KTM proche de son premier point mais loin de la tête

partages
commentaires
KTM proche de son premier point mais loin de la tête
Par : Willy Zinck
30 mars 2017 à 10:15

L'équipe autrichienne a essuyé les plâtres à Losail. Et comme il fallait s'y attendre après des essais de pré-saison délicats sur le circuit qatari, les RC16 n'ont pas été dans le coup mais ont pu terminer leur première course.

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing; Bradley Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing

Après un long hiver passé à préparer activement sa première saison, KTM a enfin fait le grand saut en tant que constructeur en MotoGP au Qatar. L'équipe autrichienne est rentrée d'emblée dans le vif du sujet sur un tracé qui, comme cela avait pu être observé lors des derniers tests de pré-saison, n'était pas forcément le plus enclin à souligner les qualités de la RC16.

Cela s'est d'ailleurs confirmé sans surprise lors des essais libres, où les deux pilotes de l'équipe, Pol Espargaró et Bradley Smith, ont été abonnés aux dernières places. Et c'est depuis ces positions peu flatteuses que les deux hommes ont pris le départ de leur premier Grand Prix au guidon de la KTM.

Difficile dans ces conditions d'atteindre l'objectif fixé en amont de la course, à savoir une arrivée dans les points. Mais au moins les deux représentantes de la marque de Mattighofen ont pu voir le drapeau à damier à l'issue de leur première épreuve, Pol Espargaró et Bradley Smith bouclant la manche respectivement aux 16e et 17e positions, devant l'Aprilia du rookie Sam Lowes. "Le but, c'était les points", rappelle Smith, qui avait lancé cet objectif un peu plus tôt dans la semaine. "Nous en avons été proches tout bien considéré. Pol a fini 16e, moi 17e, donc c'est décevant d'avoir manqué cela. Pol n'était qu'à quatre secondes, donc c'était réaliste."

KTM a été l'équipe la plus assidue en piste cet hiver, et conformément à sa philosophie, celle-ci aurait souhaité profiter de davantage de temps de roulage lors du week-end de course. Las, la météo est venue contrecarrer ses plans, et priver les troupes autrichiennes d'une expérience précieuse qui aurait pu leur permettre de voir plus grand. "Si nous avions eu une quatrième séance d'essais libres et des qualifications, peut-être que les choses auraient été différentes", regrette Smith. "Mais au final, le but était d'avoir les deux motos à l'arrivée, et de récolter le plus de données que nous pouvions."

Plus proches en rythme de course

Si les RC16 ne se sont pas montrées sous leur meilleur jour à Losail sur l'exercice du tour lancé, elles ont en revanche témoigné d'un bien meilleur rythme de course. En effet, alors qu'elles étaient restées à plus de deux secondes du groupe de tête tout le week-end, celles-ci se sont nettement rapprochées lors de l'épreuve. "Je pense que nous avons été assez proches, notre meilleur temps n'a été qu'à 1,2 ou 1,3 seconde de celui de Maverick [Viñales], donc nous avons bien progressé, mais il faut faire encore plus", poursuit Smith.

"Ce n'est pas si mal, je veux dire par là c'est que nous sommes arrivés à 33 secondes [derrière le vainqueur]", renchérit Pol Espargaró, qui n'a manqué que de peu le point de la 15e place. "Je ne suis pas très bon en maths, mais ça doit faire plus ou moins 1,6 seconde de rendue par tour, donc c'est assez positif. Durant le week-end, nous étions à deux secondes et demie, donc c'est vraiment positif de n'être qu'à 1,6 seconde en course."

Pour l'Espagnol, l'un des principaux atouts de la RC16 ce week-end à Losail a résidé dans la relative économie de la machine autrichienne vis-à-vis de ses gommes. Contrairement à la majorité du plateau, celui-ci a ainsi pu se risquer à chausser le pneu arrière tendre. "Ici, au Qatar, le pneu tendre était comme un medium pour nous, et nous pouvions l'utiliser", explique-t-il. "Cela signifie que nous ne poussons pas les pneus dans leurs retranchements. C'est sur un tour que nous n'étions pas dans le coup, mais sur une distance de course, lorsque tout le monde a mis le pneu medium, nous, nous avons pu chausser le tendre."

Un paramètre qui pourrait bien être un avantage sur certains circuits à l'avenir, à plus forte raison si KTM a la possibilité de débuter ses courses autre part que sur la dernière ligne de la grille. "C'est important de faire une course entière avec un bon rythme", reprend Espargaró. "Mais je pense qu'il est plus important encore de démarrer en haut [de la hiérarchie], car vous pouvez vous adapter sur les meilleurs temps au tour et sur le rythme des pilotes de tête."

Article suivant
Compte à rebours avant le GP de France, qui vise une affluence record

Article précédent

Compte à rebours avant le GP de France, qui vise une affluence record

Article suivant

L'humeur de Cirebox - Une autre idée du Qatar sous la pluie

L'humeur de Cirebox - Une autre idée du Qatar sous la pluie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Qatar
Catégorie Après-course
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Bradley Smith , Pol Espargaró
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Willy Zinck