KTM - Nous ne voulons pas rester en fond de grille

partages
commentaires
KTM - Nous ne voulons pas rester en fond de grille
Par : Léna Buffa
11 janv. 2017 à 18:00

Le directeur sportif de KTM ne se laisse pas décontenancer par les résultats modestes du Grand Prix de Valence, réaliste quant au défi que la marque relève en MotoGP.

Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Pit Beirer, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Pit Beirer et Mika Kallio, KTM RC 16
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Le garage Red Bull KTM Factory Racing
Mika Kallio, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
L'ambiance chez Red Bull KTM Factory Racing

KTM rejoindra cette année les cinq autres constructeurs investis en MotoGP afin d'ouvrir un nouveau chapitre de sa riche histoire en compétition. Or, avant de cumuler les succès comme elle le fait notamment en motocross, la marque a un long chemin à parcourir.

Son emblématique directeur sportif, Pit Beirer, en a parfaitement conscience, aussi tempère-t-il la déception des performances obtenues lors du Grand Prix de Valence, un galop d'essai grandeur nature confié à Mika Kallio. Le Finlandais avait évolué entre deux secondes et demie et trois secondes des leaders durant tout le week-end, ne s'offrant qu'une bouffée d'oxygène en qualifications lorsqu'il était parvenu à battre deux concurrents, avant de réduire son retard à deux secondes en course mais de devoir renoncer suite à la casse d'un capteur.

"Pour moi, cela n'a été ni une surprise ni quoi que ce soit de négatif jusqu'ici, car je savais quel défi nous abordions", souligne Pit Beirer. "Dans le département course et au comité de direction, nous sommes tous réalistes. Nous intégrons un nouveau monde, où tous les autres constructeurs attaquent tellement fort, comme des dingues, que l'on ne peut pas simplement les dépasser en faisant l'impasse sur 20 ans d'expérience dans cette catégorie."

Si KTM a déjà été impliqué en MotoGP, ce n'était qu'en tant que motoriste du team KR, il y a plus de dix ans. Ce nouveau projet est hautement plus complet et vise à placer le constructeur de Mattighofen en concurrence directe avec les cinq autres marques qui jouent des coudes sur le plateau de la catégorie reine.

"Nous nous donnons énormément de mal. Nous sommes en fond de grille et nous le savons, mais nous sommes aussi fortement impliqués et nous ne voulons pas rester là", affirme Beirer, focalisé sur un projet à longue portée.

Des retombées médiatiques incomparables

S'investir en MotoGP constitue l'aboutissement d'un programme de compétition déjà très riche, mais c'est aussi indéniablement le championnat le plus à même d'apporter les retombées espérées. "Tout le monde parle du MotoGP parce que, de toutes les disciplines moto, celle-ci reste celle que l'on voit à la télévision dans le monde entier", constate Pit Beirer.

"Le MotoGP a suscité beaucoup plus de demandes média que n'importe quel autre championnat dans lequel nous sommes impliqués. C'est une catégorie très importante dans laquelle courir. Cela ne signifie pas que nos autres championnats ne sont pas importants, mais l'intérêt pour le MotoGP est très grand", conclut l'Allemand.

KTM fera son retour en piste à la fin du mois, avec ses deux titulaires Pol Espargaró et Bradley Smith. Après avoir écumé les pistes européennes en essais privés l'an dernier, souvent de façon très discrète, la marque ne pourra dorénavant plus échapper à la comparaison.

Prochain article MotoGP
Spa-Francorchamps veut le retour du MotoGP

Previous article

Spa-Francorchamps veut le retour du MotoGP

Next article

Après la victoire, Suzuki recherche la régularité

Après la victoire, Suzuki recherche la régularité

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Bradley Smith , Mika Kallio , Pol Espargaró
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités