Zarco serein après sa chute : "Ce n'est pas un coup d'arrêt"

Johann Zarco ne pense pas que sa chute au Grand Prix du Portugal vient mettre fin à la "bonne vague" sur laquelle il surfe depuis le début de la saison. Le Français reconnaît cependant qu'il prendra peut-être moins de risques si une situation similaire se présente à nouveau.

Zarco serein après sa chute : "Ce n'est pas un coup d'arrêt"

Leader du championnat en arrivant à Portimão, Johann Zarco n'a pas ajouté le moindre point à son compteur sur le circuit portugais, sa course s'étant conclue sur une chute provoquée selon l'intéressé par un souci de boîte de vitesses, alors qu'il occupait la troisième place. Cette erreur fait dégringoler Zarco au quatrième rang du championnat, à 21 points de la tête, mais pour le pilote du team Pramac, elle ne l'a probablement pas privé d'un troisième podium en autant de course puisque même s'il était bien placé, le #5 s'attendait à perdre des positions, ayant des difficultés à conserver le rythme imprimé par Fabio Quartararo et Pecco Bagnaia devant lui. C'est donc avec une certaine philosophie qu'il a accepté sa chute.

"Je ne le vois pas comme un coup d'arrêt", a déclaré Zarco. "On surfe sur une bonne vague, mais la vitesse est là, c'est plutôt bon, alors que j'étais quand même en difficulté. Quand je serai moins en difficulté, ça voudra dire que j'irai encore plus vite et c'est bon à savoir. Je perds gros, oui, parce que je pense que dix points se sont envolés. Parce que quand tu chutes entre la première et la deuxième place, entre 25 ou 20 points, là, tu te dis 'Oui, j'ai perdu gros'. Mais là, je pense que vu le pneu avant qu'on avait, peut-être que j'aurais terminé sixième ou septième devant [Marc] Márquez. Il a fait une belle course mais il y avait un certain écart. J'avais moyen d'assurer une place comme ça, donc à la fin c'est dix points de perdus, ce qui est beaucoup mais pas dramatique. Ça arrive."

Le pneu avant de Johann Zarco était très dégradé sur le côté droit et il avait du mal à conserver le niveau de performance nécessaire pour rester dans le top 3, mais il reste satisfait de s'être battu pour ces positions : "C'était un peu dur de rester dans ce rythme, en dessous de 1'40. Je devais laisser beaucoup d'énergie. Quand Pecco m'a doublé, j'étais un peu content de me dire que j'aurais un peu plus de contrôle. J'ai passé de nombreux tours devant [Joan] Mir, à essayer de revenir sur Fabio, ou en tout cas à avoir un bon écart avec ceux derrière. J'ai beaucoup attaqué et je pense qu'il me manquait quelques dixièmes [en course]. Je n'étais pas à l'aise partout, donc ensuite, il fallait donner un peu plus d'énergie pour compenser et la course est devenue plus difficile."

Lire aussi :

"Malgré ça, j'étais là, en espérant jouer le podium. C'est positif. L'avantage en ligne droite reste important et je savais que je pouvais faire la différence sur cette montée dans la ligne droite, et j'ai pris du plaisir à en profiter. C'était assez bien de rouler avec Mir. [Álex] Rins et Fabio se sont échappés, c'était un peu dur de rester avec lui. Je m'attendais à rester derrière Pecco mais j'ai fait l'erreur presque immédiatement après son dépassement."

Zarco n'attribue pas sa chute à un emballement pour conserver une position sur le podium, même s'il assume la prise de risques dans les virages pour pouvoir ensuite "décaniller" ses rivaux en ligne droite, aidé par sa puissante Ducati : "Je suis en course, je le tente. Quand tu vois l'avantage que tu as en ligne droite, tu essaies de gérer tout le circuit pour pouvoir garder cet avantage. Malheureusement, il y a eu cette chute avant. Mais je pense que je n'étais pas trop en stress de rater le podium. Quand j'ai vu que c'était Bagnaia qui me rattrapait, ça ne m'inquiétait pas. Pour moi, c'était une bonne chose. Ça pouvait mettre cet intermédiaire avec Mir, je pouvais copier le style de Bagnaia et lâcher Mir. J'avais plus ça en tête que perdre le podium. Je ne pense pas que j'étais stressé par ça."

Zarco pourrait se montrer plus prudent à l'avenir

Avant le début de la saison, Johann Zarco a annoncé sa volonté de changer d'approche cette année. Prêt à prendre tous les risques nécessaires pour décrocher de bons résultats ponctuellement en 2020, il vise désormais une bonne place au championnat, ce qui implique d'être plus constant et d'assurer des points à chaque course. Ayant échoué à atteindre cet objectif au Portugal, Zarco juge un changement de stratégie "possible" pour les prochaines épreuves, sans oublier que Portimão ne reflète pas les résultats possibles cette saison, son processus d'adaptation à la dernière version de la Desmosedici n'étant pas encore terminé.

"On dit toujours 'Sois intelligent, la saison est longue'. Quand tu es par terre, c'est mieux de se dire que même si je terminais [...], j'avais dix points. J'en aurait eu 50 au championnat et on aurait continué à avancer. Malheureusement ça ne s'est pas passé comme ça. Je [préfère] encore avoir la vitesse parce que tout le monde va très vite. Dans tous les cas, il faut donner le max. J'ai encore des étapes à franchir pour trouver encore plus de confort sur la moto et aller encore plus vite. Je veux pousser dans cette direction et c'est en course qu'on analyse si l'option de gagner ou le podium sont là. Le moment où il faut assurer, c'est pendant la course"

"[Au Portugal], je profite de ma première ligne, je pars en tête, on ne va pas très vite, mais au moins je suis en tête, j'attends qu'on me double pour voir la forme des autres pilotes. Ça se passait un peu comme ça mais j'ai vu que ce rythme en dessous de 1'40, si je le voulais, il fallait y mettre beaucoup d'énergie, ce qui rendait la course difficile. Donc oui, il faudra assurer dans d'autres moments. Ça aurait pu être un moment comme ça. Il y a eu cette erreur qui n'en est pas complètement une parce qu'il y a eu un petit peu de malchance [avec le problème de boîte]. Tout ne s'est pas bien combiné."

Lire aussi :

Plus que son abandon, Johann Zarco veut donc retenir qu'il a pu rester aux premières places tout au long du week-end, que ce soit en qualifications, déjà après une chute, ou en course, alors qu'il n'était pas parfaitement à l'aise sur sa Ducati. "La qualif a été intéressante avec cette chute, remonter sur la deuxième moto et la première ligne. Je crois que ça faisait un moment que je n'avais pas mené une course, donc ça fait toujours du bien. Je ne vise pas la victoire à tout prix. Il faut être dans les bons tout le temps."

"Même Bagnaia, ce week-end, il semblait très fort et quand il faisait un bon tour, il collait trois dixièmes au deuxième et à ce niveau ça fait beaucoup. En course, il a su gérer et remonter progressivement, mais il avait manqué la qualif parce qu'il a aussi eu de la malchance avec les drapeaux jaunes. Même avec la malchance, il faut savoir rester devant, comme je l'ai fait [en course]."

partages
commentaires

Related video

Drapeaux jaunes : l'annulation des chronos fait toujours débat

Article précédent

Drapeaux jaunes : l'annulation des chronos fait toujours débat

Article suivant

Rossi juge les drapeaux "obsolètes" et préfère les panneaux lumineux

Rossi juge les drapeaux "obsolètes" et préfère les panneaux lumineux
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Lieu Portimão
Pilotes Johann Zarco
Équipes Pramac Racing
Auteur Vincent Lalanne-Sicaud