Zarco en troisième ligne : "J'ai souffert du mouvement de la moto"

Philosophe face à une situation difficile qui le voit partir du fond de la troisième ligne de la grille de départ, Johann Zarco compte sur un choix de pneu efficace pour amorcer une remontée en course.

Auteur du neuvième temps lors des qualifications du Grand Prix de Grenade-Bretagne, Johann Zarco prendra le départ six positions derrière Fabio Quartararo, troisième ce samedi, et dernier représentant des pilotes Ducati factory et Pramac, cette fois emmenés par Francesco Bagnaia, qualifié au deuxième rang derrière le poleman Pol Espargaró. 

"Une meilleure journée aujourd'hui, mais malheureusement, il est difficile d'aller beaucoup plus vite et j'étais content de franchir la Q1 et de faire un bon temps au tour lors de cette séance", résume Zarco au moment de faire le point sur ce samedi. "Je n'ai pas été en mesure de le répéter en Q2 car je ne voulais pas faire d'erreur et en hésitant, on perd immédiatement quelques dixièmes… Peut-être que j'aurais pu accrocher la deuxième ligne mais je n'aurais pas pu aller beaucoup plus vite."

En dépit de ce qui s'apparente à une performance décevante si celle-ci est confrontée directement à celle de Quartararo, Bagnaia ou son équipier Jorge Martín (quatrième), et tout simplement à ses habituelles qualifications 2021, jamais achevées au-delà de la seconde ligne, Zarco sait que son début de week-end laborieux ne lui a pas permis de trouver exactement les sensations désirées, et souffre encore de ce qu'il décrit comme du mouvement excessif dans les longues courbes de Silverstone, qui affecte la stabilité de sa Ducati et l'empêche de maintenir les gaz comme souhaité en sorties de courbes.

Lire aussi :

"J'ai eu feeling un peu meilleur aujourd'hui mais le mauvais début de week-end n'a pas facilité les choses pour mieux performer aujourd'hui. Mais au moins, nous avons collecté de bonnes informations en EL4 et j'espère que ça aidera pour la course de demain", se rassure-t-il, avant de détailler ce qui le tracasse encore pour le moment. "Lorsque je dis que la vitesse manque, c'est par exemple comme dans la matinée : j'ai manqué la Q2 mais je n'étais qu'à quatre dixième. Et là, pour la Q2, je suis à quatre dixièmes de la pole position d'Espargaró [0"690 en réalité, ndlr], donc il est difficile de vraiment dire qu'il y a un domaine qui est mauvais ou un autre qui est bon parce que c'est très serré."

"Mais c'est un sentiment général ce week-end : j'ai plus souffert du mouvement de la moto dans les sorties de virage et ici, c'est un endroit où il faut de la vitesse en courbe et c'est normalement quelque chose dans quoi je suis fort. Mais je ne peux pas maintenir ma vitesse en courbe ici parce que je me bats un petit peu trop avec le mouvement et c'est la raison pour laquelle j'ai eu du mal depuis hier."

Cette stabilité recherchée, le Cannois semble néanmoins la trouver avec le pneu arrière dur, sur lequel il a passé un certain temps en EL4 dans la matinée. Au point de juger que sa perte théorique de performance au tour avec le mélange le plus dur serait bien compensée par le confort et la constance apportés pour la durée du Grand Prix. "Je pense que je vais y aller avec le dur : il devrait faire un petit peu plus chaud demain et ça devrait aider à prendre cette décision. Mais oui, le feeling sur le dur était intéressant et comme il manque globalement de la vitesse ce week-end, peut être que ce dur peut faire que je me trouve dans une meilleure moyenne."

Lire aussi :

partages
commentaires
Martín s'amuse de l'imbroglio mais s'inquiète pour la course
Article précédent

Martín s'amuse de l'imbroglio mais s'inquiète pour la course

Article suivant

Espargaró de la souffrance à la pole : "C'est déjà une victoire"

Espargaró de la souffrance à la pole : "C'est déjà une victoire"
Charger les commentaires