Johann Zarco : sérénité et "grandes ambitions" pour attaquer 2021

À cinq semaines du véritable coup d'envoi de sa saison avec sa nouvelle équipe, Johann Zarco peaufine sa préparation, d'ores et déjà concentré sur son objectif.

Johann Zarco : sérénité et "grandes ambitions" pour attaquer 2021

Johann Zarco a lancé son année la semaine dernière en retrouvant pour la première fois depuis le Grand Prix du Portugal les sensations du roulage sur piste. Au lieu des deux jours dont il espérait profiter à Jerez, il n'a finalement roulé que deux heures, pour cause de pluie, mais ce fut suffisant pour relancer la machine, avant de passer la semaine au camp d'entrainement de Red Bull en Autriche.

Expliquant au micro de Canal+ avoir "beaucoup plus de sérénité pour attaquer" cette année 2021, le pilote français a également affiché ses ambitions. Quels qu'ont pu être les méandres de son parcours il y a moins de deux ans, il a désormais retrouvé une voie bien plus stable et poursuit à nouveau son rêve de succès en MotoGP.

"Il faut qu'elles soient grandes les ambitions, et elles le sont", assure-t-il. "Il ne faut pas oublier le rêve. C'est quoi le rêve ? C'est d'être Champion du monde MotoGP. Est-ce que j'en ai la possibilité ? Oui, j'y crois. Est-ce que j'en ai la possibilité tout de suite ? Je ne sais pas encore, donc selon le boulot qu'on fait ou la régularité qu'on peut avoir, il peut y avoir de très belles surprises. C'est l'objectif du podium. Il ne faut pas être déçu si je ne l'atteins pas, mais c'est ça qu'il faut viser pour pouvoir continuer à avancer en tant que sportif."

Lire aussi :

Après les sept podiums d'ores et déjà célébrés depuis qu'il a rejoint la catégorie reine en 2017, le Cannois n'ambitionne désormais rien de moins que la victoire. Formé à la Ducati la saison dernière, il sera l'un des rares à passer cette année sur une machine évoluée grâce à son transfert du team Avintia à Pramac, et compte bien en profiter pour reprendre le flambeau de Jack Miller, habitué aux avant-postes avant de changer de team.

Même si l'Australien n'a jamais réussi à offrir un succès à l'équipe italienne avant d'être promu dans le team d'usine, la victoire, Zarco y croit. "Je pense que c'est quelque chose de possible. C'est difficile à dire là tout de suite, mais on ne sait jamais. Si je débute bien la saison et que je contrôle bien la moto, je pense que je peux aussi avoir de bonnes surprises pour moi-même", souligne-t-il auprès du site officiel du MotoGP.

"En 2020 j'ai appris beaucoup de choses sur la Ducati, j'ai aussi réalisé de bonnes performances mais je n'ai pas affiché une très bonne régularité pendant la saison. J'aimerais performer de la même façon que Jack Miller, qui a fini la saison sur la Ducati Pramac en se battant pour des podiums et en pensant à la victoire. Il faut que je voie comment je me sentirai sur la nouvelle moto et, si je peux me battre pour le podium, j'adorerais le faire et garder cette régularité pendant la saison pour obtenir de très bons résultats."

Il faut dire également que la saison 2020 a fait naître l'appétit... "En 2020, beaucoup de pilotes ont pensé à la victoire et on a aussi eu un nouveau Champion du monde avec Joan Mir. Ça veut presque dire que tout est possible", observe le Français. "Tout le monde était très rapide et il était parfois difficile d'être ne serait-ce que dans le top 10, alors je pense qu'on aura une performance plus ou moins similaire de la part de tout le monde. Beaucoup de pilotes connaissent très bien la moto et ils peuvent bien la contrôler. Alors ça sera dur mais c'est la beauté du plus haut niveau du MotoGP. En ce qui me concerne, j'aimerais être très performant pour entretenir mon rêve."

La préparation se poursuit avant le Qatar

Pour s'assurer de bien optimiser les cinq journées d'essais de pré-saison sauvées dans le programme chamboulé de cet hiver, Johann Zarco s'est donc prévu quelques séances de piste au guidon de la Panigale V4S, le bolide parfait pour contourner l'interdiction de rouler au guidon de la MotoGP mais se réhabituer malgré tout à la vitesse et aux exigences du pilotage d'une machine puissante.

Après sa première visite à Jerez la semaine dernière, il profitera de l'annulation des tests de Sepang pour retourner en Andalousie les 10 et 11 février. Il y retrouvera l'ensemble du groupe Ducati, le pilote essayeur Michele Pirro qui pourra étrenner la Desmosedici, et les titulaires qui, comme Zarco, devront se contenter de la moto de série. Un autre roulage de ce type est prévu à son agenda fin février, cette fois à Almeria, en quête de températures plus élevées que celles qui règnent actuellement sur le circuit d'Alès, autre terrain de jeu envisageable pour la préparation lorsque les conditions le permettent. "Si je fais quatre jours de qualité à plus de 200 km/h, ça me fera suffisamment de bien pour attaquer le Qatar", assure Johann Zarco.

Très vite, il faudra en effet prendre la direction de Losail pour ses deux premières séances en tant que pilote Pramac, entouré par sa nouvelle équipe. "J'ai l'impression de déjà les connaitre", assurait-il jeudi en évoquant le team italien dans un Facebook Live organisé par le Grand Prix de France. "Quand je suis allé à Jerez, il y avait le team Ducati Superbike, et on voit que dans le groupe du team Pramac qu'on a sur le téléphone il y en a même du team Superbike, donc tout le monde est très uni chez Ducati."

"Il y aura beaucoup de nouvelles têtes à apprendre, mais le fait de passer les voir à l'hospitality depuis plusieurs années et d'avoir été les uns à côté des autres cette année [aux stands] fait qu'il n'y a pas eu la nécessité de se rencontrer. Ça va se faire tout naturellement au Qatar. J'ai le sentiment qu'on se connait déjà."

partages
commentaires
Vers des chronos plus rapides avec le nouveau virage 10 de Barcelone

Article précédent

Vers des chronos plus rapides avec le nouveau virage 10 de Barcelone

Article suivant

Crutchlow se sent différent des "robots corporate" des autres équipes

Crutchlow se sent différent des "robots corporate" des autres équipes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Léna Buffa