MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
15 jours
16 oct.
Prochain événement dans
22 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
29 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
43 jours
13 nov.
Prochain événement dans
50 jours
20 nov.
Prochain événement dans
57 jours

Lorenzo a "failli" signer chez Ducati pour 2021

partages
commentaires
Lorenzo a "failli" signer chez Ducati pour 2021
Par :

Jorge Lorenzo s'est confié à Motorsport.com ce week-end, pendant que le championnat du monde de MotoGP était à Misano.

En 17 saisons de pilote de Grand Prix, si une chose a toujours caractérisé le triple Champion du monde (2010, 2012 et 2015), c'est bien son honnêteté, un trait de caractère qui n'est pas si fréquent dans le paddock, et qui n'a pas toujours joué en sa faveur.

Dans cette interview, réalisée par téléphone depuis son domicile de Lugano, en Suisse, Jorge Lorenzo conserve sa candeur en révélant les discussions autour d'un retour avec Ducati en 2021, confirmant que sa carrière en compétition est terminée et analysant le championnat actuel, de l'absence de Marc Márquez à la décision d'Andrea Dovizioso de quitter Ducati, en passant par son manque de roulage dans son rôle de pilote d'essais chez Yamaha.


À quoi ressemblent vos journées maintenant ? Vous avez l'air d'apprécier votre retraite.

Je suis très heureux. J'ai tout le temps nécessaire pour faire pratiquement tout ce qui m'intéresse. Quand je suis chez moi, je garde une routine pour rester en forme, je m'entraîne le matin et mon après-midi est libre pour étudier, planifier mon avenir ou simplement m'amuser.

Certains sportifs ont l'impression d'avoir un vide à combler après leur retraite. Avez-vous cette impression ?

Je ne vais pas mentir : à certains moments, la course me manque un peu. La sensation de victoire, qui est unique et impossible à reproduire, ou les célébrations avec l’équipe après un bon résultat. C’est ce qui me manque le plus. D’autres choses, comme les blessures ou la tension d’un dimanche matin avant la course, cela ne me manque absolument pas. Nous devons tous accepter que nous ne pouvons pas tout avoir dans la vie et je suis arrivé à un stade où, après tout ce que j’ai réussi, le négatif prenait le pas sur le positif. C’est pour ça que j’ai décidé qu’il était temps de commencer à profiter de tout ce pour quoi j’avais travaillé.

Beaucoup de choses ont été dites, et écrites, sur un possible retour avec Ducati. Avez-vous sérieusement envisagé cette option ?

C'était une véritable possibilité et cela a failli se faire.

Ducati affirme que vous vous êtes proposé, que vous vouliez revenir en 2021, quoi qu’il arrive…

Ce n'est pas tout à fait ça. Durant le confinement, j'ai reçu un appel de Gigi Dall’Igna [manager de Ducati Corse] pour mon anniversaire. Nous avons discuté de questions personnelles, de la famille et ce genre de choses, et à la fin de la conversation, je lui ai demandé, par curiosité, quel était l'avenir de l'équipe et des pilotes. Peu après, Michele Pirro m'a écrit, sur un ton mi-humoristique, mi-sérieux, pour me demander si je voulais revenir chez Ducati. Entre l'appel de Gigi et le message de Michele, je me suis dit que Ducati me portait un certain intérêt, et j'ai commencé à envisager de reprendre la course. C'était peut-être en raison du confinement pendant ces quelques mois, ou parce que la sensation de victoire me manquait, mais l'appel a fait naître l'idée d'un retour dans ma tête.

Nous avons débuté les négociations, mais plus nous nous rapprochions de la signature, plus les éléments qui m’ont poussé à prendre ma retraite reprenaient du poids. Après plusieurs jours de réflexion, j’ai malheureusement dû dire non à Gigi. Je me sentais vraiment mal et je suis encore désolé, mais je l’ai mis dans une position bizarre vis-à-vis de l’usine, et que j’aurais pu éviter. Si dès le début, j’avais été certain, je ne serais pas entré en négociations. En fait, je serai toujours reconnaissant de la confiance placée en moi, mais actuellement, je dois penser à moi avant tout, et je suis arrivé à la conclusion qu’être un pilote de moto ne me convient plus.

Pensez-vous que vous reviendrez un jour ?

La possibilité est plus faible chaque année. Sincèrement, après avoir pris une décision si difficile, je pense que je peux dire que ma carrière en compétition est terminée, même si j'aimerais conserver un rôle dans le championnat, d'une certaine façon.

La semaine dernière, Fabio Quartararo et Valentino Rossi se sont étonnés que Yamaha ne vous fasse pas rouler en essais. Quelle est la raison ?

D'après ce que Yamaha m'a dit, la situation avec le coronavirus crée des problèmes logistiques pour faire déplacer leur personnel depuis le Japon. C'est vraiment dommage de ne pas pouvoir apporter mon expérience au projet.

Lire aussi :

Souhaitez-vous renouveler votre contrat de pilote d'essai ?

C'est ma priorité. J'espère que Yamaha veut toujours de moi et qu'il y a encore le désir de créer une équipe d'essais qui peut aider à améliorer la moto. Je pense qu'avec mon expérience et mes sensations, je peux apporter beaucoup.

Avez-vous été approché par d'autres usines ?

Oui.

Pouvez-vous être plus précis ?

Je préfère ne nommer personne.

À votre avis, pourquoi le MotoGP est aussi imprévisible et inconstant cette saison ?

Je pense que la Dorna a fait un travail magnifique sur les règlements ces dernières années, ce qui a créé une plus grande parité entre les constructeurs. Cela se voit dans les temps et dans la répartition des victoires. Il est également évident que l’absence du meilleur pilote du plateau a un effet sur l’approche des autres. L’absence de Marc a permis aux autres pilotes de croire qu’ils ont une véritable chance de titre.

Avec votre expérience, pensez-vous que Márquez serait aussi sensible que les autres à cette inconstance ?

Je pense que cela aurait été lié au niveau de sa moto selon les circuits, même si en moment, il ne fait aucun doute qu’il est le meilleur et le plus complet des pilotes de la grille. Je suis certain qu’il gagnerait des courses et se battrait pour le titre.

Pensez-vous que les soucis actuels de Honda mettent en avant le besoin de revoir le concept de la moto ? C’est une chose que vous aviez demandée.

En me recrutant, je ne pense pas que la priorité de Honda était de faire une moto plus facile, même si je suis certain que nous y serions parvenus si j’étais resté. Le fait est que Márquez a un style inimitable et que chaque année, la moto s’adapte de plus en plus à son style, et s’éloigne de plus en plus de celui des autres pilotes d’usine. Puisque les gens ont tendance à ne chercher des solutions drastiques que quand la situation est critique, et tant que Marc gagnera des titres pour Honda, je ne pense pas que l’usine changera d’approche.

Que retenez-vous de la décision de Dovizioso de quitter Ducati sans avoir de certitude pour 2021 ?

Je pense que Dovi et son agent étaient clairs sur les conditions qu’ils étaient prêts à accepter ou pas. Ils ont peut-être pensé que Ducati céderait, mais cela n’a pas été le cas. Le marché bouge très rapidement et il ne lui reste pas beaucoup d’options.

Choisiriez-vous Bagnaia ou Zarco aux côtés de Miller ?

Logiquement, je pense qu’ils vont opter pour Pecco [Bagnaia], surtout après sa très bonne performance à Misano, alors qu'il n'était pas à 100% physiquement. Il a un bel avenir devant lui et en un sens, je me reconnais en lui, avec une vitesse très élevé en courbe est un style doux, élégant.

Lire aussi :

Avez-vous été surpris par la signature de Pol Espargaró chez HRC ?

Je pense que Pol a toujours pensé qu’il pourrait être bon sur une Honda, et atteindre un niveau similaire à celui de Marc. Je ne pense pas que cela sera facile pour lui, mais il ne serait pas le premier à me surprendre.

Pensiez-vous que Viñales profiterait plus de l’absence de Márquez ?

Un peu, oui. J’attendais beaucoup de Maverick avant le début de la saison, parce qu’il était très fort fin 2019, et pendant les essais également. Il semblait avoir trouvé la confiance et la volonté de passer à l'étape supérieure. Et cela n'a pas été le cas et il a également manqué de chance dans les deux courses en Autriche. Ce n'est pas un manque de talent ou de vitesse, mais pour gagner des titres, il faut assembler toutes les pièces. J'espère qu'il y parviendra.

Que vous êtes-vous dit quand vous avez vu les accidents du Red Bull Ring ?

De tels épisodes rappellent que notre sport reste très dangereux. Un accident de ce type peut changer toute votre vie en une seconde. C’est exactement pour cela que quand l’on obtient les objectifs que l’on s’était fixé, il est intelligent d’évaluer sérieusement si le risque en vaut la peine.

Crutchlow balaie les rumeurs de retraite et vise Aprilia

Article précédent

Crutchlow balaie les rumeurs de retraite et vise Aprilia

Article suivant

Petrucci : "L'une des courses les plus difficiles de ma carrière"

Petrucci : "L'une des courses les plus difficiles de ma carrière"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Jorge Lorenzo Guerrero
Auteur Oriol Puigdemont