Zarco : des sensations différentes pour une journée à étudier

Malgré une pointe impressionnante à 357,6 km/h, Johann Zarco a dû se contenter du neuvième temps jeudi soir, à Losail. Pas de quoi le décourager, au contraire : les tests sont, rappelle-t-il, faits pour identifier et régler d'éventuels problèmes.

Zarco : des sensations différentes pour une journée à étudier

L'avant-dernière journée des essais de pré-saison a livré à Johann Zarco de nouveaux éléments à analyser, ses sensations s'étant révélées différentes de celles de la veille à conditions pourtant comparables. Quatrième mercredi, il a dû se contenter du neuvième chrono hier et s'est montré moins rapide qu'il ne l'avait été 24 heures plus tôt, signe qu'il n'avait plus tout à fait la même aisance au guidon de la Ducati.

"C'était tellement bon [mercredi] que je m'attendais à avoir un peu ce même type de sensations pour faire du bon travail − ce qu'on a fait malgré tout −, mais avec beaucoup plus de facilité et du rythme, et finalement ça n'est pas venu aussi bien", explique le pilote français. "C'est juste une question de feeling. On a commencé la journée exactement comme la veille pour avoir une référence, or cette référence était déjà différente."

"À partir de là, on a donc essayé de comprendre et de travailler là-dessus. On a conservé le plan qu'on avait établi pour avoir des choses à tester sur la moto. Que les sensations soient bonnes ou pas très bonnes, il faut continuer à travailler. On a donc conservé notre plan, mais le dérouler quand on a un peu moins de sensations est un peu plus difficile. En tant que pilote, on a de la frustration et on ne peut pas tellement se détendre au guidon."

Lire aussi :

S'il juge cette journée "pas fantastique", Johann Zarco la voit tout de même "intéressante" compte tenu des éléments d'étude qu'elle a fournis. "C'est là que ça devient intéressant, parce que ça permet de travailler. Les tests sont faits pour ça : quand tout se passe bien en test, ensuite on panique si on a un problème en course", souligne-t-il. "Même piste, même moto et on se sent différent. Et ça va se produire beaucoup de fois pendant la saison, alors si on peut mettre le doigt dessus dès le Qatar, je pense qu'on pourra faire une super saison."

"Jack [Miller] aussi a eu un peu de mal, Pecco [Bagnaia] a été rapide. Alors on ne peut pas dire que la piste était plus lente, parce que d'autres pilotes ont été plus rapides, mais les conditions étaient un peu différentes. Je n'ai toujours pas la réponse, mais avec tout ce que l'on a fait [jeudi], on a des choses à étudier."

S'il a des choses à étudier, c'est aussi que Johann Zarco, malgré ses difficultés, ne s'est pas ménagé. Avec 71 tours au compteur, il a été le plus actif de la journée. S'il concède un peu de fatigue, il retient surtout qu'il réussit bel et bien à fournir l'effort requis pour tous les tests qui figurent à son programme.

"[Mercredi], il était prévu de ne pas faire trop de tours, pour avoir une belle forme sur le long run, et finalement je me retrouve avec plus de tours que tous les jours précédents, donc c'est le signe que mon corps l'encaisse de mieux en mieux. J'arrive à piloter la moto avec moins d'efforts. Ça n'a pas été une journée simple, et quand je regarde le compteur des tours je vois que j'en ai fait plus que d'habitude donc c'est que j'ai bien encaissé."

Sa résistance a également permis au pilote Pramac de réaliser la simulation de course à laquelle il tenait jeudi soir, un run de 16 tours entamé en 1'54"7 et durant lequel il s'est stabilisé dans la fenêtre des 1'55. "Sur le rythme de course, il y avait des tours intéressants, mais il faut se dire qu'en vrai mode course il y a moyen de faire encore mieux parce que je partirai plus frais, je n'aurai pas fait 50 tours avant, et il y a une autre agressivité aussi", souligne-t-il.

Dernier élément de satisfaction, et non des moindres : Johann Zarco a, pour la troisième fois de suite, affiché la meilleure vitesse de pointe de la journée. Après avoir battu son record personnel la veille en 352,9 km/h, il a cette fois atteint un étourdissant 357,6 km/h qui lui permet de battre la V-max affichée par Jack Miller l'an dernier sur ces mêmes tests (355,2 km/h) et de s'approcher toujours plus de la barre inédite des 360 km/h que beaucoup s'attendent à voir tomber ce vendredi, le vent de dos aidant.

partages
commentaires

Related video

Marc Márquez a le feu vert des médecins pour remonter sur une moto

Article précédent

Marc Márquez a le feu vert des médecins pour remonter sur une moto

Article suivant

Les pilotes MotoGP commencent à se faire vacciner contre le COVID-19

Les pilotes MotoGP commencent à se faire vacciner contre le COVID-19
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test Qatar
Catégorie Jeudi
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Johann Zarco
Équipes Pramac Racing
Auteur Léna Buffa