Jorge Lorenzo salue un titre "mérité" pour Quartararo et Yamaha

Six ans après son dernier titre, Jorge Lorenzo était aux premières loges pour voir Fabio Quartararo lui succéder au palmarès de Yamaha en MotoGP.

Jorge Lorenzo salue un titre "mérité" pour Quartararo et Yamaha

Dernier pilote à avoir été titré avec Yamaha avant Fabio Quartararo, Jorge Lorenzo était présent à Misano pour passer le témoin au jeune champion français. Retiré de la compétition depuis deux ans, le Majorquin a salué un sacre qu'il a jugé "mérité pour tout le monde", à la fois pour El Diablo et pour le constructeur d'Iwata, avec lequel il a lui-même couru neuf ans.

"Yamaha a toujours beaucoup travaillé et la moto est toujours très complète", a-t-il observé auprès du site officiel du MotoGP. "Je suis content pour Yamaha. Je suis un pilote Yamaha, car c'est avec eux que j'ai décroché mes trois titres en MotoGP, donc on se souviendra toujours de moi comme d'un pilote Yamaha. Yamaha est une famille, ce sont très personnes très sérieuses, les Japonais sont toujours très loyaux et ils vous transmettent de la confiance même dans les moments les plus difficiles, alors c'est pour ça que je suis content pour eux. Et ils ont enfin pu trouver un pilote très fluide, comme je l'étais, qui convient parfaitement à ce type de moto."

Lire aussi :

Titré trois fois avec Yamaha, Jorge Lorenzo a, comme Fabio Quartararo, fêté son premier sacre lors de sa troisième saison dans la catégorie reine. C'était alors la conclusion d'une campagne 2010 qu'il avait écrasée, en montant 16 fois sur le podium en 18 courses et surtout en affichant 138 points d'avance sur son dauphin ! Deux ans plus tard, c'est avec le même nombre d'arrivées dans le top 3 mais une avance bien moindre sur un Dani Pedrosa particulièrement résistant qu'il avait réussi à accrocher le Graal pour la deuxième fois. Puis il y eut la saison polémique de 2015, dont il a réussi à sortir vainqueur à la dernière course au détriment de son coéquipier, Valentino Rossi.

Aujourd'hui, l'ancien pilote de 34 ans observe avec admiration le parcours de Fabio Quartararo, rapide à prendre ses marques en MotoGP alors que son passage dans les plus petites catégories mondiales s'est avéré plus compliqué. "Quand il est arrivé chez Petronas en 2019, personne ne s'attendait à ce qu'il soit aussi compétitif et à ce qu'il devienne Champion du monde. Les gens disaient qu'il n'avait pas été très compétitif en Moto2, que c'était un pilote talentueux mais pas très régulier. Mais petit à petit, année après année, il a fini par progresser et il a beaucoup changé par rapport à la saison dernière."

Le Champion du monde Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing fête son titre avec son équipe

"Il n'a jamais fait la moindre erreur. Dans le championnat MotoGP, on ne peut pas gagner toutes les courses et on trouve toujours une piste qui ne nous convient pas ou qui ne convient pas à la moto, et dans ces cas-là il faut terminer la course, il ne faut pas tomber. Peu importe que ce soit à la troisième place, à la quatrième ou la cinquième, il faut finir la course. C'est exactement ce qu'a fait Fabio toute la saison et c'est pour ça qu'il est Champion du monde", salue-t-il.

"J'ai vu un Pecco [Bagnaia] très fort sur les trois ou quatre dernières courses", poursuit Lorenzo. "Il était le pilote le plus en forme. Il était tout le temps en pole position et il a presque tout le temps gagné. Cela a certainement mis une pression supplémentaire sur Fabio, qui a vu son avance au championnat se réduire petit à petit. Ça n'est pas bon, c'est ce qui l'a mis sous pression. Et pendant le week-end, il a eu du mal à être compétitif dans les conditions mixtes."

"La Yamaha n'est pas la moto la plus compétitive sur le mouillé et dans les conditions mixtes, où il y a beaucoup à perdre, c'est compliqué, ça n'est pas facile d'être compétitif. C'est pour ça qu'alors que Pecco était en pole position, il était 15e. Les circonstances n'étaient pas faciles, mais il n'a jamais stressé, il n'a jamais perdu la tête. Petit à petit, il a récupéré des positions [en course] et il a eu de la chance que Pecco tombe."

"Je crois qu'il ne s'attendait pas à devenir Champion du monde [dimanche]. C'était bien sûr une possibilité, car une chute peut toujours arriver et c'est finalement arrivé à Pecco, mais je crois qu'il pensait plus à Portimão qu'à [Misano] pour devenir Champion du monde. Il a eu la surprise !"

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Bastianini surpris par son nouveau podium à Misano
Article précédent

Bastianini surpris par son nouveau podium à Misano

Article suivant

Joan Mir champion battu, mais déjà optimiste pour 2022

Joan Mir champion battu, mais déjà optimiste pour 2022
Charger les commentaires