KTM a progressé grâce à des pièces prévues pour 2022

Le bond en avant de KTM au Mugello est dû à l'introduction de plusieurs évolutions, dont certaines qui étaient planifiées pour la saison 2022. Le constructeur autrichien devait à tout prix progresser après une entame de championnat décevante.

KTM a progressé grâce à des pièces prévues pour 2022

KTM a réussi à corriger le tir après un début de saison difficile. Très en retrait au Qatar et durement touchée par la suppression du pneu avant symétrique qui convenait si bien à la RC16 l'an passé, la marque de Mattighofen a tout fait pour apporter rapidement des évolutions et, dès le Mugello, les pilotes de l'équipe officielle ont bénéficié d'un nouveau cadre, que les représentants du team Tech3 ont pu utiliser à partir du Sachsenring. Le GP d'Italie a également marqué l'introduction d'un nouveau carburant et ces évolutions combinées ont permis un bond en avant immédiat.

Après avoir inscrit neuf points lors des cinq premières courses de la saison, Miguel Oliveira en a marqué 76 lors des quatre suivantes, passant dans le même temps de la 17e à la septième place du championnat, aidé par trois podiums consécutifs dont une victoire à Barcelone. Le Portugais avait conclu la saison 2020 sur un succès à Portimão, sa dernière course pour Tech3 avant d'intégrer l'équipe officielle, mais c'est une véritable douche froide qu'ont subi les troupes de Pit Beirer au Qatar, avant de fournir les efforts nécessaires pour relever la tête.

"L'an dernier, nous avons eu trois victoires, elles sont venues un peu plus tôt que prévu et en étant plus forts que prévu", a reconnu le directeur de KTM Motorsport dans une interview accordée à Motorsport.com. "On est rentrés chez nous le 22 novembre, on est revenus en mars et on pouvait difficilement entrer dans les points au Qatar. Donc c'était vraiment un début de saison difficile. Ce n'est pas un secret que l'allocation de pneus a changé et que nous n'arrivions pas à la faire fonctionner."

Lire aussi :

"Ce n'est même pas une excuse parce que tous les autres y parvenaient, mais nous devions comprendre une chose qui ne fonctionnait pas bien et il était impossible de corriger le tir depuis la piste. Nous avons fait de nombreuses journées d'essais au Qatar puis les deux premières courses, on a totalement retourné la moto, dans un sens et dans l'autre, et on ne pouvait pas donner des sensations aux pilotes pour qu'ils soient performants. Et ensuite, je pense qu'il s'est passé quelque chose de très intéressant."

"Nous sommes rentrés et nous avons dit 'OK, nous devons faire avancer les choses maintenant' donc nous avons travaillé comme des fous pour fournir le nouveau package aux pilotes. Il y avait beaucoup de choses prévues pour l'an prochain et que nous pensions mettre sur la prochaine moto, nous les avons intégrées dans un plus gros package et nous l'avons introduit au Mugello, et depuis nous avons renversé la situation."

Les cinq premières courses n'étaient pas totalement alarmantes pour KTM car si Miguel Oliveira n'avait décroché aucun top 10 avant son podium du Mugello, Brad Binder avait brillé à Portimão avec une belle remontée. Mais dans une catégorie plus compétitive que jamais, Beirer estime que la moindre évolution peut faire une grande différence, ce qui s'est confirmé avec le package introduit en Toscane : "On avait eu de bonnes courses. Je crois qu'au Portugal, Brad est passé de la 18e [15e en réalité, ndlr] position sur la grille à la cinquième à l'arrivée, à deux secondes du podium."

"Donc ce n'était pas mauvais, mais on a évidemment vu que ce n'était pas suffisant et cette catégorie est très brutale. Si on peut apporter de petites choses aux pilotes, ils n'ont qu'à faire leur part et on progresse ensemble. Nous avons renversé la situation et c'était bien mieux dernièrement. Vous pouvez croire que je suis soulagé parce que je ne l'étais pas avant le Mugello."

Brad Binder a enchaîné trois arrivées parmi les huit premiers après l'introduction des évolutions en Italie, avant de marquer le pas aux Pays-Bas, sa machine étant instable dans certaines portions du tracé. Même si des progrès restent nécessaires, il est impressionné par le processus mis en œuvre par son équipe pour gagner en performance. "Je pense que c'est une chose pour laquelle KTM est très forte", s'est réjouit le Sud-Africain à Assen. "C'est sûr qu'on n'était pas satisfaits de nos positions au Qatar. Les gars ont travaillé extrêmement dur pour nous apporter des nouveautés et quand on les a eues, les résultats sont venus immédiatement, donc je suis vraiment, vraiment content de KTM, le travail effectué est incroyable. Ça se renforce chaque année."

Propos recueillis par Lewis Duncan

Lire aussi :

partages
commentaires

Related video

Jorge Lorenzo évoque ses contacts avec Aprilia et les joies de la retraite

Article précédent

Jorge Lorenzo évoque ses contacts avec Aprilia et les joies de la retraite

Article suivant

Suzuki devrait avoir le holeshot device à l'arrière au GP d'Autriche

Suzuki devrait avoir le holeshot device à l'arrière au GP d'Autriche
Charger les commentaires