MotoGP 2017
Dossier

MotoGP 2017

KTM - De premières expériences bénéfiques avant le grand saut

partages
commentaires
KTM - De premières expériences bénéfiques avant le grand saut
Par : Léna Buffa
11 déc. 2016 à 14:45

Après plus d'un an de roulage, KTM a désormais les cartes en main pour préparer la saison de compétition qui se profile.

Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Le garage Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing, et son ingénieur Paul Trevathan
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Un mécanicien Red Bull KTM Factory Racing au travail
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
L'ambiance chez Red Bull KTM Factory Racing
Le stand Red Bull KTM Factory Racing avec Paul Trevathan et Mike Leitner
La moto de Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Le garage Red Bull KTM Factory Racing

Depuis le 29 octobre 2015, date des premiers tours de roues de la KTM RC16 sur le Red Bull Ring, aux mains d'Alex Hofmann, 15 séances d'essais ont été organisées, couvrant 40 jours et des centaines de kilomètres. L'équipe autrichienne a fait en sorte que son programme avance crescendo, passant d'un travail réalisé à huis clos à quelques séances partagées avec d'autres teams, jusqu'à la wild-card disputée à Valence, en novembre dernier.

"Techniquement, cela nous a aidés d'être en piste avec les autres", souligne Paul Trevathan, l'ingénieur qui était aux côtés de Mika Kallio pour ce Grand Prix et qui travaillera l'an prochain avec Pol Espargaró. "Nous avions fait le test MotoGP (en Autriche, en juillet, ndlr), nous connaissions donc certains domaines dans lesquels nous étions 'avec' les autres… mais nous n'avions pas pu ces dix ou même 20% supplémentaires qui émergent en course. Ça a été comme 'ouah, c'est une montagne !'" admet-il.

"C'était aussi la fin de la saison, ils faisaient tous leur dernière course en force, sans avoir grand-chose à perdre. Nous nous sommes fait une bonne idée de ce qui nous manquait, et ça n'a pas été si mal. Il y a eu des surprises et nous avons trouvé des solutions pendant le week-end."

"La course a été le point négatif, peut-être pas tellement pour nous mais plus pour Mika", poursuit le Néo-Zélandais en se remémorant l'abandon de la RC16 sur cette première course. "J'étais déçu pour lui, parce que c'était sa chance de courir à nouveau avec ces gars. Nous avons réalisé beaucoup de simulations de courses et nous ne nous sommes jamais arrêtés, n'avons jamais eu de problèmes techniques durant l'une d'elles… Le timing était donc terrible."

Un point faible identifié

L'étape suivante a été d'accueillir les pilotes choisis pour être les titulaires de l'équipe la saison prochaine, lorsque la RC16 s'attaquera cette fois à temps plein au championnat. Pol Espargaró et Bradley Smith ont pris leurs quartiers dans le stand KTM sitôt le rideau tombé sur la saison 2016, pour participer à deux premières séances d'essais avant la trêve hivernale - même si l'Espagnol a dû se contenter d'assister au second test en spectateur, pour des raisons contractuelles.

"J'étais déçu que nous n'ayons pas Pol [à Jerez] parce qu'il nous a énormément aidés sur l'électronique pendant le test [de Valence]. Il s'est principalement concentré sur ce point, avec le sentiment que le problème pour faire tourner la moto n'était pas une pure question de réglages, nous avons donc pris ses connaissances en électronique et nous avons beaucoup progressé", pointe Paul Trevathan.

Le domaine qui concentre l'attention des ingénieurs, c'est désormais le caractère général de la RC16 et en particulier sa maniabilité dans les virages. "Ce qu'il y a de beau, c'est que vous avez trois styles de pilotage différents et tous les trois disent la même chose", souligne l'ingénieur, rappelant que l'arrivée des titulaires a permis d'orienter le travail.

"Je pense que nous avons désormais démontré que nous avions un certain rythme. À mon avis, nous avons un package très équilibré avec la RC16 et ce qu'il y a de bien c'est que les trois pilotes que nous avons soulignent les mêmes manques. C'est quelque chose que nous suspections, mais nous voulions voir si les nouveaux allaient penser la même chose. Cela n'a pas interrompu notre développement, mais nous avons un peu temporisé jusqu'à ce que les nouveaux essayent la moto, ainsi nous avons pu être certains que nous allions dans la bonne direction."

"Il faut comprendre qu'en matière de MotoGP, la 'bibliothèque' de KTM est vide et nous devons la remplir. Ça n'est pas comme si vous pouviez aller prendre sur l'étagère une archive sur le châssis", illustre l'ingénieur. "C'est une immense courbe d'apprentissage et c'est l'aspect amusant des choses. Il ne faut pas que nous soyons déçus si nous connaissons un revers ou si nous faisons quelque chose de mal : parfois, faire quelque chose de mal est la façon la plus rapide de faire quelque chose de bien."

Tous ces enseignements doivent désormais mûrir pour mener KTM sur la bonne voie avant le retour en piste, fin janvier, pour la première des séances d'essais de l'année. Quant au rendez-vous avec la course, il est fixé pour le 26 mars, à Losail.

Prochain article MotoGP
Ailerons - Lorenzo s'interroge sur l'argument de la dangerosité

Previous article

Ailerons - Lorenzo s'interroge sur l'argument de la dangerosité

Next article

Le GP d'Autriche nommé meilleur Grand Prix de la saison MotoGP

Le GP d'Autriche nommé meilleur Grand Prix de la saison MotoGP

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Bradley Smith , Mika Kallio , Pol Espargaró , Alex Hofmann
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités