Les KTM semblent se "heurter à un mur" au Qatar

Tous réunis dans la seconde moitié du classement, les pilotes KTM peinent à afficher tout le potentiel de leur moto sur la piste de Losail depuis le début des essais de pré-saison.

Les KTM semblent se "heurter à un mur" au Qatar

Miguel Oliveira estime que KTM se trouve face à un mur en termes de performance avec la version 2021 de sa moto, alors que les MotoGP arpentent depuis cinq jours le circuit de Losail pour les essais de pré-saison. Ceux-ci ont débuté vendredi dernier, avec les pilotes essayeurs et les rookies, puis se sont ouverts à l'ensemble du plateau à partir de samedi. Une pause a été observée lundi et mardi, avant la reprise pour trois nouvelles journées, les dernières permettant de préparer le championnat.

On attendait beaucoup de KTM pour cette pré-saison, après les trois victoires remportées l'an dernier et au vu de la possibilité accordée au constructeur d'aborder la nouvelle campagne avec une moto profondément évoluée avant la perte totale des concessions réglementaires. Jusqu'à présent, toutefois, les pilotes officiels KTM et les deux pilotes Tech3 ne se sont pas portés sous le feu des projecteurs.

Lire aussi :

Mieux classé du groupe, Oliveira a bouclé la journée de jeudi à la 18e position, à 1"4 du temps de référence. Il est le seul pilote KTM à ne pas avoir signé son meilleur temps personnel hier, ne parvenant pas à battre le chrono de 1'54"526 qu'il avait enregistré mercredi et qui reste la meilleure performance des machines de Mattighofen sur ces tests. Malgré globalement de bonnes sensations avec sa moto, il a admis que rien de ce que KTM a pu tenter n'a semblé résoudre les problèmes rencontrés par la RC16.

"Je me sentais assez bien sur la moto, honnêtement", expliquait le pilote portugais jeudi soir. "Malheureusement, mes sensations ne se sont pas reflétées dans les chronos. Je dirais que le potentiel pour être rapide était le même que [mercredi], mais on n'a tout simplement pas pu disposer de notre meilleur package dans les meilleurs secteurs. On est encore loin des premiers et c'est vrai qu'ici on semble souffrir un peu plus. Mais on fait tout ce que l'on peut pour en arriver à de bonnes solutions et tirer le maximum de ce package."

Danilo Petrucci, qui découvre tout juste la moto autrichienne, a suggéré que les KTM étaient arrivées à une limite. "Ces dernières années, j'ai toujours été assez compétitif ici. C'est une piste que j'aime et c'est un bon point. Il est clair qu'on est en difficulté avec la KTM. Ce n'est pas une excuse, mais on est arrivé à une limite et on s'y maintient", expliquait-il jeudi, après avoir signé son meilleur temps sur ces essais en 1'54"895.

"C'est vrai. C'est le sentiment général, on a l'impression de s'être heurté à un mur, peu importe ce qu'on fait sur la moto", confirmait Oliveira. "On peut l'améliorer un peu, mais on n'y est pas tout à fait. On peut difficilement gagner à chaque changement que l'on fait partout, donc ça semble un peu dur en ce moment. Mais on ne baisse pas les bras. C'est vrai que l'on a aussi testé quelques pièces, et quand on se concentre uniquement sur les réglages avec la moto dont on dispose, c'est toujours plus facile, mais ici on fait un travail un peu mixte. On fait de notre mieux."

Depuis son arrivée, Petrucci concède que la RC16 possède des points forts, et notamment la distribution de puissance ou l'entrée dans les virages, mais qui ne lui servent pas sur cette piste où une puissance pure plus élevée serait favorable. "Il faut qu'on travaille un peu sur les réglages pour essayer d'avoir une meilleure vitesse de passage et essayer de sortir des virages avec plus de vitesse, parce que c'est une piste qui préfère la puissance. Je pense qu'il faut qu'on travaille différemment, pour essayer de maximiser la vitesse dans les virages", soulignait-il jeudi.

Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing

Tombé chacun des jours précédents, Brad Binder a signé son meilleur temps de la séance jeudi, en 1'54"691. Seizième de cette journée, il a rejoint Petrucci en estimant que le tracé du circuit de Losail ne permet pas à la KTM de tirer profit de ses forces au freinage et dans les virages.

"Je pense que ça vient simplement du fait que le Qatar n'est peut-être pas [le circuit] le mieux adapté à notre moto. Surtout, le style ici requiert d'être plus léger sur les freins, de la laisser aller et de garder la vitesse et le flow", a expliqué le sud-africain. "Il y a une chose sur laquelle notre KTM est très bonne, c'est de tourner en gardant la main sur le frein, et la moto s'arrête diablement bien aussi. Ici, on n'a pas vraiment beaucoup d'occasions d'utiliser ce qui est notre plus gros avantage, et je pense que la piste est un peu plus compliquée pour nous. Mais on a quelques idées à tester et je suis sûr que l'on pourra élever notre niveau."

"Par rapport à l'année dernière, notre set-up de base est pratiquement identique. Il n'y a que de très petites différences pour le moment. Mais, ces derniers jours, on a découvert qu'on chargeait un peu trop l'avant et quand on a commencé à enlever un peu de pression sur le pneu avant, on s'est senti beaucoup plus à l'aise et la moto a mieux fonctionné. En général, ça a été d'une grande aide pour nous", a souligné Binder. "On a clairement beaucoup progressé [jeudi]. La route est encore longue, mais je suis assez confiant quant au fait que l'on pourra commencer à améliorer notre rythme à partir de là. Le plus important, c'est que je me sente à nouveau à l'aise sur la moto."

Si les pilotes espéraient évaluer d'autres options pour tenter d'améliorer leur performances, la dernière journée de roulage ne répond toutefois pas vraiment à leurs attentes, puisque la piste est balayée par une grande quantité de sable et logiquement boudée. Seul Danilo Petrucci a tenté une rapide sortie d'évaluation, avant de rentrer au stand. Les essais durent officiellement jusqu'à 21h heure locale (19h heure française), mais il est probable à présent que l'on ne reverra les KTM et leurs rivales en piste que dans deux semaines, cette fois pour le Grand Prix du Qatar.

 

partages
commentaires
Première chute avec la Honda : Pol Espargaró n'est "pas inquiet"

Article précédent

Première chute avec la Honda : Pol Espargaró n'est "pas inquiet"

Article suivant

Test Losail, J5 - La dernière journée part en poussière

Test Losail, J5 - La dernière journée part en poussière
Charger les commentaires