Une course difficile mais un test encourageant pour KTM

Les pilotes KTM étaient déçus après le GP d'Espagne, avec la modeste 11e place de Miguel Oliveira et deux chutes pour Brad Binder. Le test de lundi leur a permis de mieux comprendre la situation.

Une course difficile mais un test encourageant pour KTM

Après une éclaircie à Portimão, l'équipe KTM factory est retombée dans les travers de son début de saison avec une course difficile sur le circuit de Jerez. Seulement 16e sur la grille, Miguel Oliveira a été le seul pilote du team officiel à voir l'arrivée, à la 11e place. Même si les cinq points inscrits après cette remontée représentent son meilleur total de la saison, il peine à s'en satisfaire puisqu'il a eu des difficultés avec des pneus qui surchauffaient.

"Bien sûr, on se bat pour un résultat et c’est ce qui rend heureux dans les courses mais c’est difficile pour moi d’être content d'une 11e place parce que je sens que moi-même et aussi l’équipe pouvons faire beaucoup mieux", expliquait le Portugais après l'arrivée, précisant qu'il souhaitait "tirer le meilleur parti" de sa RC16 dans le test post-course organisé le lendemain.

Lire aussi :

Au cours de ce test, Oliveira a énormément roulé avec un pneu tendre à l'avant, celui avec lequel KTM a le plus de difficultés : "On a surtout cherché à mieux comprendre comment être un peu plus rapides en course, et avoir de bonnes sensations sur les pneus. On a surtout travaillé sur les réglages. C'est un peu difficile de préparer Le Mans sur une piste aussi différente. On aura des pneus différents là-bas et on sait que les températures seront différentes. On n'a pas trop préparé Le Mans."

"Il fallait comprendre comment avoir de meilleures sensations, surtout avec le pneu avant, et comme vous le savez, on a essayé de tester des pneus plus tendres parce qu'on sait qu'on devra les utiliser plus souvent", a-t-il ajouté. "C'était le principal objectif, faire des ajustements en roulant avec le tendre à l'avant, je l'ai eu toute la journée. On a essayé de ne pas se perdre dans les changements au cours de la journée, de ne pas nuire aux points forts de la moto en travaillant sur ses réglages."

Deux chutes en course pour Brad Binder

Le GP d'Espagne n'a guère été plus positif pour Brad Binder, deux fois à terre. Parti 11e, il a gagné une place dans le premier tour mais est parti à la faute dès la deuxième boucle. Il a pu repartir et il occupait la 20e position, loin des points, quand une seconde chute a mis fin à sa course.

"Malheureusement je n'ai pas pris un très bon départ, j'ai vraiment été gêné au premier virage, et c'était un peu le chaos", a expliqué Binder. "Dans le deuxième tour, au deuxième virage, le pneu avant m'a échappé. J'ai continué à rouler, on ne sait jamais ce qui peut arriver en course. J'ai énormément attaqué et j'ai fini par chuter au dernier virage. Avoir deux chutes en une seule course, c'est vraiment frustrant, mais j'ai présenté mes excuses à l'équipe parce qu'on avait tous les éléments pour faire un bon travail, et malheureusement on n'a pas pu tout assembler."

Le Sud-Africain estimait pourtant avoir vécu un "week-end positif jusqu'à la course" puisqu'il arrivait à mieux exploiter la gomme tendre et qu'il avait de gros espoirs après un warm-up très encourageant, au cours duquel il a signé le quatrième temps. "C'était probablement ma meilleure série de tours, tous mes tours se tenaient en deux dixièmes", a expliqué Binder, précisant que la moto faisait "exactement" ce qu'il voulait dimanche matin : "J'étais très constant et je me sentais vraiment prêt pour la course.

Lire aussi :

Le test de lundi a permis à Brad Binder de très vite reprendre confiance et même de gagner en sensations sur l'avant, parvenant ainsi à mieux comprendre les causes de ses erreurs de dimanche : "Je pense que dans le troisième tour, j'étais déjà plus rapide qu'en course. Après cette journée, on comprend mieux ce qu'il s'est passé [en course], j'en suis plutôt content parce que [dimanche], j'ai perdu l'avant deux fois sans véritable alerte, et on a un peu changé les réglages [pour le test], ce qui m'a donné beaucoup plus de sensations avec l'avant. Je ne l'avais pas réalisé avant. C'est comme ça."

"Ce n'est pas vraiment un changement d'équilibre ou quelque chose comme ça, c'est surtout qu'on a joué sur le fonctionnement de la fourche", a-t-il précisé. "On a réussi à améliorer ça en pneu tendre. Je ne pourrais pas vous dire ce que c'est, je ne le sais pas moi-même. Mais quoi que ce soit, ça a bien marché !"

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Related video

Dans l'incertitude pour 2022, Bastianini espère rester lié à Ducati

Article précédent

Dans l'incertitude pour 2022, Bastianini espère rester lié à Ducati

Article suivant

Prodige du Moto3, Acosta ne doit pas brûler les étapes selon ses aînés

Prodige du Moto3, Acosta ne doit pas brûler les étapes selon ses aînés
Charger les commentaires