un peu large. C'est pour ça que c'est dur de progresser pour le moment."

Lire aussi :

Zarco s'est imposé en Moto2 au Mugello mais il n'y a jamais brillé en MotoGP, son meilleur résultat restant la septième place conquise lors de sa première saison dans la catégorie, en 2017. Alors aligné sur une Yamaha du team Tech3, il avait du mal à prendre les risques nécessaires en entrée de courbe, un problème exacerbé après plusieurs chutes. Désormais conscient que son style de pilotage ne lui permet pas de s'exprimer pleinement sur le circuit toscan, il souhaite revoir son approche pour mieux contourner les difficultés.

"Le fait de beaucoup glisser avec l'arrière, de manquer d'accroche, de ne pas assez tourner, il faut essayer de trouver la solution ailleurs. C'est ce qu'on va faire. C'est une combinaison de style et de ce qu'il faut faire sur la moto qui fait que sur une MotoGP, il y a un peu plus de choses à faire pour moi. On dirait que mon naturel ne m'aide pas assez. Ce qui est bien, [c'est que] cette Ducati a un potentiel extraordinaire. J'adore ce genre de challenge. En trouvant les solutions ici, ça va m'ouvrir des portes pour le reste de la saison qui peuvent me permettre de jouer le championnat correctement."

Victorieuse des trois dernières courses de MotoGP disputées au Mugello, la Desmosedici est en effet redoutable sur cette piste, comme l'a encore prouvé Pecco Bagnaia avec son meilleur temps vendredi, une performance dont Zarco veut s'inspirer même s'il n'a pas pu suivre le pilote italien piste ce vendredi : "Immédiatement, la Ducati s'est comportée comme une Ducati, avec des forces et des faiblesses, mais j'ai essayé de ne pas faire trop de d'erreurs et de l'utiliser aussi bien que possible. Ça a bien fonctionné. La moto a un gros potentiel et je suis content que Pecco ait été le plus rapide dans l'après-midi parce que c'est une preuve que la moto est rapide. Quand on ne peut pas faire tout comme on le veut, ce n'est pas facile. Les premières sensations étaient bonnes, j'étais content des points forts de la moto."

partages
commentaires

Related video

Quartararo critique l'attitude dangereuse des pilotes au ralenti
Article précédent

Quartararo critique l'attitude dangereuse des pilotes au ralenti

Article suivant

Viñales ne s'inquiète pas de sa régression en EL2

Viñales ne s'inquiète pas de sa régression en EL2
Charger les commentaires